C'est parti pour les 12 heures d'endurance

Les 12 heures d'endurance de La Tuque se... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Les 12 heures d'endurance de La Tuque se déroulent tout le week-end.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) La 15édition des 12 heures d'endurance de La Tuque est lancée. Des dizaines de quads, de véhicules côte à côte et de motos prendront d'assaut le circuit Gilles-Brabant, situé au club de ski de fond La Tuque rouge, jusqu'à dimanche où seront couronnés les grands champions. L'événement, qui prend un virage familial, présente une série de nouveautés pour 2016.

Dès vendredi soir, les amateurs pourront assister à une toute nouvelle présentation des pilotes. Les équipes devront montrer leur savoir-faire pour obtenir la meilleure position possible sur la ligne de départ des qualifications.

«On essaie autre chose. On commence avec les véhicules côte à côte qui vont faire un tour de piste style rodéo. Il y a un enjeu cette année, ça va déterminer la position sur la grille du lendemain pour les essais. Pour les quads, ce sera un changement de pneu chronométré. Ça va être dynamique», explique Isabelle Wood, directrice organisationnelle et des communications de l'événement. 

En soirée, c'est le chansonnier Éric Masson qui animera le chapiteau Remabec. Les dirigeants veulent attirer plus de gens. «À part le stationnement, tout est gratuit vendredi soir. On voulait quelque chose d'un peu plus grand public, mais on va rester dans le rock pour samedi soir», note Isabelle Wood.

C'est samedi que les courses vont véritablement commencer, et les amateurs devraient en avoir pour leur argent du matin au soir. En plus de l'épreuve reine, la compétition de côte à côte promet d'être très enlevante. Certaines modifications ont été apportées au circuit pour bonifier le spectacle. Il faut dire que l'événement affiche complet depuis déjà plusieurs semaines. «Il y a un engouement réel pour la 15e édition. Le plateau va être très relevé », assure Mme Wood.

Il y aura également des compétitions d'endurocross, de pitbike et de trial. L'extrêmecross est devenu un véritable incontrounable depuis son apparition à la programmation. Encore une fois, la compétition a été relevée ce qui devrait ravir les amateurs. «Ça monte en popularité. Ça va être spectaculaire. C'est vraiment comme une petite arène. Il y a des défis, des obstacles, il va y avoir du challenge. C'est bref, mais intense l'extrêmecross», souligne-t-elle.

Dame Nature n'a pas été très clémente avec les organisateurs pour les préparatifs avec le froid, la neige, l'eau... Toutefois, elle saura probablement se faire pardonner avec les températures prévues pour le long weekend. D'ailleurs on espère avoir une foule record pour cette 15e édition. «On s'attend et on espère une augmentation de l'affluence. On sent vraiment le buzz cette année, que ce soit sur Facebook, par les inscriptions, la centrale téléphonique, le site web...».

Zone famille Honda

Pour la première fois, une zone dédiée aux enfants sera installée sur le site. On veut attirer les jeunes familles. Jeux gonflables, chapiteaux, spectacle sont au programme, mais il y aura aussi l'essai de minimoto pour les jeunes de 7 à 12 ans accompagnés d'un parent. Quelques places sont encore disponibles pour dimanche. «C'est devenu un événement, le public s'élargit. Comme on veut garder les familles sur le site, il fallait trouver une façon d'amuser les enfants», explique Isabelle Wood.

Les grands ne seront pas en reste. Ils pourront, entre autres, faire des essais virtuels avec Arctic Cat. Une démonstration d'hommes forts est aussi prévue samedi dans l'aire de restauration.

Un pilote américain sur la ligne de départ

Le pilote professionnel américain Chuck Dempsey, originaire de la Californie, courra pour une première fois sur l'éprouvant circuit.

M. Dempsey est reconnu comme étant un des meilleurs pilotes de véhicules motorisés hors route dans la catégorie des «Trophy Trucks». Il a remporté la mythique course désertique Baja 1000 en 2015. 

Bénévoles recherchés

Les gens qui souhaiteraient encore être bénévole pour l'événement peuvent se présenter au chalet de ski de fond. «Il y a encore de la place pour des signaleurs. C'est la meilleure façon de voir de l'action de près», a conclu Mme Wood.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer