• Le Nouvelliste > 
  • Sports 
  • > 12 heures d'endurance de La Tuque: un 15e anniversaire fêté en grand 

12 heures d'endurance de La Tuque: un 15e anniversaire fêté en grand

La 15e édition des 12 heures d'endurance de... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La 15e édition des 12 heures d'endurance de La Tuque a été dévoilée en présence du porte-parole Carl Nadeau, du maire de La Tuque Normand Beaudoin, Pierre-Olivier Lussier du groupe Rémabec, David Duchesneau, directeur de l'événement, ainsi que les pilotes Luc Croteau, Michel Caplet, Vanessa Noël et Jean-Philippe Leblanc.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les 12 heures d'endurance de La Tuque effectueront un retour dans le passé pour le 15e anniversaire de l'événement en ouvrant la porte aux quads d'une autre époque, celle d'avant 2003, et ainsi assister au retour de plusieurs visages qui ont parcouru la piste du circuit Gilles-Brabant.

L'événement, qui se tiendra du 20 au 22 mai prochain, s'annonce couru, puisque les organisateurs affichent complet depuis deux semaines, avec un total de 68 équipes qui se retrouveront dans les paddocks des deux catégories reines, le quad et le côte à côte (side by side).

«Il va y avoir beaucoup d'action et de monde. Avec 24 side by side, si on prend en considération la dimension du véhicule, c'est serré au premier virage et dans les enfilades. C'est un défi pour les pilotes, mais aussi pour les ajustements de véhicule, parce que la piste évolue chaque tour et des sillons se creusent», souligne le porte-parole de l'événement et vedette du petit écran, Carl Nadeau.

Le pilote Jean-Philippe Leblanc, qui, avec quatre victoires, est le recordman de la course, se réjouit d'ailleurs des améliorations apportées au tracé. «On est content de savoir que l'organisation a été en mesure de mettre un circuit plus gros. Avant, nous étions moins de pilotes, la piste avait été rapetissée pour que les spectateurs puissent voir plus de coureurs. Mais pour nous, c'était comme faire du lapping, alors que c'est une course d'endurance.»

Pour les quadistes, le défi sera d'autant plus relevé puisque l'épreuve de 12 h sera divisée en trois tranches, dont une de 5 h la nuit - de 20 h à 1 h. Les pilotes en sortiront encore plus taxés au lever du jour avant de compléter la course sur le coup de 10 h jusqu'à 13 h, dimanche. Imaginez l'état des quelques courageux qui décident de compléter l'épreuve en format ironman, et non pas en équipe de trois.

Deux disciplines en croissance

Le directeur de l'événement, David Duchesneau, se réjouit de la hausse d'intérêt des coureurs pour l'événement, à un point tel qu'une ligne des puits de 500 m a dû être aménagée afin d'accueillir tous les coureurs en quad et côte à côte. Le tout devrait jouer dans la stratégie de plusieurs, puisque la limite de vitesse y est de 10 km/h.

«Ça fait vraiment une différence. Tu ne rentres pas pour rien. Dans le passé, le plus de participation que nous avions eu, c'est 56 équipes. Depuis quelques années, la popularité du quad baissait, mais c'est reparti.»

«Le VTT est en croissance explosive, en partie parce que pour cette 15e année, il y a la catégorie des véhicules de 2003 et moins. Mais le side by side est aussi en pleine santé. Certains disaient que ça ne serait qu'une vague et que ça allait arrêter, mais non et plusieurs pilotes veulent s'impliquer. Je vois une croissance régulière pour les prochaines années», ajoute Nadeau.

D'ailleurs, les distributeurs d'équipement gardent un oeil sur l'événement, où ils sont en mesure de faire voir leurs nouveaux produits. L'organisation fera aussi une plus grande place aux familles en créant une zone dédiée aux plus jeunes, alors que les plus vieux auront droit à deux spectacles musicaux vendredi et samedi soir.

L'année dernière, entre 20 000 et 24 000 personnes ont assisté aux courses au circuit Gilles-Brabant. Outre le quad et le côte à côte, environ 400 pilotes sont attendus en endurocross, alors que des épreuves de trial, de pit bike et d'extrême cross seront aussi au menu sur leur tracé respectif.

Au total, entre 700 et 800 coureurs et équipiers d'un peu partout en Amérique du nord devraient converger vers La Tuque. Duchesneau s'attend d'ailleurs à un excellent spectacle dans cette catégorie le samedi soir sur un parcours technique mais spectaculaire avec ses sauts.

«Ce sera une compétition comme le Colisée et les gladiateurs à l'époque romaine. Nous avons tenté d'obtenir les meilleurs compétiteurs en motocross, en endurocross et en trial. Ce sera une chaude lutte.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer