Le Blizzard l'a échappé belle

Marco Cousineau a fait face à 35 tirs... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Marco Cousineau a fait face à 35 tirs dimanche, contre 31 pour son vis-à-vis, Adam Russo.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Une avance de 3-0 après 20 minutes, voilà qui aurait dû être suffisant pour permettre au Blizzard de remporter aisément le quatrième match de la série face aux Prédateurs, dimanche à Laval. Mais les Trifluviens ont laissé aller cette avance, avant que Mathieu Guertin ne vienne sauver les meubles en fin de troisième dans un gain de 4-3.

Au terme de la gênante défaite de 7-1 de vendredi dernier, Alain Côté avait promis qu'il y aurait du sang neuf dans sa formation. Il n'avait pas menti. Guertin est revenu au jeu après avoir été hors de l'alignement lors du troisième match, alors qu'Antoine Houde-Caron a effectué son retour après une blessure à un genou qui l'avait tenu à l'écart depuis le 13 novembre.

Gabriel Boutin-Gagnon est aussi venu donner un coup de main... et de poing. Bref, trois joueurs pouvant apporter la fougue qui était plus qu'absente vendredi.

Il faut croire que c'est exactement ce que ça prenait, puisque les Trifluviens ont connu une excellente première période. Maxime Boisclair a ouvert la marque à la dixième minute avant que Vincent Richer et Thomas Beauregard ne battent Adam Russo avec moins de deux minutes à faire à l'engagement.

La situation s'est toutefois gâtée au retour de l'entracte. Yann Poirier a réduit l'écart à 2-1 tôt au deuxième vingt avant que le défenseur Bruno St-Jacques ne marque son premier des séries avec 63 secondes à faire au cadran.

«Nous avons connu une grosse première période, mais nous avons été indisciplinés en deuxième. En troisième, ce n'était pas facile non plus, la deuxième période nous avait brûlé avec plusieurs désavantages numériques.»

David Massé a retourné les deux équipes à la case départ dès le début de la troisième période, jetant une douche froide sur le Blizzard. Contrairement à vendredi, les hommes d'Alain Côté ont été en mesure de se serrer les coudes pour éviter le pire.

«En troisième période, personne ne voulait faire d'erreurs et le jeu s'est fermé. Nous avons aussi eu trois avantages numériques mais nous n'avons pas été menaçants.»

Avec 66 secondes à faire au cadran, Guertin a levé sa main lorsqu'il était le temps de trouver un héros chez le Blizzard. Il a reçu une passe d'Alexandre Comtois au cercle de mise en jeu avant de s'approcher d'Adam Russo et de le déjouer pour pratiquement assurer la victoire aux visiteurs.

«Le sang neuf a payé. Guertin n'avait pas joué vendredi et il était un cas incertain pour dimanche soir. Il a joué et il a marqué le gros but. C'est le fun pour nous et la profondeur a payé», a souligné le pilote trifluvien.

Ce dernier avait aussi de bons mots pour Houde-Caron, et ce, même si celui-ci n'était pas dans la meilleure des formes après une si longue absence.

«Il n'avait peut-être pas sa game shape, mais il a eu assez de glace pour se mettre en forme dimanche soir. Les deux ont distribué des mises en échec, ils étaient intenses et ils allaient dans les coins.»

St-Jacques suspendu?

Antoine Houde-Caron a même dû jeter les gants en première période face au meilleur défenseur des Prédateurs, Bruno St-Jacques. Le hic, c'est que l'ancien des Hurricanes de la Caroline porte une visière complète à la suite d'une chute subie lors du premier match de la série au Colisée, et il a reçu une pénalité d'instigateur sur la séquence.

Selon la réglementation de la LNAH, il écopera d'une partie de suspension.

Steven Oligny et Gabriel Boutin-Gagnon devraient aussi passer leur tour, pour bataille subséquente.

Les deux équipes croiseront de nouveau le fer mercredi, cette fois, au Colisée de l'avenue Gilles-Villeneuve.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer