Le vote de confiance de Sylvain Lefebvre

Greg Pateryn fait partie des joueurs qui devront... (La Presse)

Agrandir

Greg Pateryn fait partie des joueurs qui devront prouver l'automne prochain qu'ils ont encore leur place chez le Canadien quand tout le monde est en santé. Quant à l'entraîneur Sylvain Lefebvre, il a reçu un vote de confiance du directeur général Marc Bergevin, même si les IceCaps n'ont pas beaucoup développé de joueurs ces dernières années.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Marc Bergevin a causé une certaine surprise en annonçant, lundi dernier, le retour de l'entièreté du personnel d'entraîneurs - sauf Craig Ramsay - du Canadien.

Une autre annonce est passée un peu plus inaperçue, mais a tout de même surpris quelques observateurs: le retour de Sylvain Lefebvre et de ses adjoints derrière le banc des IceCaps de St. John's.

Une surprise parce que le club-école du Tricolore a raté les séries éliminatoires pour une quatrième saison de suite. Et parce que les joueurs d'impact qui ont été produits par le club-école ces dernières années ne foisonnent pas.

Lefebvre a-t-il eu peur de perdre son poste? Dans son patelin de Sherbrooke, on écrivait même qu'il serait un bon candidat pour diriger le Phoenix...

«Si, chaque jour, je me demandais si je perds ma job, je ne serais pas dans le bon métier, rétorque l'entraîneur-chef en conférence téléphonique. C'est un métier difficile où c'est dur d'avoir de la stabilité. Oui, on veut participer aux séries chaque année. Mais il ne faut pas oublier les priorités de l'organisation. Quand on voit les jeunes progresser et aider le Canadien, c'est notre récompense.»

«Pour nous, c'est un vote de confiance», ajoute-t-il, tout en rappelant qu'il reste un an à son contrat.

Le développement des joueurs

Les fameuses «priorités de l'organisation», Bergevin le répète souvent, sont plus liées au développement des joueurs qu'aux résultats du club-école.

Mais qu'en est-il de ce développement? De tous les joueurs que Lefebvre a dirigés depuis son arrivée, seulement trois se sont établis à temps plein dans la LNH: Brendan Gallagher, Nathan Beaulieu et Mike Condon.

On croyait Michaël Bournival et Jacob De La Rose établis, mais ils ont finalement été renvoyés dans la Ligue américaine après avoir disputé des dizaines de matchs dans le circuit Bettman.

Enfin, il y a tous ces joueurs qu'on a vus à l'oeuvre à Montréal cette saison en raison des blessures et qui devront prouver, l'automne prochain, qu'ils ont encore leur place quand tout le monde est en santé: Greg Pateryn, Daniel Carr, Sven Andrighetto, Michael McCarron...

À l'exception de Gallagher, il n'y a pas vraiment de joueurs d'impact dans ces listes. Si Beaulieu ou Pateryn s'établissent comme des défenseurs capables de jouer 20 minutes par match, ils pourraient aussi entrer dans cette catégorie. Idem pour McCarron, Andrighetto et Carr, qui devront jouer dans les deux premiers trios pour en faire partie.

Bref, le bilan est mince jusqu'ici, mais le jury délibère toujours. En attendant, Lefebvre est satisfait de ses résultats.

«C'est un bilan positif. Des joueurs comme Gallagher, tu ne les gardes pas longtemps. On a eu beaucoup de défenseurs: Pateryn, Beaulieu, Jarred Tinordi, Morgan Ellis. Tu as des vagues de jeunes. Dans l'ensemble, on est satisfaits de leur progression, même si ce n'est pas évident. Certains s'adaptent plus ou moins bien, ça dépend du talent.»

Il y a aussi, bien sûr, la question du recrutement. Bergevin rappelait, lors de son bilan, que le CH a été «victime de ses succès», ces dernières années, et n'a pas bénéficié de choix élevés au repêchage depuis Alex Galchenyuk (3e en 2012).

Par contre, les Sénateurs d'Ottawa excellent à ce niveau, ayant développé Jean-Gabriel Pageau (96e), Mark Stone (178e) et Mike Hoffman (130e), des joueurs repêchés après le troisième tour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer