À court de solutions?

Toute l'organisation se tourne donc vers la guérison... (La Presse)

Agrandir

Toute l'organisation se tourne donc vers la guérison de Carey Price comme planche de salut. Assez risqué, non, quand on sait que l'Élu a été blessé plus souvent qu'à sont tour depuis son arrivée dans la LNH?

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À entendre Marc Bergevin, il faut oublier une parade de la Coupe Stanley à Montréal pour un méchant bout de temps!

Lors de son bilan, au terme d'une saison catastrophique, le directeur-gérant a réitéré ne pas être un grand fan du marché des joueurs autonomes, trop coûteux à son goût. Il a confessé avoir essayé fort, mais être incapable de boucler une ou des transactions d'impact.

Puis il a de nouveau fait une profession de foi envers le repêchage, en ajoutant toutefois que les surdoués ne sont disponibles que si tu repêches très, très rapidement en première ronde.

Bref, il ne semble pas trop savoir comment améliorer l'équipe! En plus, il a donné l'absolution à tout son personnel hockey à l'exception de Craig Ramsay, embauché comme consultant. Même Sylvain Lefebvre, dont la feuille de route est très peu enviable, reste à la tête du club-école!

Toute l'organisation se tourne donc vers la guérison de Carey Price comme planche de salut. Assez risqué, non, quand on sait que l'Élu a été blessé plus souvent qu'à sont tour depuis son arrivée dans la LNH?

Subban va rester

La seule bonne nouvelle du point de presse, c'est que Bergevin semble vouloir garder P.K. Subban. Le gars a des défauts, bien sûr, mais c'est un vrai cheval. Parmi les meilleurs au monde à sa position. Il tape sur les nerfs de quelques-uns de ses coéquipiers, paraît-il? Pas surpris de ça, lui il vient à l'aréna pour compétitionner. On ne peut pas dire la même chose de tous dans le vestiaire, hein? À choisir entre la petite clique que ça exaspère, et le deuxième meilleur joueur de l'organisation, il me semble que la décision est assez facile.

De toute façon, c'est impossible d'échanger un pur-sang sans perdre au change. Rappelez-vous de Patrick Roy. De Chris Chelios. De Tyler Seguin, il y a quelques années à peine. 

Un gars comme Subban, tu ne l'échanges pas, tu l'entoures. S'il y a un gars du noyau actuel à sacrifier, il est hautement préférable de se tourner vers Max Pacioretty. Un bon joueur, avec un contrat à rabais, ça peut rapporter gros. Or Pacioretty est-il vraiment le meneur vers qui l'équipe peut se tourner lorsque la mer s'agite? Les derniers mois ont été assez révélateurs à ce sujet. À son âge, et avec son statut contractuel, sa valeur sur le marché est au maximum. Bergevin peut viser très haut en mettant son capitaine sur la table...

Avec Price, Subban, Gallagher, Galchenyuk, la base est déjà solide. Il y a quelques jeunes qui poussent et qui vont pouvoir éventuellement les aider. Le travail de Bergevin, c'est de dénicher des éléments qui vont s'insérer harmonieusement dans ce puzzle.

À ce propos, si tous les hommes de hockey sous sa gouverne méritent de revenir l'an prochain, Bergevin devrait peut-être faire des changements à ses côtés. Tous des chums, au sein de l'état-major, avec les Dudley, Lapointe et autres Churla. Vouloir avoir un lieutenant dans sa garde rapprochée, c'est facilement compréhensible.

Mais constituer un groupe de direction qui proviennent tous de la même école, avec la même vision, pas sûr que ce soit très porteur. Qui challenge le grand patron dans cette équipe? Qui amène des idées fraîches? Un country club, ce n'est pas plus acceptable dans un état-major que dans un vestiaire...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer