Discipline et étanchéité pour en finir

Alain Côté estime que le Blizzard devra rendre... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Alain Côté estime que le Blizzard devra rendre la vie un peu plus dure à Adam Russo pour venir à bout des Prédateurs, à l'image de Marc-André Huot sur cette séquence.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) En avant 3-2 dans la série face aux Prédateurs de Laval, pas de doute que le Blizzard de Trois-Rivières est en contrôle. N'allez toutefois pas croire que l'entraîneur Alain Côté se pète les bretelles pour autant. C'est pourquoi il espère que sa bande réussira à resserrer son jeu défensif, vendredi soir au Colisée de Laval, afin d'accéder au carré d'as de la Ligue nord-américaine de hockey pour une cinquième année consécutive.

«Marco nous a gardés dans le dernier match, avec plusieurs gros arrêts. On donne beaucoup trop de chances de marquer en zone défensive. On va devoir jouer plus tight que ça. Aussi, il va falloir continuer à compléter nos mises en échec et diriger plus de rondelles que ça et mettre davantage de trafic devant Adam Russo, qui est très solide», explique Côté.

En plus d'espérer une performance défensive un peu plus étanche, le Blizzard va tenter de demeurer loin du banc des pénalités. Mercredi au Colisée, les Trifluviens ont joué avec le feu, sans trop se brûler, avec quelques pénalités écopées dans des moments critiques. «On va devoir mieux gérer nos émotions. Ils ont une très bonne offensive et surtout un power play dangereux», a soutenu le franc-tireur Thomas Beauregard.

L'entraîneur Alain Côté admet aussi que certains écarts de conduite auraient pu être coûteux, n'eut été d'un rendement de 5 en 6 en désavantage numérique de ses équipiers. Cependant, il est loin de lancer la pierre à ceux qui jouent avec, disons, beaucoup d'entrain.

«Je n'ai pas de misère à vivre avec des pénalités d'intensité. Là où j'accroche, c'est quand on prend des pénalités de mollesse, du bout du bâton ou encore parce qu'on a trop étiré une présence sur la patinoire. Ils ont un gros power play, les Prédateurs, et utilisent parfois jusqu'à cinq attaquants. Il faudra faire attention», indique l'entraîneur du Blizzard qui retrouvera Gabriel Boutin-Gagnon dans l'alignement pour le sixième match de cette série.

Un retour bienvenu

Face au précipice, l'entraîneur des Lavallois Éric Haley accueillera à bras ouverts son défenseur-étoile Bruno St-Jacques, qui a dû passer son tour lors du dernier match en raison d'une suspension.

«On a dû se débrouiller avec cinq défenseurs au dernier match et la fatigue s'est fait sentir. Bruno, c'est un gars qui joue à toutes les sauces et qui va notamment venir stabiliser notre jeu à cinq contre cinq. Ça va aussi permettre à chacun de nos défenseurs de reprendre son rôle», indique le pilote d'origine trifluvienne, bien heureux de retrouver les partisans des Prédateurs.

À la fin du dernier match, les esprits se sont quelque peu échauffés, notamment avec les Sébastien Laferrière, Steven Oligny, Martin Trempe et Éric Laplante qui ont été envoyés aux douches avant la sirène finale. Pour Haley, il ne fallait pas y voir là de la frustration accumulée, mais plutôt un message pour ses adversaires. «Ça fait partie de la game des séries. On a voulu préparer le prochain match!», a-t-il laissé tomber.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer