Un défi complètement fou pour Patrick Charlebois

Patrick Charlebois participera au World Marathon Challenge en... (Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste)

Agrandir

Patrick Charlebois participera au World Marathon Challenge en janvier 2017.

Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Patrick Charlebois carbure aux défis. D'un marathon international à un autre, il n'est pas du genre à reculer devant une occasion un peu folle de parcourir 42,2 kilomètres. À 45 ans, le Trifluvien a vraisemblablement trouvé chaussure à son pied avec le World Marathon Challenge, une épreuve ponctuée de sept marathons en sept jours sur sept continents. Rien que ça!

«Quand j'ai annoncé à ma famille que je me lançais dans ce défi, mon fils aîné m'a dit: "Tu vas mourir!". Je l'ai remercié pour son soutien!», lance d'entrée de jeu celui qui compte déjà les six marathons majeurs de la planète à son palmarès: New York, Boston, Chicago, Berlin, Londres et Tokyo.

Jeudi, le marathonien a donc dévoilé les grandes lignes de cette impressionnante épreuve qui mènera 15 participants de l'Antarctique à l'Océanie, en passant par les deux Amériques, l'Europe, l'Afrique et l'Asie. Avant lui, seulement 29 personnes ont réussi cette mission, lors des deux premières éditions de cette compétition. Charlebois compte d'ailleurs devenir le premier Canadien à inscrire son nom à cette liste prestigieuse.

En tout, ce sont 295 km de course à pied, 59 heures et 38 000 km de transport en avion, 19 fuseaux horaires, sept paires de souliers et... «beaucoup d'ampoules!» qui attendent le père de famille lors de ce périple à travers le monde.

Habitué de courir la distance sous les trois heures, Charlebois aimerait réussir à boucler chaque marathon en quatre heures lors du World Marathon Challenge, considérant l'ampleur du défi quotidien. Une moyenne de quatre heures lui octroierait le cinquième meilleur temps depuis le début de cette compétition, en 2015.

Au-delà des 42,2 km à parcourir à chaque jour, les déplacements et le manque de sommeil risquent de représenter un défi plus délicat que les courses qui se dérouleront sur des parcours passablement avantageux. C'est d'ailleurs pourquoi Charlebois s'est entouré d'une équipe qualifiée pour superviser sa préparation.

Entre les épreuves, Charlebois devra maximiser son emploi du temps entre les nombreux vols afin de réussir à recharger un peu ses batteries. Comme si le défi n'était pas suffisamment colossal, le Trifluvien admet appréhender particulièrement la séquence de trois marathons en 36 heures qui permettra de relier Miami, Madrid et Marrakech.

Pendant que le volet course à pied a été confié à l'olympien Joël Bourgeois (1996 à Atlanta et 2000 à Sydney), son alimentation se déroulera sous la supervision de la nutritionniste Josiane Tanguay. «La préparation est très importante. Nous formons une équipe, car je vais devoir composer avec des courses de nuit et dans des conditions météorologiques imprévisibles. Si mon entraîneur me le permet, j'aimerais même revoir mon objectif de temps à la baisse!», mentionne le conseiller en placement à la Financière Banque Nationale.

Un défi coûteux

Parmi le peloton de 15 participants, Charlebois indique que certains coureurs s'inscrivent avec l'idée de rafler la victoire tandis que d'autres sont davantage attirés afin d'amasser des fonds pour diverses fondations.

«Moi, j'y vais pour gagner!», souligne celui sera également associé à une cause, à être nommée bientôt, pour laquelle il amassera des fonds en lien avec la compétition.

Évidemment, un projet aussi spectaculaire vient avec une facture qui l'est tout autant. En plus des frais d'inscriptions évalués à 60 000 $ canadiens, les participants doivent acquitter leurs frais de déplacement de départ jusqu'au Chili ainsi que de retour depuis l'Australie. En tout, l'aventure devrait coûter près de 80 000 $.

D'ici son départ, le 18 janvier prochain vers Punta Arenas, au Chili, Patrick Charlebois parcourra de 110 à 150 km par semaine à l'entraînement. Viendra ensuite le test ultime de sept marathons en une semaine, du 23 au 29 janvier.

Un défi complètement fou, définitivement modelé à la hauteur de ses ambitions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer