Les Aigles écrasent les Capitales 11-3

Après avoir mordu la poussière à leurs trois... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Après avoir mordu la poussière à leurs trois premières tentatives, les Aigles ont enfin gagné la partie inaugurale d'une saison, jeudi soir, face à leurs plus grands rivaux, les Capitales de Québec.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Aigles ne pouvaient trouver une manière plus convaincante d'entamer la défense de leur titre.

Confrontés à une défensive poreuse des Capitales de Québec et encouragés par près de 2000 personnes, les champions de la Ligue Can-Am ont malmené leurs plus grands rivaux dans un match à sens unique, jeudi au stade Fernand-Bédard, dans une victoire de 11-3 lors de leur partie inaugurale.

Joel Carranza, avec une claque bonne pour deux points, et Steve Brown ont animé l'offensive trifluvienne, réussissant chacun un circuit aux dépens de Deryk Hooker, qui a connu une courte soirée au monticule pour les visiteurs (4,1 manches lancées, 10 coups sûrs et 7 points mérités)

Ce fut tout le contraire pour son vis-à-vis Matthew Rusch (5,2 ml, 4 cs et 2 pm).

Le vétéran Hooker a goûté à la médecine des Oiseaux, qui ont inscrit des points dans toutes les manches de la deuxième à la sixième.

Les nouveaux-venus Yeixon Ruiz (deux points marqués), Jesus Merchan (deux points marqués), Sam Judah (point produit) et Reed Lavallée (point produit, utilisé comme frappeur suppléant) n'ont pas raté leur rentrée à Trois-Rivières et ils ont su participer à l'effort collectif au bâton.

Les amateurs ont également fait connaissance avec l'arrêt-court Merchan, habile pour diriger la défensive. Cette défensive n'a d'ailleurs commis aucune erreur alors que de l'autre côté, les Capitales ont totalisé quatre bourdes. Deux d'entre elles, en quatrième, ont permis aux Aigles de porter leur avance de 5-0 à 7-0.

Quand on parle d'un match à sens unique! «Ça donne confiance», souriait le gérant des vainqueurs Pierre-Luc Laforest, heureux d'avoir vu les bons élans du camp d'entraînement s'enchaîner dans ce premier match de saison régulière.

«Plus que les coups sûrs, on a eu de belles apparitions au bâton. En défensive, je suis soulagé de constater qu'un gars comme Merchan peut agir à titre de leader.»

Avec trois coups sûrs dont une longue balle, Joel Carranza a été la bougie d'allumage des locaux. Pas mal pour un gars dont le statut chez les Aigles demeurait nébuleux... il y a deux semaines à peine!

Le frappeur désigné a remercié ses patrons pour ce vote de confiance en disputant une de ses bonnes parties dans la Ligue Can-Am. «J'ai passé une belle journée! C'est un effort d'équipe, mais je suis fier de ma performance individuelle. Je vois bien la balle depuis le début du camp.»

Rusch étincelant

Carranza n'était pas la seule étoile à briller chez les Aigles jeudi. Leur as lanceur Matthew Rusch a été fidèle à son habitude. Son travail a été facilité par l'avance intéressante que ses coéquipiers lui ont donnés après trois manches (5-0).

«J'affrontais beaucoup de nouveaux frappeurs que je connaissais peu, mais au final, un match de 94 lancers, c'est quand même bien», témoignait le numéro 22 dans un français de plus en plus fluide.

Rusch redoutait notamment la présence du premier-but des Capitales Jordan Lennerton, brillant dans les rangs AAA avant d'accepter de s'établir dans la région de Québec. Ce dernier a été blanchi jeudi (0 en 3).

«C'est toujours un bon challenge contre Québec!»

Rusch a finalement quitté en sixième après avoir connu ses premiers petits pépins. Les releveurs Dennis Neal, David Leblanc et Scott Kuzminsky ont complété son travail.

Pas d'excuses

Dans l'autre vestiaire, Patrick Scalabrini réfutait l'excuse selon laquelle ses protégés n'avaient presque pas joué pendant le camp d'entraînement. On voyait pourtant que les deux clubs n'étaient pas au même niveau en terme de préparation.

«Nous avons manqué de synchronisme. Quand Jonathan Malo fait une erreur, ça en dit beaucoup! Il est bien meilleur en défensive que sur un bench press, disons. Mais ce soir, il n'y a pas grand chose qui fonctionnait pour nous. Deryk (Hooker) n'a pas lancé comme un vétéran, surtout tôt dans la rencontre.»

Carnet de notes

Éric Grabe ratera les deux prochains matchs de la série pour assister au mariage de sa soeur, à Washington. Il devrait pouvoir prendre part à la quatrième et dernière rencontre, dimanche à Québec. Grabe a amorcé la partie avec force jeudi, réalisant tout un jeu défensif pour retirer Malo, le premier frappeur du match. Cette séquence a donné le ton pour les Aigles.

Les Aigles ont attiré 1867 personnes jeudi. C'est environ 200 de moins que pour le match d'ouverture de 2015, mais 500 de plus qu'il y a deux ans...

Après avoir mordu la poussière à leurs trois premières tentatives, les Aigles ont enfin gagné la partie inaugurale d'une saison. Les Capitales, les Jackals et les Boulders avaient eu le dessus contre eux en 2013, 2014 et 2015...

L'action reprend vendredi soir, cette fois du côté du Stade municipal. Ryan Bollinger aura la lourde tâche d'en découdre avec l'as des Capitales Karl Gélinas, presque imbattable chez lui...

Les deux équipes reviendront au stade Fernand-Bédard samedi, lorsque l'organisation trifluvienne dévoilera sa bannière du championnat. Les joueurs recevront aussi leur bague pour

l'occasion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer