Partie remise pour Kean-Olubowale

Simon Kean... (La Presse)

Agrandir

Simon Kean

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Malgré le grand intérêt du promoteur Camille Estephan de mesurer Simon Kean à Raymond Olubowale, les deux colosses ne monteront finalement pas dans la même arène, le 27 mai à la Bâtisse industrielle. La raison est bien simple, l'Ontarien de 45 ans se fera opérer à une main au mois d'avril et ne pourra donc pas être prêt à temps pour le prochain gala qui sera présenté à Trois-Rivières.

Pour le président d'Eye of the Tiger Management, ce n'est que partie remise pour les deux boxeurs, car l'intérêt est mutuel. «Nous avons en effet formulé une offre très concrète à Olubowale. Il veut se combat-là. Mais il ne pourra pas se battre avant l'été», a indiqué Estephan en entrevue au Nouvelliste.

Surnommé «Mount Kiimandjaro», du haut de ses 6pi 7po, Olubowale avait mis un terme à la carrière de David Cadieux, en septembre 2007, après une victoire par arrêt de l'arbitre qui lui permettait de mettre la main sur la ceinture canadienne de poids lourds du National Championship Committee (NCC). Aujourd'hui, c'est la ceinture canadienne du Canadian Professionnal Boxing Council (CPBC) qu'il porte à sa taille, après sa victoire devant Éric Barrak, le 17 mars au Casino de Montréal.

Quant à l'autre champion canadien des poids lourd (CPBC), l'Ontarien Dillon Carman, il ne semble pas intéressé à croiser sur sa route le puissant cogneur trifluvien, pour l'instant. «On a présentement un autre adversaire en vue pour Simon pour son combat de Trois-Rivières. Il va s'agir d'un combattant très excitant», a assuré le promoteur, se gardant bien de dévoiler l'identité du boxeur en question.

Après avoir vu son poulain se débarrasser sans trop de mal de ses quatre premiers adversaires - il n'a jamais atteint le troisième round - Estephan se frotte les mains en observant la progression de l'olympien de 27 ans. «Quand on l'a signé, on savait qu'on allait avoir un bon prospect qui pouvait aller loin. Jusqu'à maintenant, il est impressionnant. Je crois beaucoup en lui, car il est très dédié à l'entraînement aux côtés de gars comme (David) Lemieux et (Schiller) Hyppolite.»

Quant à François Pratte, qui se battra pour la troisième fois sous les regards des dirigeants d'Eye of the Tiger Management le 27 mai, Camille Estephan se dit ravi de son rendement et n'écarte pas la possibilité de lui soumettre une offre de contrat dans un avenir rapproché. «L'important pour François présentement, c'est de se battre. On devrait s'asseoir sous peu avec lui. Il est certainement sur notre radar.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer