Drouin en mode hockey

Après une rétrogradation dans la Ligue américaine, une... (La Presse)

Agrandir

Après une rétrogradation dans la Ligue américaine, une grève et un retour au jeu avec de meilleures intentions, Jonathan Drouin a été rappelé par le Lightning de Tampa Bay.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Le Canadien enterrera sa saison ce soir au Centre Bell. Pour le Tricolore, ce match sera un aboutissement, la fin d'un long calvaire qui a commencé en décembre.

Pour le Lightning de Tampa Bay, ce sera plutôt un tremplin vers la prochaine étape - les séries - qu'il commencera à la maison, contre l'équipe de 3e place de la division Atlantique, soit Boston ou Detroit.

Et pour Jonathan Drouin, ce sera la chance de poursuivre ce qui est carrément un nouveau départ. Le jeune homme, jadis banni de l'entourage du Lightning, s'amène à Montréal en tant que pièce centrale de l'attaque de son équipe.

Preuve que les temps ont changé, même son agent, le volubile Allan Walsh, refuse de faire quelque commentaire que ce soit au sujet de son client. «Toute l'attention est sur le hockey!», a lancé Walsh avec enthousiasme, avant de refuser avec un peu moins d'enthousiasme la demande d'entrevue.

Une histoire folle

Il faut comprendre ici que Walsh a donné le coup d'envoi à un hiver rocambolesque à Tampa, en dévoilant d'abord le 3 janvier que Drouin avait exigé une transaction à l'automne. L'agent a fait cette révélation après que son client eut été rétrogradé dans la Ligue américaine.

Drouin a fini par se rapporter au Crunch de Syracuse. Mais après avoir inscrit deux buts dès son premier match, il a été limité à une aide à ses six matchs suivants. Visiblement, le 3e choix au total au repêchage de 2013 n'avait pas complètement la tête au hockey, du moins selon ceux qui le voyaient jouer.

C'est dans ce contexte qu'il a cessé de se rapporter au Crunch, une décision à laquelle le Lightning a répliqué en le suspendant le 20 janvier. La suspension a finalement été levée le 7 mars, après que l'équipe eut été incapable de l'échanger à la date limite des transactions.

Depuis, c'est un Drouin transformé qui est revenu dans le giron de l'organisation. Le Québécois a inscrit neuf buts et une aide en 10 matchs dans la Ligue américaine. Rappelé par le Lightning mercredi, il a poursuivi sur sa lancée en enfilant le but gagnant jeudi, au New Jersey. En incluant ses matchs dans la Ligue américaine, Drouin a donc marqué à chacun de ses six derniers matchs.

On le disait citoyen modèle à Syracuse depuis son retour, propos corroborés par l'entraîneur-chef du Lightning, Jon Cooper.

«Les entraîneurs et tout le monde à Syracuse vous le diront, il a été phénoménal là-bas, a expliqué Cooper, jeudi, aux médias sur place à Newark. Tu veux des jeunes qui veulent jouer. Et il a prouvé dans le dernier mois et demi qu'il veut être un joueur de hockey. Tu ne peux pas demander plus.»

«Je veux simplement jouer au hockey, a dit Drouin aux collègues de Tampa, qui lui ont demandé ce qu'il en était de sa demande de transaction. Je veux mettre ça de côté. Je veux aider l'équipe et on verra où ça mènera.»

Derrière ces belles paroles, il ne faut toutefois pas oublier que ce revirement de situation ne se serait sans doute pas produit si Steve Yzerman n'avait pas eu un trou béant à combler dans ses deux premiers trios, avec l'absence inattendue de Steven Stamkos en raison d'un caillot de sang.

Jeudi, Drouin a formé un trio en compagnie d'Alex Killorn et de Vladislav Namestnikov, tandis que les «triplets», Ondrej Palat, Nikita Kucherov et Tyler Johnson, formaient l'autre unité offensive.

C'est visiblement avec ces effectifs que le Lightning amorcera sa route en séries, un scénario improbable il y a tout juste un mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer