François Pratte: «Je suis plus prêt que jamais»

François Pratte espère que son combat de vendredi... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

François Pratte espère que son combat de vendredi pourra lui permettre de parapher une entente avec Eye of the Tiger Management.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Voilà maintenant plus de sept mois que François Pratte baigne dans le monde de la boxe professionnelle. Victorieux à ses deux premières sorties - à chaque fois par décision unanime - le Trifluvien de 26 ans estime que cette troisième chance d'évoluer sous les regards de l'écurie Eye of the Tiger Management, vendredi soir à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières, pourrait s'avérer cruciale pour la suite de sa carrière.

«Tous les combats sont importants, mais je suis plus prêt que jamais pour celui-ci. Je me sens beaucoup moins nerveux, je sais ce qui m'attends. Je veux donner un bon show, car c'est de loin le combat qui aura le plus d'impact sur ma carrière», souligne le quintuple champion canadien dans les rangs amateurs.

Pratte a récemment eu l'occasion de s'entretenir avec Camille Estephan, le grand patron d'EOTTM, où il a notamment été question d'un éventuel contrat. «Il semble intéressé à me signer. Présentement, il veut surtout me faire boxer le plus possible. L'important pour moi, c'est de faire le plus de rounds possible et me faire voir par le plus de gens.»

Victime de vilaines coupures à l'arcade sourcilière à chacun de ses deux premiers combats, Pratte admet avoir quelque peu corrigé son style de boxe afin d'éviter que ce fâcheux scénario se reproduise lorsqu'il croisera le fer avec le Mexicain Juan Benitez (2-6, 1 K.-O.). Il est bien conscient que de telles coupures pourraient éventuellement venir gâcher la fête dans le ring.

«J'ai regardé comment je pouvais travailler différemment. Les deux fois, j'ai été coupé par des coups de tête, alors ce ne sont pas des coups de poing qui ont fait ça. Il y a eu un peu de malchance dans tout ça, mais je devrai certainement faire attention», admet-il.

Le 6 novembre dernier, à la Bâtisse industrielle, Pratte avait eu raison du Shawiniganais Michael Gargouri (0-9-1) dans une véritable bagarre de ruelle qui avait tenu les amateurs en haleine pendant quatre rounds intenses. Puis, Pratte a remis ça avec une autre victoire robuste le 21 février au Casino du Lac-Leamy aux dépens du Mexicain Santos Lira (0-3).

En préparation pour son duel face à Benitez, le protégé de Jimmy Boisvert au club Performance a pu visionner des extraits récents de son adversaire. Le 21 janvier dernier, Benitez avait subi le K.-O. devant le Lavallois Yoni Sherbatov au quatrième et dernier round.

«Je sais très bien ce que je dois faire pour avoir du succès. J'ai noté qu'il lance des coups très larges, alors je devrai le travailler à l'intérieur pour ne pas me mettre en danger. Il semble être un Mexicain typique, très tough qui s'en vient ici pour se battre», indique Pratte qui a croisé son adversaire une première fois mardi au club Performance à l'occasion de l'entraînement public.

Jordan Balmir livrera son premier combat de boxe... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste) - image 2.0

Agrandir

Jordan Balmir livrera son premier combat de boxe professionnelle, vendredi soir.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

«C'est le début d'un rêve»

Jordan Balmir attend ce moment depuis longtemps déjà. Après avoir délaissé les arts martiaux mixtes pour la boxe, il y a deux ans, le Drummondvillois s'apprête à vivre son baptême professionnel vendredi soir à la Bâtisse industrielle. De son propre aveu, l'attente en aura valu la peine!

«Je suis plus que fébrile. L'excitation est à son comble. C'est le début d'un rêve qui se réalise!», lance le boxeur de 23 ans qui totalise 20 combats dans les rangs amateurs.

Lors du gala d'Eye of the Tiger Management qui mettra en vedette Simon Kean et Daniel Cota, Balmir grimpera dans l'arène face à un rival américain affichant sensiblement le même parcours. D'un côté, Balmir a fait 10 combats professionnels d'arts martiaux mixtes tandis que de l'autre côté, l'Américain L.T. Nelson compte 12 duels MMA à sa fiche (7-5) en plus d'un combat professionnel de boxe, remporté par K.-O. en février 2014.

«Je sais qu'il a un bon menton et qu'il aime échanger. En MMA, il avait un style debout alors il est certainement capable de recevoir des coups. Je suis prêt tant mentalement que physiquement pour ce défi», analyse-t-il.

Devant parents et amis - un autobus fera le trajet depuis Drummondville pour l'encourager - Balmir entend mettre toute la gomme, dès les premières secondes. «Même si c'est un combat de quatre rounds, je suis en forme pour en faire 12! Mais on n'aura pas trop le temps de s'étudier dans le ring donc quand ça va sonner, je vais y aller à 100 % avec la bonne vieille recette: recevoir le moins de coups possible et en donner le plus que je peux!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer