Pas de Wayne Gretzky et pas de victoire

Trevor Gretzky s'est blessé, samedi, lors du match... (Andréanne Lemire, Le Nouvelliste)

Agrandir

Trevor Gretzky s'est blessé, samedi, lors du match contre les Aigles. Quant à son père, il ne s'est pas présenté au stade Fernand-Bédard.

Andréanne Lemire, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) On attendait Wayne Gretzky au stade Fernand-Bédard samedi soir, avec son fils en action pour les Capitales de Québec. La Merveille n'est finalement jamais venue... et la victoire non plus. Les Aigles ont de nouveau bousillé une avance pour s'incliner par la marque de 8-3.

Il faut dire que Gretzky n'avait jamais confirmé à l'organisation trifluvienne qu'il allait bel et bien être présent pour la rencontre, comme il l'avait fait la veille devant 4000 partisans au Stade municipal de Québec.

Selon les rumeurs, l'ancien des Oilers d'Edmonton a plutôt décidé de rester à l'hôtel puisqu'il désirait écouter le match entre les Blues de St-Louis et les Sharks de San Jose. Une possibilité qu'il fasse tout de même un arrêt en milieu de match subsistait, mais celle-ci s'est rapidement envolée en cinquième manche quand son fils Trevor s'est blessé.

Les Capitales avaient alors l'avance 1-0 dans la rencontre, mais les Aigles menaçaient avec Simon Gravel au troisième but et Reed Lavallee au premier. Daniel Mateo y est alors allé d'une longue frappe dans la gauche et Gretzky a tenté l'impossible avec un plongeon. Il a raté la balle avant de s'écraser lourdement sur l'épaule gauche et ne pas se relever. Mateo en a profité pour faire le tour des sentiers et donner l'avance 3-1 aux Trifluviens.

Quant au voltigeurs des Capitales, il a subi une séparation de l'épaule et a dû quitter le match. Parions que si Wayne Gretzky était en route, il a rebroussé chemin à ce moment, à la déception des 2016 personnes réunies sur l'avenue Gilles-Villeneuve.

Gretzky devrait être absent de 4 à 6 semaines. Au baseball, une blessure à l'épaule peut avoir de graves conséquences, mais le gérant Patrick Scalabrini espérait toutefois que le fils de la Merveille soit en mesure de s'en remettre, puisqu'il ne s'agit pas de son épaule avec laquelle il lance.

«C'est décevant, il était en forme et il avait du fun, surtout avec sa performance de (vendredi). On va voir ce qu'il va faire, s'il veut retourner chez lui ou non. On ne peut pas en vouloir à un gars de tout tenter. Il se sentait peut-être invincible.»

Comédie d'erreurs

Après ce circuit intérieur de Mateo qui a porté la marque à 3-1, les Aigles semblaient dans le siège du conducteur. Le partant Charles Gillies n'avait permis que six coup sûrs en sept manches de travail dans une excellente sortie où il a bien répondu lors des situations difficiles.

Mais tout s'est écroulé en huitième manche. Appelé en relève, Philippe-Alexandre Valiquette a subi la fureur des bâtons québécois, mais surtout, il n'a pas été appuyé par sa défensive qui a commis deux erreurs. C'est finalement Scott Kuzminsky qui est venu terminer la manche alors que les Capitales ont marqué cinq points et n'ont plus jamais regardé derrière eux, ajoutant même deux autres points lors de la dernière reprise.

«Il n'y a rien qui explique notre contre-performance autre que les erreurs. Il faut faire les jeux et les réussir. Avec quatre erreurs (vendredi) et trois (samedi), c'est sûr à 100 % qu'on ne gagne pas de match. Gillies nous a donné une grosse performance et même Valiquette a forcé les roulants qui ont donné des chances de retraits. (Avec des erreurs), mentalement, c'est difficile. Il faut supporter nos joueurs, la défensive c'est un des endroits où on doit être fort cette année.»

Laforest n'a pas mâché ses mots à l'endroit de son joueur de deuxième but Delvis Morales, qui a commis deux erreurs samedi, pour un total de cinq en deux jours.

«Dimanche, on va l'essayer à l'arrêt-court. C'est plus facile de faire des doubles jeux à l'arrêt-court avec les jeux de pieds. Jesus Merchan a joué beaucoup de matchs au deuxième but, ça m'étonnerait qu'il ne soit pas solide. On va voir où ça va nous emmener, mais il va falloir qu'il nous montre qu'il est capable de faire quelque chose sinon ce ne sera pas long qu'il va se retrouver chez lui! »

Les deux équipes croiseront de nouveau le fer dimanche, cette fois à Québec. Les Capitales pourront compter sur leurs trois joueurs d'origine cubaine, qui sont arrivés au Canada samedi après-midi et à Trois-Rivières après le début du match. Ç'a n'a pas empêché Yordan Manduley de venir en renfort pour remplacer Trevor Gretzky en cinquième manche.

«La seule raison pour laquelle j'allais faire jouer l'un d'eux, c'était en cas de blessure. Nous n'avions qu'un autre joueur sur l'alignement alors Manduley y avait été inscrit quand même», a conclu Scalabrini.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer