Richard Grégoire, un vrai de vrai!

Richard Grégoire... (Serge Lafrenière)

Agrandir

Richard Grégoire

Serge Lafrenière

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Claude Loranger
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) À 81 ans bien sonnés, le Shawiniganais RICHARD GRÉGOIRE enfile les skis sept jours par semaine à la station Vallée du Parc. Retraçons en quelques lignes la vie sportive d'un grand champion qui mériterait d'emblée un podium pour sa grande passion du ski alpin depuis des lustres.

Tout jeune, il faisait ses débuts sur les deux planches dans les côtes à Lambert, Gignac et Guilbert de Shawinigan. Ensuite, il fut moniteur de ski et entraîneur au mont Georges de la Cité de l'énergie durant huit saisons avant de faire son entrée par la grande porte à la station Vallée Pruneau de Grandes-Piles où il a été une figure de proue pendant une décennie puisqu'une piste (la Richard) avait été dédiée en son honneur pour ses bons coups en tant que moniteur et entraîneur, notamment au sein de l'équipe de compétition.

Richard Grégoire (deuxième à partir de la gauche)... (Serge Lafrenière) - image 2.0

Agrandir

Richard Grégoire (deuxième à partir de la gauche) flanqué de ses fidèles partenaires Jacques Buisson, Louise Pelletier et Pierre-Luc Gagnon. Absent lors de la photo, Pierre Chayer.

Serge Lafrenière

Vallée du parc, son deuxième chez soi!

Lors de l'inauguration de Vallée du Parc en 1972, il a poursuivi sa carrière à la station de Shawinigan. En plus de jouir pleinement des plaisirs de la montagne avec ses fidèles partenaires (JACQUES BUISSON, PIERRE CHAYER, PIERRE-LUC GAGNON et LOUISE PELLETIER), il agit comme moniteur depuis 44 ans.

En bout de piste, il cumule au compteur au-delà de 60 ans dans la chaise de moniteur. Ce qui est assurément un exploit rare sur la planète ski!

Au fil des années, il a été témoin de l'évolution de Vallée du Parc et il n'en revient pas encore de la métamorphose apportée à la montagne de Shawinigan. 

Il garde de précieux souvenirs de ses voyages de ski en sol européen, entre autres les fameuses montagnes d'Autriche, de Suisse et de France. 

Sa montagne préférée: le mont Sainte-Anne et ses deux versants où il a été membre cinq jours/semaine pendant 15 ans. Il avait un faible pour la piste d'experts Super S...

En tant que skieur de compétition, il a vécu son moment de gloire à un championnat canadien à la station Mont Adstock alors qu'il avait pris la sixième place en slalom. Il avait été sollicité pour faire partie de l'équipe canadienne à l'âge de 27 ans.

En matière de coaching, il a eu sous son aile le Québécois DANIEL BERGERON, un membre de l'équipe canadienne.

Outre le ski alpin, Grégoire (un ancien de la Belgo) était un abonné à la natation, au vélo et au canot. Il a laissé sa signature en vélo puisqu'il avait raflé le trophée Réal-Lamothe au Tour de Trois-Rivières il y a des décennies. Dans le domaine du canot, il a pris part à plusieurs courses, en plus de savourer la victoire lors d'une épreuve sur la rivière Batiscan avec son partenaire JEAN DANEAULT. Aujourd'hui, il manie bien les outils de golf sur les parcours du Centre-Mauricie.

Sa recette pour garder la forme: la marche rapide d'une durée de 90 minutes, à raison de quatre jours/semaine. 

RICHARD GRÉGOIRE, un bel exemple de détermination et de persévérance. Un grand champion à sa manière! Ouvrons-lui les portes du... podium à VDP!

En vitesse

Il n'y a pas de doute, ANDRÉ PRONOVOST a vécu de belles émotions en assistant via Internet aux premiers coups de patin de son petit-fils ANTHONY MANTHA dans le maillot 39 des Red Wings de Detroit contre Philadelphie et Columbus. Il s'est souvenu de l'époque où il jouait pour les Wings (1962-1963 et 1963-1964) aux côtés des GORDIE HOWE, NORM ULLMAN et cie.

«Anthony a bien performé. Il est venu près à deux reprises de toucher la cible. Il a été employé sur les deux premiers trios. Il a même été utilisé aux côtés de PAVEL DATSYUK. Les étoiles sont alignées pour qu'il termine la saison à Detroit », de faire remarquer un Pronovost comblé au bout du fil.

Celui-ci se déplacera vers Detroit la semaine prochaine afin d'assister aux rencontres contre Montréal (24 mars) et Pittsburgh (26 mars). Il sera également au Centre Bell, le 29 mars, lors de la visite des Wings et de son petit-fils Anthony.

Le maire YVES LÉVESQUE m'a chuchoté à l'oreille récemment que le dekhockey verrait le jour en 2019 à l'aréna Jean-Guy-Talbot.

Aux prises avec une vieille blessure, le juge de lignes MARTIN LAVICTOIRE a des fourmis dans les jambes lorsqu'il assiste aux matchs de la LNAH au Colisée.

Coach ÉRIC HALEY des Prédateurs de Laval ne laisse personne indifférent dans la série contre le Blizzard de Trois-Rivières, lui qui a passé cinq saisons de l'autre bord de la clôture!

Je me joins aux amis de MICHEL GOSSELIN, un ancien des Reds de Trois-Rivières au début des années 60, pour lui envoyer des ondes positives dans le combat qu'il livre contre la maladie. Michel est présentement hospitalisé à Pointe-Claire.

Contrairement à certains, DANY DUBÉ de Cogeco Média soutient que le géant MICHAEL MCCARRON du CH est un patineur fluide, sans être explosif sur les deux lames.

L'ex-Trifluvien PAT LACELLE (directeur général des Prédateurs de Laval) a déménagé ses pénates dans la belle région de Charlevoix.

Le skieur senior PIERRE GIROUX et son groupe sont revenus enchantés de leur randonnée annuelle au centre de ski Le Valinouët du Saguenay.

Le couple ANDRÉE et YVES LEVASSEUR de la Perle Rare conserve de belles cartes postales de leur dernier voyage en Colombie!

CLAUDE LEMIEUX, des Leafs trifluviens chez les 60 ans et plus, a ajouté deux grosses pointures à sa formation, soit JEAN-GUY DOUCET et MICHEL MORIN, en prévision du tournoi annuel de la FADOQ qui se déroulera au mini Centre Bell de Brossard, les 8 et 9 avril prochain. La bande à PIERRE ST-JACQUES de Canadian Tire chez les 50 ans et plus y sera également.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer