«Bienvenido a Trois-Rivières!»

Simon Kean s'est fait un plaisir d'accueillir son... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Simon Kean s'est fait un plaisir d'accueillir son rival Daniel Cota avec quelques mots en espagnol et une franche poignée de main, dans le cadre de l'entraînement public présenté au club Performance.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Même s'il n'a pas l'intention de se laisser marcher sur les pieds dans son patelin, Simon Kean s'est montré fort courtois, mardi lors de l'entraînement public présenté dans le gymnase du club Performance, où il a accueilli le Mexicain Daniel Cota d'une franche poignée de main en prévision de leur combat de vendredi soir à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières.

Pour l'occasion, le poids lourd trifluvien de 27 ans avait même sorti son espagnol des beaux jours, ce qui a rapidement fait sourire son adversaire. «Bienvenido a Trois-Rivières! Buena suerte para la pelea. (Bienvenue à Trois-Rivières. Bonne chance pour le combat)», lui a lancé Kean (4-0, 4 K.-O.) sous le regard d'une poignée de curieux.

Maintenant les politesses échangées, les deux boxeurs n'ont pas l'intention de se livrer un combat en dentelle pour autant, vendredi lors du gala de boxe pro-am présenté par l'écurie Eye of the Tiger Management.

«J'ai fait un effort pour bien le recevoir. Mais il se trouve quand même dans le gym où tout a commencé pour moi. C'est mon territoire!», a indiqué Kean qui sera en quête d'un cinquième K.-O. en autant de combats depuis son arrivée chez les pros.

C'est à cette même Bâtisse industrielle du parc de l'Exposition que l'olympien de Londres 2012 avait vécu son baptême professionnel, le 6 novembre 2015, lors d'un très court duel face au Hongrois Balázs Bodó qui avait laissé les amateurs sur leur appétit.

Cette fois, face à un rival expérimenté qui a déjà affronté deux fois des champions du monde, l'affrontement s'annonce plus corsé. «Il est meilleur que mes autres adversaires. Ça n'a rien à voir avec les autres gars que j'ai affrontés. Il a beaucoup d'expérience et je m'attends à faire beaucoup de rounds. Il a un style assez ouvert mais je vais devoir faire attention car un seul coup peut être fatal», prévient Kean.

«Dès que j'ai su que je revenais me battre à Trois-Rivières, j'ai demandé à Camille (Estephan) d'avoir un gars d'un bon calibre. Je tiens à offrir un bon spectacle, car sinon c'est à moi que les gens vont se plaindre s'ils n'ont pas aimé ça!»

«Le guerrier mexicain»

Débarqué au pays en début de matinée, Cota (17-6-1, 10 K.-O.) avait hâte de voir son prochain rival à l'oeuvre entre les câbles. Il a observé attentivement pendant de longues minutes Kean au boulot en compagnie de son entraîneur Mike Moffa. Même si la puissance de frappe du Trifluvien peut paraître impressionnante, le Mexicain de 33 ans n'a pas bronché d'un poil.

«Je n'ai peur de rien. Je suis le guerrier mexicain! Je ne suis pas venu ici encaisser un chèque de paye et rester au sol après un ou deux rounds. Je viens pour gagner», a-t-il déclaré avec assurance par l'entremise de son interprète.

Cela dit, Cota demeure bien conscient du parcours du poulain de l'écurie Eye of the Tiger Management. «Je suis bien heureux d'avoir l'opportunité de livrer un tel combat. Je sais qu'il a beaucoup d'expérience chez les amateurs. Mais il ne s'est pas beaucoup battu chez les pros. En plus, j'adore me battre en terrain hostile. Quand on applaudit mon adversaire, ça me motive au plus haut point. Je viens ici pour gâcher la fête!», a-t-il déclaré, notant au passage que son combat le plus difficile s'était déroulé face à Deontay Wilder (actuel champion des poids lourds WBC), dans une défaite par K.-O. au troisième assaut.

Volet amateur

En plus de six combats professionnels, les spectateurs pourront assister à cinq duels amateurs qui mettront notamment en vedette quelques pugilistes locaux. Du nombre, on retrouve l'ancien champion canadien Fabrice Cormier, Kaemy Savoie, Charles Fenkam et Machli Gracia.

Les boxeurs à l'affiche vendredi soir ont maintenant rendez-vous jeudi, sur le coup de 13 h 30 au bar la Petite Grenouille de Trois-Rivières, pour la traditionnelle pesée officielle. Mardi, un peu plus de 600 billets avaient trouvé preneur en prévision de cette soirée qui pourra recevoir un peu plus de 1000 personnes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer