Le Blizzard perd le match et Cousineau

Blizzard et Prédateurs devront disputer un septième et... (Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Blizzard et Prédateurs devront disputer un septième et ultime match, dimanche après-midi au Colisée de Trois-Rivières.

Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le Blizzard tentait d'en finir avec les Prédateurs de Laval, vendredi soir dans le vieux Colisée de la couronne nord de Montréal. Non seulement les Trifluviens n'ont pas réussi à battre Adam Russo plus d'une fois dans cette défaite de 4-1, mais surtout, ils ont perdu les services de leur gardien Marco Cousineau en début de deuxième période.

Les hommes d'Alain Côté tiraient déjà de l'arrière 1-0 lorsque Cousineau est tombé au combat. Francis Desrosiers avait inscrit le premier des locaux à la 14e minute du match.

«Cousineau est blessé au bas du corps. Son cas sera réévalué samedi. Marc-Antoine Gélinas a été devant le but et il a fait les arrêts qu'il avait à faire. Je ne suis pas inquiet et personne ne l'est avec lui devant le but», a révélé le pilote trifluvien, qui pourrait donc être privé de son gardien-étoile dimanche.

Marc-André Huot a retourné les deux équipes à la case départ avec son cinquième des séries en milieu de deuxième engagement et le Blizzard pouvait encore s'accrocher à son objectif.

Desrosiers en a toutefois décidé autrement. Il a inscrit son deuxième de la rencontre face à Gélinas, venu en relève à Cousineau, pour porter la marque à 2-1. Pourtant, le Blizzard avait l'avance 26-22 au chapitre des lancers, mais encore une fois, les unités spéciales ont fait défaut.

Les Trifluviens ont profité de quatre avantages numériques lors de ce match, dont une pénalité de cinq minutes à Sébastien Laferrière pour avoir été l'agresseur face à Francis Lessard. Mais comme ce fut le cas durant les cinq premières rencontres de la série, les hommes d'Alain Côté, malgré leur offensive redoutable, n'ont pas été en mesure d'être opportunistes. Le Blizzard montre d'ailleurs un anémique pourcentage de réussite de 13,6 % depuis le début du tournoi printanier.

«Un avantage numérique qui marche, c'est un avantage numérique qui score. On ne score pas, alors il ne marche pas», disait Côté qui semblait à court de mots pour expliquer les défaillances de son jeu de puissance.

Des vétérans indisciplinés

Pendant que le Blizzard cherchait ses repères à plus d'un homme, les Prédateurs ont profité de l'indiscipline des visiteurs en début de troisième période. Pierre-Luc Sleigher a doublé l'avance des siens en milieu de période alors que les Lavallois évoluaient en avantage numérique.

Une situation frustrante puisque ce sont des vétérans et meneurs qui ont écopé de ces pénalités. «Ce sont de mauvaises punitions. Nous étions en avantage numérique lorsque Huot a été pénalisé (sa deuxième de la période). Yann Joseph aussi. Dans de tels matchs, il faut que tes meilleurs soient tes meilleurs», soupirait Côté.

Il a tenté le tout pour le tout en fin de match en retirant Gélinas à la faveur d'un sixième attaquant, mais David Massé est venu enfoncer le dernier clou dans le cercueil mauricien. Pour les Prédateurs, Martin Gascon s'est fait complice des trois derniers buts des siens. «Ils la voulaient plus que nous, a avoué le chef d'orchestre trifluvien. À 3-3 dans la série, dimanche, ce sera comme des éliminatoires de football. Au lieu d'aller manger à la cabane à sucre, on va aller au hockey!»

Les deux équipes devront donc disputer un match ultime afin de couronner un gagnant dans cette série. La rencontre aura lieu dimanche au Colisée trifluvien à 16 h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer