Deux nouveaux visages chez les pros

Guillaume Labrecque et Jordan Balmir, du club Performance,... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Guillaume Labrecque et Jordan Balmir, du club Performance, vivront leur baptême professionnel le 27 mai à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Simon Kean et François Pratte semblent avoir donné la piqûre de la boxe professionnelle à leurs confrères du club Performance.

Le 27 mai prochain à la Bâtisse industrielle, lors du deuxième gala professionnel à être présenté en sol trifluvien en sept mois, ce sera au tour de Guillaume Labrecque et Jordan Balmir de vivre leur baptême.

Si les deux protégés de Jimmy Boisvert briseront la glace le même soir, leurs objectifs à long terme seront toutefois bien différents.

D'un côté, Labrecque veut avant tout vivre la frénésie d'un événement professionnel. À 35 ans, ils ne se fait pas trop d'illusions quant à la possibilité de se hisser jusqu'au sommet du classement mondial.

Présent dans les gradins le 6 novembre dernier, le Jonquiérois d'origine a été convaincu de vouloir sauter à pieds joints dans cette aventure. C'est donc une carrière de 45 combats chez les amateurs, où il a notamment participé aux Gants dorés et au Défi des champions, qu'il laisse derrière lui.

«Je ne suis plus jeune, jeune! Mais j'avais envie de boucler la boucle en vivant un combat pro. Si je prends ma retraite après ce combat, je pourrai au moins dire que je l'ai fait», confirme en entrevue avec Le Nouvelliste le père de famille qui grimpera dans l'arène chez les 130 livres.

Après avoir appris à boxer au Club de boxe olympique de Jonquière en 2005, Labrecque est débarqué dans la cité de Laviolette en 2012 - en raison de son travail à l'Aluminerie de Bécancour (ABI) - avant de se lier à Jimmy Boisvert. «C'est notre vétéran dans le gym. Il est toujours en forme alors c'est lui qui sert de point de référence lorsqu'on veut tester la forme de nos autres boxeurs», explique l'entraîneur du club Performance.

Le 27 mai, Labrecque ne compte pas déroger à sa réputation. «Il y a des gens de ma job et de Jonquière qui vont venir me voir boxer. Je ne vais pas faire les choses à moitié. Une de mes forces, c'est mon endurance. Mon adversaire va se rendre compte que j'en ai dedans!», lance celui qui met régulièrement les gants avec François Pratte.

«Après le combat, on verra pour la suite. Il ne faut jamais dire jamais. Mais c'est pratiquement impossible d'envisager une carrière, de gagner ma vie avec ça. À mon âge, ma priorité va toujours demeurer mes enfants, le travail et ensuite la boxe.»

Un grand potentiel

À l'inverse, Jordan Balmir vise plus haut. À 23 ans seulement, ça se comprend. Depuis cinq ans, il s'entraîne à temps plein. D'abord, c'était en arts martiaux mixtes - une discipline où il a livré 10 combats en plus de remporter une ceinture provinciale - sous la gouverne de Benoit Gallant à Drummondville, avant de se diriger vers la boxe, il y a deux ans. Depuis, il a livré 20 combats chez les amateurs.

S'il choisit aujourd'hui l'avenue professionnelle, c'est en partie en raison de la fenêtre qui s'offre à lui. Au cours des derniers mois, ses expériences à l'entraînement avec des boxeurs tels que Lucian Bute et Francis Lafrenière l'ont convaincu de faire le saut. 

«Je n'avais pas trop la tête aux amateurs et aux Olympiques. J'ai faim pour ça dans la vie, faire uniquement de la boxe professionnelle à temps plein. J'ai du temps devant moi et j'ai la discipline pour m'aligner vers quelque chose de bon», croit celui qui s'est déjà entraîné sous les conseils des frères Grant.

Jimmy Boisvert ne tarit pas d'éloges envers Balmir, un boxeur qui a été référé au club Performance par le champion canadien Benoit Fleury. «C'est un gars de très bon calibre, mais c'est important de ne pas sauter les étapes. Le combat du 27 mai va lui permettre de démontrer au public ce qu'il est capable de faire.»

Cette occasion, Balmir aimerait bien la saisir pour faire écarquiller les yeux des dirigeants de l'écurie Eye of the Tiger Management, qui coproduira ce gala qui mettra aussi en vedette Simon Kean (4-0, 4 K.-O) et François Pratte (2-0) et dont les grandes lignes seront dévoilées jeudi en conférence de presse.

«Ça fait longtemps que je vois les gars se promener avec leur suit aux couleurs de leur équipe. Je veux que ce soit mon tour!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer