Direction Hawaï plutôt que Rio

Mary-Sophie Harvey a été nommée au sein de... (Scott Grant/Natation Canada)

Agrandir

Mary-Sophie Harvey a été nommée au sein de l'équipe nationale de développement qui participera au Championnat pan-pacifique junior cet été à Hawaï.

Scott Grant/Natation Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À défaut de décrocher un billet pour les Jeux de Rio, la nageuse Mary-Sophie Harvey a conclu les essais olympiques de Natation Canada avec une invitation en poche pour le Championnat pan-pacifique junior qui sera présenté cet été à Hawaï.

Il faut dire qu'à l'âge de 16 ans seulement, la tâche était colossale pour la Trifluvienne afin d'accéder à l'équipe nationale olympique. L'automne dernier, Harvey a notamment été affaiblie par une mononucléose, ce qui a chamboulé sa préparation.

Néanmoins, elle croyait fermement en ses chances d'accéder aux Olympiques. «Je visais Rio, c'était assez atteignable. Mais ça ne s'est pas déroulé comme je le souhaitais. Je n'ai pas nagé assez vite. Si j'avais égalé mon meilleur temps au 200 m quatre nages, j'aurais terminé parmi les deux premières en plus d'avoir mon standard A de la FINA et ça m'aurait qualifiée pour Rio», a-t-elle indiqué, en entrevue avec Le Nouvelliste.

Inscrite à cinq épreuves, la porte-couleurs du club Neptune de Saint-Jérôme a finalement obtenu son meilleur classement au 400 m QNI avec une participation à la finale A et une neuvième place.

Lors de sa course de prédilection, le 200 m QNI, Harvey s'est classée deuxième de la finale B, soit douzième au total. C'est justement cette performance qui a permis à la protégée de Tom Rushton, au sein du Programme d'entraînement intensif de Natation Canada, d'être sélectionnée au sein de l'équipe nationale de développement qui se rendra à Hawaï, du 24 au 27 août.

En ratant la finale A de son épreuve fétiche, Harvey admet que les émotions sont remontées à la surface, en voyant son rêve olympique 2016 s'évaporer.

«C'était difficile à prendre, car mon objectif, c'était d'aller à Rio. On a une seule chance aux quatre ans, alors les émotions étaient vives quand je ne me suis pas classée. Mais, je ne vais pas me laisser abattre par ça. Je suis prête à l'accepter et je vais prendre ça comme de l'expérience pour le futur», mentionne-t-elle, les yeux maintenant tournés vers Tokyo 2020.

Cet été à Hawaï, il s'agira pour Harvey d'une deuxième présence au rendez-vous pan-pacifique junior. En 2014, elle y avait notamment récolté une médaille d'argent au 200 m QNI, une médaille de bronze au relais 4X100 m QNI et une quatrième place au 400 m QNI.

Maintenant les essais olympiques derrière elle, Harvey quittera Toronto mardi en direction de Mesa, en Arizona, où elle participera à une étape du circuit Arena Pro Swim Series.

Par ailleurs, en plus d'un billet d'avion pour Hawaï, l'ancienne porte-couleurs des Mégophias a aussi été sélectionnée parmi les six récipiendaires de la bourse Victor-Davis.

Cette bourse est réservée aux jeunes nageurs ayant enregistré un temps de qualification national et qui souhaitent poursuivre leurs études tout en faisant de la natation de compétition. Harvey avait déjà mérité cette bourse, il y a deux ans.

Une finale A pour Lapierre-Lemire

Une autre nageuse rattachée à la région a sauté à l'eau pour une finale A à Toronto. Ancienne vedette des Patriotes de l'Université du Québec à Trois-Rivières, Caroline Lapierre-Lemire s'est classée 10e du 50 m libre. La nageuse originaire de l'Abitibi-Témiscamingue a aussi obtenu une 14e place au 100 m libre.

Quant au Trifluvien Maxime Landry, des Mégophias, il a pris le 53e rang des préliminaires lors du 200 m QNI.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer