Aigles: la rotation est presque complète

Selon son gérant, Charles Gillies devra peaufiner son... (Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Selon son gérant, Charles Gillies devra peaufiner son contrôle s'il espère ravoir une opportunité dans le baseball affilié.

Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Charles Gillies poursuivra son cheminement de lanceur professionnel avec les Aigles de Trois-Rivières, a confirmé l'organisation lundi.

Étiqueté comme l'un des plus beaux espoirs de l'équipe à sa position par le gérant Pierre-Luc Laforest, le jeune homme de 25 ans avait rejoint le club en juin 2015, en provenance des Thunderheads d'Amarillo.

C'est d'ailleurs dans la cité de Laviolette qu'il avait connu ses meilleurs moments de la campagne, et ce en dépit de quelques problèmes au niveau de son contrôle.

Gillies a présenté un dossier de six gains et quatre défaites, bon pour une moyenne de points mérités de 3,32 en 16 départs. Cette moyenne avait chuté à 2,91 en séries. Dans le volet des statistiques moins enthousiasmantes, le droitier a cumulé 56 buts sur balles en 95 manches de travail.

Sa moyenne de passes gratuites par neuf manches jouées (5,3) avoisinait ses statistiques par rapport aux retraits sur trois prises (5,5), une réalité qui a dérangé plusieurs recruteurs, selon Laforest.

«Charles a un arsenal de lancers incroyables, mais comme plusieurs dépisteurs, la première chose qu'on regarde, c'est le nombre de buts sur balles. Si tu laisses deux gars sur les sentiers à chaque manche, tes chances de percer diminuent. Nous allons travailler avec lui sur cet aspect cet été encore une fois, car il a tout un potentiel et l'éthique de travail pour passer à l'autre niveau.»

Gillies, un prometteur choix de 10e ronde des Tigers de Detroit en 2012, a passé la période hivernale en Colombie, avec Steve Brown et le nouveau-venu Porfirio Lopez, un autre lanceur qui devrait voir de l'action comme partant. Les trois comparses ont remporté les grands honneurs du championnat colombien avec les Caimanes de Baranquilla.

«Il vient de connaître deux belles saisons dans deux ligues différentes, ça peut forger sa confiance. En 2015, c'était sa première année après son opération de type Tommy John, les recruteurs voulaient le voir lancer une fois aux cinq jours. On a reçu beaucoup d'appels. Dans un monde idéal, il ne serait plus avec nous, il serait de retour dans l'affilié, mais pour les Aigles, c'est une bonne nouvelle de le revoir.»

La rotation des partants des champions de la Ligue Can-Am compte désormais quatre lanceurs: l'instructeur Matthew Rusch, le vétéran Luis Munoz, le jeune gaucher Lopez ainsi que Gillies.

Les Aigles négocient actuellement avec un autre gaucher bien connu des amateurs d'ici, Ryan Bollinger, pour compléter le groupe. Ce dernier a passé une partie de l'hiver en Australie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer