«Ça devrait être 4-0 pour nous!»

Éric Haley estime que ses Prédateurs auraient mérité... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Éric Haley estime que ses Prédateurs auraient mérité de remporter les quatre premiers matchs de la série face au Blizzard.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) «Ce sont des erreurs de fin de match qui font en sorte que la série est égale 2-2. Mais ça devrait être 4-0 pour nous!»

Voilà dans quel état d'esprit Éric Haley et ses Prédateurs de Laval vont débarquer au Colisée de Trois-Rivières pour disputer mercredi soir le cinquième match de la série quart de finale face au Blizzard.

Pour le Trifluvien en charge des Prédateurs, ce sont quelques petites minutes qui ont privé sa bande d'un balayage au premier tour des séries de la Ligue nord-américaine de hockey. Dans le premier match, Carl Gélinas a forcé la prolongation en marquant avec moins de deux minutes à jouer, ce qui a permis à Jonathan Bellemare de jouer les héros en prolongation. Puis, dimanche, Mathieu Guertin a freiné la remontée lavalloise en inscrivant le but gagnant avec 66 secondes à écouler au cadran.

«Nous avons connu toutes sortes d'embûches cette saison et nous avons su nous relever. Le moral est bon. J'ai confiance en ma troupe. Nous avons un jeune groupe qui apprend de ses erreurs. Il suffit de ne pas les répéter», mentionne Haley.

À l'opposé, le Blizzard d'Alain Côté voudra certainement redorer son blason devant ses partisans. Lors du quatrième match de la série, des cols bleus tels que Mathieu Guertin, Antoine Houde-Caron et Gabriel Boutin-Gagnon ont effectué un retour au jeu, insufflant ainsi une bonne dose d'énergie aux Trifluviens qui ont su se relever d'un pénible revers à domicile de 7-1 pour ainsi créer l'impasse dans cette série quatre de sept. «On a démontré beaucoup de caractère. Plusieurs connaisseurs nous croyaient abattus. Notre défaite nous a permis de faire une brassée de lavage en famille. Les gars veulent se racheter. Ils ne veulent pas laisser tomber les partisans et les propriétaires», indique Côté.

Mercredi soir, c'est Francis Lessard qui renouera avec l'action après une absence d'un match tandis que Boutin-Gagnon devra s'absenter. Pour l'entraîneur, sa présence viendra ralentir les ardeurs de certains rivaux qui songeraient à se permettre certains écarts de conduite dans une série où le brasse-camarade a été omniprésent. «La rivalité est bien installée. Ça se joue pouce par pouce. Francis, c'est un autre gars d'énergie qui frappe beaucoup l'adversaire. Sa présence change la game au niveau des hommes forts. On sent que les gars sont plus calmes quant il est là», note Côté.

«Ce n'est certainement pas Trois-Rivières qui va nous intimider. Personne dans cette ligue ne va nous intimider. Et de toute façon, l'intimidation, ce n'est qu'une parcelle de ce qu'il faut faire pour gagner. Le Blizzard a une bonne offensive, alors on doit limiter nos revirements et surtout améliorer nos débuts de match», rétorque Haley.

St-Jacques suspendu

Au chapitre des absences, les Prédateurs seront assurément les plus affaiblis puisqu'ils devront se passer de leur défenseur-étoile Bruno St-Jacques. L'ancien des Hurricanes de la Caroline a été suspendu une rencontre pour avoir été instigateur d'un combat contre Houde-Caron alors qu'il portait un protecteur facial complet. Son entraîneur Éric Haley n'était visiblement pas très heureux de la décision rendue par l'officiel.

«Je n'ai aucun moyen de faire renverser la décision, car c'est une suspension automatique à la suite d'un jugement de l'arbitre qui était erroné.»

La rondelle tombera sur le coup de 19 h 30 au Colisée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer