Mission des Cataractes: gâcher le party!

Les Cataractes ont infligé une première défaite sur... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les Cataractes ont infligé une première défaite sur la route aux Huskies et à leur gardien Chase Marchand mardi, mais le défi sera encore plus gros jeudi à Rouyn-Noranda.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Toute la ville de Rouyn-Noranda se prépare pour un gros party. À leur 20e anniversaire, les Huskies ont la chance jeudi soir de boire dans la coupe du Président devant leurs partisans.

Imaginez, il y a plus de 12 000 personnes qui ont tenté, via Internet, de se procurer des billets pour ce cinquième match de la série finale de la LHJMQ, menée 3-1 par les Huskies.

Les hommes de Gilles Bouchard ont loupé mardi une première chance d'offrir ce championnat tant attendu par l'organisation, les Cataractes évitant le balayage dans un Centre Gervais Auto rempli à craquer. Si les Huskies ont certainement été déçus sur le coup de repartir les mains vides, cette défaite provoque néanmoins une opportunité en or de virer la ville à l'envers.

Les Shawiniganais savent bien qu'ils vont débarquer dans un aréna Iamgold fort hostile.

«C'est sûr que les Huskies vont se dire qu'ils ont la chance de se faire un méchant party! J'ai gagné la Coupe sur la route en 2001, je peux imaginer à quoi ça peut ressembler de réussir l'exploit à la maison. C'est une équipe qui n'a jamais gagné, il faut s'attendre à ce que les Huskies donnent une petite bourrée de plus pour terminer le travail chez eux», lance Claude Bouchard.

«De notre côté, on veut essayer de jouer le plus longtemps possible. C'est le même scénario que mardi, on a le dos accoté au mur, sans aucune marge de manoeuvre. Si on pense que nous avons été bons au dernier match, il faut être encore meilleur jeudi.»

Les Cataractes ont infligé une première défaite sur la route aux Huskies mardi. Cette fois, ils doivent les vaincre sur leur propre terrain de jeu. Le style de jeu de l'équipe a été moulé pour la petite glace de Rouyn-Noranda, ce qui rend le défi encore plus imposant.

Bouchard croit quand même sa bande capable de le relever. «On avait assez bien joué dans le premier match pour gagner. Et au deuxième match, c'était quand même 17-9 dans les tirs au but pour nous après une période... Les Huskies vont être prêts, ça c'est sûr. À nous de l'être aussi.»

Bouchard prend l'avion avec une petite confiance additionnelle, puisque son gardien Philippe Cadorette a joué avec aplomb lors des deux derniers matchs.

«C'est le Cadorette que j'avais connu à Baie-Comeau. Je ne l'avais pas encore vu depuis mon arrivée mais là, il compétitionne comme à ses beaux jours. C'est tant mieux, on sait qu'on va avoir besoin de lui à Rouyn-Noranda.»

Samuel Girard, nouveau recordman des Cataractes pour le plus grand nombre de points inscrits par un défenseur lors d'un printemps, assure que les Huskies vont devoir battre une équipe déterminée à ne pas rendre les armes.

«On a connu des difficultés avant le quatrième match. Moi le premier, je n'avais pas été à la hauteur lors des matchs deux et trois. Mais on a tous rebondi ensemble au match numéro quatre. Il faut juste continuer sur le même chemin. Ce n'est pas fini, cette série-là. On veut aller gâcher le party à Rouyn-Noranda.»

Le capitaine Anthony Beauvillier parle le même langage. Non, les Cataractes n'ont pas le sentiment du devoir accompli parce qu'ils ont évité le balayage.

«Perdre en quatre ou en cinq, c'est la même chose. On est dans la même position que mardi. Il faudra bien gérer les dix premières minutes. Et imposer le tempo, car c'est nous qui sommes en retard dans la série. Si on fait ça, et qu'on enchaîne pour atteindre 60 bonnes minutes de jeu, on aura de bonnes chances d'arriver à un beau résultat.»

Carnet de notes

Deuxième périple pour les Cataractes à Rouyn-Noranda, et deuxième fois où aucun hôtel de la ville n'est en mesure de les accueillir la veille du match! Paraît qu'il y a beaucoup de congrès en Abitibi-Témiscamingue en mai... 

Les Cataractes vont donc s'envoler seulement jeudi matin pour Rouyn-Noranda. À leur arrivée, ils iront à Iamgold pour une séance d'entraînement matinale, puis un hôtel a accepté de libérer des chambres en après-midi pour leur permettre de faire la sieste, qui fait partie de leur routine quotidienne en séries les jours de match... 

Philippe Cadorette a refusé de commenter le travail des officiels, quelques heures après avoir été frappé à la tête par A.J. Greer alors qu'il était dans son demi-cercle au match numéro quatre. Greer l'a ensuite gêné tout juste avant que Philippe Myers ne réussisse le troisième but des Huskies. «C'est mieux que je ne dise rien là-dessus.» 

Après avoir marqué le but victorieux mardi, Anthony Beauvillier a fait semblant de jouer du violon pour célébrer ce moment émotif. «J'avais vu ce geste-là sur le compte Instagram de Zach Werenski, capitaine des États-Unis au dernier championnat du monde junior. Je m'étais promis de l'essayer un jour. Ce n'était pas préparé, c'est venu comme ça!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer