Kean aux portes des grandes ligues

Simon Kean... (Le Droit)

Agrandir

Simon Kean

Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après quatre combats sans trop d'histoire depuis son arrivée chez les professionnels, l'heure est venue pour Simon Kean (4-0, 4 K.-O.) de laisser une première marque dans la division des poids lourds.

Pour son deuxième combat dans son patelin en moins d'un an, le Trifluvien de 27 ans aura droit à une commande à la hauteur de ses ambitions, vendredi à la Bâtisse industrielle, alors qu'il se frottera au Mexicain Daniel Cota (17-6-1, 10 K.-O.)

Face à un rival qui a affronté deux champions du monde à ses trois derniers combats, l'olympien de Londres 2012 aura enfin l'occasion de démontrer l'étendue de son potentiel. Limité à six petits rounds d'actions lors de ses quatre premiers combats, tous remportés de façon expéditive par K.-O., Kean a dû obtenir une dérogation de la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec pour avoir le droit d'affronter un rival de la trempe de Cota, dans un duel prévu pour huit rounds.

Le protégé de Mike Moffa, chez Eye of the Tiger Management, assure d'ailleurs être en excellente forme physique à l'aube de son test. «Je pète le feu! J'ai récemment refait un 8-9 rounds de sparring avec deux partenaires de haut calibre (Oscar Rivas et Didier Bence) et je me sentais en pleine forme», mentionne celui qui s'est offert un week-end de repos dans le nord de la Mauricie, en prévision d'une semaine qui s'annonce fort chargée.

Dans une Bâtisse industrielle très partisane, Kean devra demeurer concentré à la tâche devant un adversaire expérimenté qui possède un excellent crochet de gauche. L'ancien élève du club Performance paraît d'ailleurs emballé à l'idée de pouvoir offrir un meilleur spectacle dans son patelin que lors de sa dernière sortie dans l'arène à Trois-Rivières.

Le 6 novembre dernier, le colosse de 6 pi 5 po n'avait pratiquement pas sué avant d'être déclaré vainqueur par K.-O dès le premier assaut contre Balázs Bodó, un Hongrois qui n'avait visiblement pas l'intention d'échanger les coups avec le puissant cogneur trifluvien.

«Ça commence à monter de niveau! J'aimerais que le combat dure plus longtemps que l'autre fois. Je veux offrir un bon spectacle aux gens de chez moi. Il va falloir que j'installe mon jab tout en faisant attention de ne pas me placer en danger. Par contre, c'est certain que si l'occasion se présente, je vais y aller pour le K.-O. Ça ne se refuse pas, un K.-O.!», mentionne l'ancien champion canadien des poids lourds chez les amateurs, tout en précisant ne pas avoir porté une attention particulière au style de son rival.

«Je n'ai presque pas regardé de vidéo de lui, car je ne veux jamais me faire une idée avant d'embarquer dans le ring. La pire chose que je peux faire, c'est de le sous-estimer car tout peut basculer en un seul coup de poing chez les poids lourds. Mais je suis confiant car j'ai pris une coche à l'entraînement depuis mon dernier combat. En abaissant mon poids (250 livres), je suis aussi plus rapide», note-t-il.

En allant chercher une victoire devant un type qui s'est mesuré à des boxeurs de niveau élite tels que Deontay Wilder et Guillermo Jones - tous deux champions du monde - Kean pourrait ensuite se faire offrir d'autres défis d'envergure. D'ailleurs, le Trifluvien pourrait bientôt se retrouver en sous-carte d'un prestigieux combat de David Lemieux au Centre Bell, quelque part en septembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer