Le miracle est-il possible pour les Cataractes?

Pour l'entraîneur Claude Bouchard, l'effort fourni par sa... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Pour l'entraîneur Claude Bouchard, l'effort fourni par sa troupe dans les deux derniers matchs n'est pas suffisant pour répondre à celui des Huskies.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Claude Bouchard n'a pas eu besoin de méditer bien longtemps pour concocter le discours qu'il a servi lundi après-midi à ses hommes, à la veille du match numéro quatre de la finale de la LHJMQ.

Menacés d'être balayés devant leurs partisans, les Cataractes doivent faire grimper leur niveau de jeu d'un gros cran. Pour la première fois depuis avril 2015, ça passe ou ça casse mardi soir, dans un Centre Gervais Auto qui sera à nouveau plein à craquer!

Ces trois défaites d'affilée face aux Huskies, Claude Bouchard a du mal à les digérer compte tenu qu'il croit que ses hommes sont capables de lui en donner plus. Ce n'est pas le talent de ses ennemis qui fait la différence, c'est leur désir. Rendu en finale, le pilote des Cataractes est un peu sonné par cette conclusion.

«Depuis que je suis arrivé, nous avons accompli des belles choses, autant individuellement que collectivement. Il y a eu une progression et c'est le fun de se retrouver en finale. Maintenant, est-ce qu'il y a des gars qui sont prêts à se contenter de ça? On n'a pas joué du gros hockey à nos deux derniers matchs. À part le 91 (Anthony Beauvillier), on n'a pas vu beaucoup nos autres gars sur nos deux premiers trios depuis. C'est très décevant, et ça ne concorde pas avec ce qu'ils nous ont montré depuis le début des séries», lance-t-il.

«On a vécu de belles choses depuis deux mois mais ce qui se passe présentement, est-ce vraiment le souvenir qu'on veut laisser? On a trois gars de 20 ans, six gars de 19 ans. Puis un noyau qui grandit ensemble depuis trois-quatre ans. J'ose espérer qu'ils ne veulent pas que ça se termine demain et qu'ils vont prendre les moyens pour étirer ça le plus possible.»

Bouchard insiste, la pire erreur à faire en ce moment, c'est de regarder la montagne qui se dresse devant l'équipe. Toutes les statistiques sont contre sa bande, ça va prendre un miracle pour réussir à battre quatre fois d'affilée les Huskies. Heureusement, ce n'est pas la mission des Shawiniganais. Le pilote des Cataractes n'exige même pas la victoire mardi. Tout ce qu'il veut, c'est une bande prête à tout laisser sur la glace pour défendre sa peau.

«Il faut donner une large part de crédit aux Huskies, ils se replient à 100 milles à l'heure, ils finissent toutes leurs mises en échec, ils bloquent des tonnes de tirs. Ça fait trois ans que Gilles (Bouchard) travaille avec ce groupe-là, ça paraît que ce ne sont pas des éléments qui ont été mis en place en quelques semaines, ou même en quelques mois. Ça nous fait mal paraître, d'autant plus que nous ne jouons pas comme nous en sommes capables.»

«On ne contrôle pas le résultat, mais on peut contrôler la façon dont nous allons nous présenter. Et le message aux joueurs, c'est que j'espère que nous avons assez de caractère, d'orgueil et de fierté dans notre chambre pour laisser une image différente de nos deux dernières sorties. Peu importe ce qui se passe, il faut à tout le moins pouvoir sortir de l'aréna avec la satisfaction personnelle d'avoir tout donné», répète-t-il.

Des ajustements nécessaires

La rondelle tombe au centre de la glace à 19 h. Au point de vue tactique, il sera intéressant de voir si Bouchard et son personnel d'entraîneurs vont arriver avec des ajustements sur les unités spéciales, un terrain où les Cataractes ont aussi été dominés depuis le début de la finale. Les Huskies n'ont accordé que quatre buts depuis le début de la finale, 23 en 18 matchs au total depuis le début des séries. L'avantage numérique des Shawiniganais a eu plusieurs chances au cours des deux derniers matchs de changer l'allure de la série en fin de soirée, sans succès. S'ils trouvent une façon de mieux réagir à la pression, ils pourraient peut-être sortir une première fois Chase Marchand de sa zone de confort...

Dans le cas contraire, Marchand pourrait bien couronner sa saison de rêve avec une Coupe du Président et le trophée Guy-Lafleur, remis au joueur le plus utile en séries. Sa moyenne de 1,16 et son pourcentage d'efficacité de ,954 sont hallucinants. Outre Marchand, le capitaine Francis Perron et A.J. Greer sont les autres candidats des Huskies dans la course pour le trophée Guy-Lafleur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer