Basketball: Francis Mondou se joint aux Électriks

Francis Mondou (à gauche) dirigera les Électriks en... (Courtoisie)

Agrandir

Francis Mondou (à gauche) dirigera les Électriks en deuxième division du RSEQ. Il est accompagné du responsable des Électriks François Leblanc et du directeur du Service des affaires étudiantes et communication, Alain Huard.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Il y aura un nouveau patron du basketball masculin au Collège Shawinigan la saison prochaine. Francis Mondou a été nommé à la barre des Électriks jeudi.

Après avoir été à la tête du programme du Séminaire Sainte-Marie et avoir tenu le rôle de directeur général des Kebs de Québec chez les professionnels, Mondou occupait l'année dernière un rôle d'adjoint chez le Rouge et Or de l'Université Laval. Mais après deux années de tractations, il a finalement décidé de revenir au bercail à Shawinigan afin de prendre les rênes de l'équipe qui a terminé à l'avant-dernière place de la division 2 du Réseau du sport étudiant du Québec la saison dernière.

Mondou ne le cache toutefois pas, son objectif en s'impliquant avec le Collège Shawinigan s'avère beaucoup plus large que seulement les Électriks. Il espère sortir le basketball de la région de ce qu'il qualifie d'important creux de vague. «On part de loin. J'arrive dans les pires années, le basket n'est plus aussi en santé qu'il ne l'était, à part à (l'école secondaire) Du Rocher qui fait une super bonne job. Cette année, on va faire le maximum pour recruter des gars», mentionne le nouveau pilote, qui a accepté le poste après la période de recrutement, ce qui devrait lui compliquer passablement la vie. À vrai dire, aucune nouvelle recrue n'apparaît au tableau de chasse des Électriks.

L'homme d'affaires espère maintenant créer un nouveau mouvement pour le ballon orange au Collège, mais surtout dans les écoles secondaires de la région. Le tout devrait être payant à long terme. «La responsabilité du cégep, ce n'est pas seulement de coacher ses joueurs, mais aussi de s'assurer que le pipeline en-dessous dans les écoles de Shawinigan et Saint-Tite aient les atouts nécessaires pour former les jeunes», affirme Mondou, qui possède sa propre académie de basketball et son propre gymnase, ce qui devrait permettre aux jeunes de profiter de davantage d'heures d'entraînement lorsque les plateaux du cégep ne sont pas libres.

«Je vais avoir les outils. Il y a de très bons entraîneurs ici à Shawinigan et il faut les utiliser. Il faut leur amener de la viande.»

Afin de permettre aux Électriks de devenir compétitifs, le nouveau pilote tentera de recruter des joueurs d'un peu partout dans la province. Il espère que le programme deviendra une référence au Québec. «Je veux faire quelque chose de gros. Je veux faire venir des joueurs d'Europe, d'Afrique et de Montréal. Je veux faire une place pour les jeunes qui doivent sortir de leur milieu, parce qu'il y en a qui doivent le faire.»

Il ouvre d'ailleurs la porte à tout collégien qui serait tenté d'essayer cette nouvelle avenue, puisque le manque de joueurs s'annonce criant pour la prochaine saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer