«Le tennis est un sport propre»

Le fait que Maria Sharapova risque une longue... (Associated Press)

Agrandir

Le fait que Maria Sharapova risque une longue suspension après avoir échoué un test antidopage est la preuve, selon David Haggerty, qu'aucun joueur de tennis n'est au-dessus des règlements, même les plus grandes vedettes.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Les six premiers mois de David Haggerty à la présidence de la Fédération internationale de tennis n'ont pas été de tout repos. Il y a eu les allégations de matchs truqués et de corruption, le cas de dopage de Maria Sharapova et le litige sur les bourses distribuées dans le sport.

Maria Sharapova, le 7 mars dernier, lors de... (AFP, Robyn Beck) - image 1.0

Agrandir

Maria Sharapova, le 7 mars dernier, lors de l'annonce de son contrôle antidopage positif

AFP, Robyn Beck

«Oui, il y a eu certaines choses qui se sont produites et qui m'ont éloigné de la mission générale, a reconnu Haggerty. Mais quand il y a controverse, il y a des occasions.»

Haggerty a été élu en septembre à la tête de l'organisme responsable du sport sur la scène internationale. Haggerty, seul Américain à la tête d'une fédération d'un sport olympique, est demeuré plutôt discret au milieu des controverses très médiatisées.

Dans une entrevue exclusive avec l'agence Associated Press, Haggerty a soutenu qu'il était déterminé à protéger l'intégrité du tennis.

Il espère améliorer les systèmes de prévention et d'enquête pour enrayer les matchs truqués, renforcer le programme de dépistage des drogues, et prendre des mesures contre tous les joueurs ayant fait usage de meldonium, la nouvelle substance prohibée responsable du test positif de Sharapova.

«Nous voulons nous assurer que chaque spectateur croit que le tennis est un sport propre, car il l'est», a déclaré Haggerty.

Le problème de la corruption s'est retrouvé à l'avant-scène lors des Internationaux d'Australie, en janvier, quand la BBC et le site BuzzFeed ont allégué que les autorités du tennis ont fait disparaître les preuves des matchs truqués et ont omis de mener une enquête approfondie sur le possible trucage de matchs impliquant 16 joueurs classés parmi le top-50 mondial, au cours de la dernière décennie. Cela a incité les dirigeants du tennis à entreprendre une révision de l'Unité de l'intégrité du tennis, un processus qui devrait prendre au moins un an.

«Quand le spectre des matchs truqués se pointe, on se dit que c'est l'opportunité de parler de ce que nous faisons et de ce que nous avons fait, a déclaré Haggerty. Je peux vous assurer que nous avons une Unité de l'intégrité du tennis qui enquête sur chaque cas suspect jusqu'à ce que nous ayons des preuves pour poursuivre ou pour déterminer qu'il n'y a vraiment pas un problème.

«Nous devons mettre tout cela en perspective. Il s'agit de 246 rapports de résultats suspects l'année dernière sur un total de 120 000 matchs. Le pourcentage est faible.»

Haggerty a précisé que la FIT travaille pour améliorer l'éducation des jeunes joueurs sur les dangers des matchs truqués. L'Unité de l'intégrité du tennis a ajouté du personnel supplémentaire, y compris un analyste et un enquêteur. Et l'ITF a lui-même créé son propre département indépendant d'intégrité.

Sharapova a annoncé ce mois-ci qu'elle a échoué un test antidopage au meldonium aux Internationaux d'Australie. Le médicament, développé en Lettonie pour le traitement des maladies cardiaques, a été inscrit sur la liste des produits interdits de l'Agence mondiale antidopage le 1er janvier.

Sharapova a prétendu qu'elle n'avait pas remarqué que le médicament était désormais interdit. La Russe a révélé qu'elle a pris ce médicament sur une période de 10 ans pour divers problèmes médicaux et non pas pour améliorer la performance.

Sharapova est provisoirement suspendue, dans l'attente d'une audience devant un tribunal indépendant. Elle pourrait recevoir une longue suspension.

«Nous estimons que cela démontre qu'aucun joueur n'est au-dessus des règlements, a clamé Haggerty. Si un joueur a ce produit dans son corps, nous le saurons et nous prendrons les mesures appropriées.»

Le tennis a souvent été critiqué pour les limites de son programme antidopage. Certains joueurs vedettes, notamment Roger Federer, se sont plaints qu'ils ne sont pas assez testés.

Haggerty a souligné que dans l'ensemble, tous les joueurs, des meilleurs à ceux moins bien classés, font l'objet de contrôles en compétition et hors compétition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer