Onde de choc au tennis féminin

Le directeur de l'Omnium BNP Paribas, Raymond Moore,... (Agence France-Presse)

Agrandir

Le directeur de l'Omnium BNP Paribas, Raymond Moore, a remis le trophée de la finaliste à Serena Williams, quelques heures après avoir tenu des paroles surprenantes à propos du tennis féminin.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Les propos du directeur du tournoi de tennis de l'Omnium BNP Paribas, Raymond Moore, ont suscité la controverse et ont été vivement critiqués par plusieurs intervenants du sport.

Avant les finales de dimanche, l'actuel directeur du tournoi, Raymond Moore, a déclaré à des journalistes que les femmes «profitaient du succès des hommes».

Moore, un ancien tennisman professionnel, supervise le tournoi qui réunit tous les ans, dans le désert de la Californie, l'élite du tennis masculin et féminin. Les bourses offertes s'élèvent 7 millions $.

«Dans ma prochaine vie, je veux être une membre de la WTA parce que le circuit de tennis féminin profite du succès des hommes». Elles ne prennent aucune décision et elles sont chanceuses. Elles sont très, très chanceuses. Si j'étais une joueuse de tennis, je m'agenouillerais tous les soirs et rendrait hommage à Dieu que Roger Federer et Rafa Nadal soient venus au monde, parce qu'ils ont transporté ce sport.»

Moore, un Sud-Africain de 69 ans, a également affirmé que les joueuses de tennis étaient «attirantes physiquement et attirantes au niveau compétitif».

«Je suis sincèrement désolé de ces remarques, et je présente mes excuses à toutes les joueuses et à la WTA, a écrit Moore dans un communiqué. Nous avons eu droit à une finale féminine aujourd'hui qui dépeint les forces des joueuses, surtout Serena (Williams) et Victoria (Azarenka), et l'ensemble de la WTA. Une fois de plus, je suis sincèrement désolé de ces remarques.»

Serena Williams et Victoria Azarenka ont également critiqué les commentaires de Moore après leur finale, dimanche.

«De toute évidence, je ne crois pas qu'une seule femme devrait se mettre à genoux et remercier quiconque», a réagi Williams après sa défaite en deux manches identiques de 6-4.

Steve Simon, un collègue de longue date de Moore à Indian Wells, est devenu le président directeur général de la WTA l'automne dernier.

L'ancien directeur du tournoi d'Indian Wells, aujourd'hui à la tête de la Women's Tennis Association (WTA), a qualifié de «décevants et alarmants» les propos de son successeur au sujet du tennis féminin.

«À titre de directeur de l'un des événements les plus importants du tennis professionnel, les commentaires de Raymond Moore sont extrêmement décevants et alarmants», a-t-il affirmé dans un communiqué publié tard dimanche.

«La WTA opère sans le soutien de quiconque et a vu le jour sur des bases d'égalité et d'émancipation. Je suis fier de toutes les grandes athlètes de la WTA qui investissent ardeur au travail et qui s'imposent des sacrifices jour après jour. Le tennis, dans son ensemble, profite de la contribution et des réalisations de chaque joueur, qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme», a-t-il ajouté.

La présidente de l'Association de tennis des États-Unis (USTA) a également déploré les propos de Moore, lundi. Katrina Adams, qui a évolué sur le circuit de la WTA pendant 12 ans, a réitéré l'engagement de la USTA et des Internationaux des États-Unis envers l'égalité.

«Il n'y a pas de place dans ce sport pour des idéologies dépassées, sexistes et sans fondement, a-t-elle déclaré dans un communiqué. Les commentaires prononcés hier (dimanche) ne correspondent pas aux croyances de la grande majorité des personnes oeuvrant dans le monde du tennis.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer