Le Blizzard humilié

Pierre-Luc Sleigher ne s'est pas gêné pour déranger... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Pierre-Luc Sleigher ne s'est pas gêné pour déranger Marco Cousineau en marquant le premier de ses deux filets lors du pique-nique des Prédateurs vendredi au Colisée de Trois-Rivières.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Rien ne fonctionnait pour le Blizzard, vendredi soir au Colisée, lors du troisième match de la série face aux Prédateurs. Alors que les visiteurs profitaient de toutes leurs opportunités pour aller chercher une victoire 7-1, les Trifluviens ont été inefficaces en offensive et en défensive, en plus d'être généreux... envers l'adversaire.

Même s'il a dominé la colonne des lancers, le Blizzard a été incapable de trouver une solution au mystère Adam Russo, qui a connu un excellent match. Celui-ci a cédé en première période sur un lancer sans avertissement de Marc-André Huot qui a fait 1-1, mais il s'est imposé par la suite en réalisant plusieurs arrêts spectaculaires.

Dans le filet adverse, Marco Cousineau ne faisait pas mal du tout, mais il a été abandonné par sa défensive. Éric Laplante, qui sortait du banc de punition après avoir écopé d'une pénalité inutile, s'est lancé vers le filet trifluvien et a trouvé une mince ouverture pour porter la marque à 2-1.

Les hommes d'Alain Côté étaient encore dans le match après 40 minutes, mais tout s'est rapidement écroulé en troisième période. Yann Poirier, laissé seul dans l'enclave, s'est inscrit à la marque dès la cinquième minute, puis Francis Desrosiers en a ajouté moins de deux minutes plus tard, lui aussi laissé seul devant Cousineau.

«On a dominé au chapitre des lancers au filet jusqu'à la moitié de la troisième période. Mais nous n'avons pas été opportunistes et nous avons raté nos chances de marquer. Ce qui est le fun en séries, c'est qu'on recommence à zéro même si nous perdons 7-1 ou en quatrième prolongation», a souligné Côté au terme de la rencontre.

Le dernier clou dans le cercueil des locaux a été enfoncé quelques minutes plus tard... par Marco Cousineau. Effectuant une sortie de son demi-cercle, il a remis la rondelle directement sur le bâton de Pierre-Luc Sleigher, qui n'a pas raté sa chance dans une cage ouverte.

«Les gars ne sont pas contents. On a fait des erreurs mentales qu'on ne fait pas à ce stade-ci de la saison. C'est inacceptable en séries éliminatoires. Ce sont des jeux de base. Dimanche, on va avoir du sang nouveau dans l'alignement et c'est sûr qu'on aura quelques ajustements à faire», a ajouté le pilote trifluvien.

Les dernières minutes du match avaient plus à voir avec la WWE qu'avec le hockey. Même les gardiens Marc-Antoine Gélinas et Alex Bitsakis, venus en relève à Cousineau et Russo respectivement, ont failli en venir aux coups à deux occasions. Les officiels sont finalement intervenus et ont expulsé Bitsakis au grand plaisir de la foule... lavalloise. En effet, la centaine d'amateurs de la couronne montréalaise ont semblé envahir le Colisée, rendant le reste des 1278 spectateurs bien silencieux.

«Les séries c'est long. De toute façon, toute l'année, nous avons joué en dents de scie au Colisée. On a une meilleure fiche sur la route qu'à la maison. Ça ne me dérange pas d'aller jouer à Laval. Ce soir, les Prédateurs n'ont intimidé personne, mais ils ont été meilleurs sur les unités spéciales et sur les chances de marquer», a conclu Côté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer