300 $ de plus pour un camp de sélection

Les joueurs affiliés à la LHPS désirant participer... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les joueurs affiliés à la LHPS désirant participer au précamp des Estacades midget AAA devront débourser 300 $ de plus que ceux provenant du réseau de Hockey Québec.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Décidément, la hache de guerre n'est pas sur le point d'être enterrée entre Hockey Québec et la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS).

Bien au contraire! En guise de nouvel épisode de ce feuilleton bien garni, voilà que les joueurs issus de la LHPS devront débourser 300 $ supplémentaires et non-remboursables s'ils souhaitent participer au précamp d'entraînement d'une équipe de la Ligue midget AAA.

Chez Hockey Québec, on se défend bien de vouloir jeter de l'huile sur le feu, indiquant que cette règle s'applique à tous les hockeyeurs non-membres de Hockey Québec, pas seulement ceux de la LHPS. Le directeur général Sylvain Lalonde souligne d'ailleurs que la mesure est entrée en vigueur en 2012. Or, comme la LHPS a claqué la porte de Hockey Québec l'été dernier, ses joueurs se trouvent désormais affectés.

«Que le joueur vienne de la LHPS, des Maritimes ou de l'Ouest canadien, c'est la même chose. Le jeune doit devenir membre de Hockey Québec pour participer à cette activité», a expliqué Lalonde, en entrevue avec Le Nouvelliste, tout en précisant que le montant est versé aux associations régionales et ne sert pas à gonfler les coffres de la fédération provinciale.

Un pré-camp à 450 $

Dans la région, la nouvelle a été avalée de travers par les parents des joueurs ciblés. Déjà qu'il en coûtait 150 $ à chaque joueur pour s'inscrire, ce supplément de 300 $ pour les joueurs hors-fédération est assez mal reçu.

D'ailleurs, il ne serait pas surprenant que plusieurs d'entre eux décident simplement de ne pas se pointer le nez au Complexe sportif Alphonse-Desjardins. «Ça coûte déjà 150 $ pour participer au camp. Et là, il faut ajouter 300 $ parce que mon gars joue dans la LHPS? Ça commence à faire cher, 450 $ pour jouer quatre parties intra-équipe. Même mon fils trouve ça trop dispendieux, alors il n'ira tout simplement pas. C'est dommage, car même si ses chances de faire l'équipe étaient minces, ça lui aurait permis de vivre une belle expérience», lance un parent qui a préféré garder l'anonymat.

À la tête de la LHPS, le président Louis Simard avait peine à y croire lorsqu'il a été avisé de cette mesure. «C'est une nouvelle tactique pour intimider les gens. Sinon, pourquoi est-ce que certains jeunes doivent payer 300 $? Leur saison est pourtant finie et les affiliations sont terminées pour l'année en cours. J'aimerais bien qu'on m'explique pourquoi on impose une taxe au développement de certains joueurs élites. On crée deux classes de citoyens, en raison de leur choix d'éducation, alors que Hockey Québec est pourtant un organisme géré avec des fonds publics.»

Sur les 84 joueurs à qui les Estacades midget AAA ont tendu la main pour leur précamp, 17 proviennent d'institutions affiliées à la LHPS, telles que le Séminaire Saint-Joseph et le Collège Marie-de-l'Incarnation à Trois-Rivières, le Collège Saint-Bernard de Drummondville et le Collège Clarétain de Victoriaville.

«Hockey Québec veut avoir les meilleurs joueurs dans la Ligue midget AAA et en ramener le plus possible dans son giron. Ce n'est certainement pas en faisant des choses comme ça qu'ils vont les récupérer!», tranche un parent déçu.

«Une question d'équité»

Dans le message transmis par Hockey Québec aux différentes organisations du réseau midget AAA, mardi, on y explique la façon de faire pour intégrer des joueurs non fédérés. «Cette procédure vous permet d'être inscrit et de bénéficier de tous les services offerts par Hockey Québec, notamment une couverture complète en assurance et également de l'encadrement de l'organisation qui vous accueille», écrit la fédération provinciale.

En entrevue au Nouvelliste, le DG de Hockey Québec refuse que la fédération soit accusée de mauvaise foi dans ce dossier. «On peut comprendre des parents d'être fâchés. Mais ce n'est pas vrai qu'on empêche des jeunes de jouer au hockey. C'est une question d'équité envers nos membres. Lorsque les joueurs sont affiliés, ça règle beaucoup de problèmes. Et il faut rappeler que c'est la LHPS qui a décidé de ne plus être membre de Hockey Québec et non l'inverse.»

Ce n'est pas la première fois que la discorde s'invite dans les relations entre Hockey Québec et la LHPS. Au cours des dernières années, les accrochages ont été nombreux, particulièrement en ce qui a trait à l'utilisation de la mise en échec dans les différents niveaux de compétition. 

En décembre dernier, le ministère de l'Éducation, des Loisirs et du Sport avait exigé que la LHPS se plie finalement aux exigences dictées par Hockey Québec, une intervention qui était loin de ravir les opposants à la fédération provinciale. D'ailleurs, à ce sujet, les membres de la LHPS n'ont toujours pas signifié qu'ils allaient rentrer dans les rangs.

Ce n'est donc pas ce nouveau pavé dans la mare à propos des frais de participation au précamp du midget AAA qui sera de nature à dissiper les tensions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer