Bellemare en argent au SFR Freestyle Tour

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le skieur acrobatique Alex Bellemare a terminé sa saison en beauté vendredi à La Clusaz en France. Il a grimpé sur la deuxième marche du podium dans l'épreuve de slopestyle du SFR Freestyle Tour.

La deuxième descente du Shawiniganais s'est avérée la meilleure. Il a récolté 92 points, devancé uniquement par le Norvégien Oystein Braten, qui a obtenu 93,2 points. James Woods a complété le podium avec 91,2 points.

«Je me suis qualifié dans une position confortable. Pour les finales, j'ai eu un petit accrochage sur mon atterrissage du premier saut lors de ma première descente mais j'ai réussi à perfectionner le tout lors de ma deuxième descente», s'est réjoui le principal intéressé au terme de la compétition.

Le SFR Freestyle Tour est l'une des compétitions les plus importantes en Europe à ne pas faire partie de la Coupe du monde ou encore des X Games. Bellemare disait avoir apprécié le parcours, plutôt typique, mais où on retrouvait un module offrant un grand espacement entre le saut et le rail. Bellemare n'a pas hésité à en profiter.

«Ça nous donnait le temps de faire des manoeuvres de saut avant d'atterrir sur le rail. On ne voit pas cela souvent donc c'était cool. J'ai fait un Switch 630 in 270 out (une rotation de 630 degrés à reculons suivie d'une rotation de 270 degrés à la sortie) sur ce module et je crois que c'était un bon plus pour mon score», analyse celui qui semblait plus que soulagé en apercevant son pointage au terme de sa deuxième descente.

Le SFR Freestyle Tour vient mettre un terme à la saison de Bellemare, une saison qui aura été en deux temps. Après des résultats difficiles où il peinait à compléter ses routines, ainsi qu'une huitième place aux X Games à Aspen au Colorado, l'athlète de 23 ans a changé sa stratégie de compétition, et le tout a payé. Il a remporté l'or sur le parcours olympique de 2018 lors de la Coupe du monde de PyeongChang. Il est en 11e place mondiale sur le circuit de la Coupe du monde et occupait vendredi, avant la compétition de La Clusaz, le 20e rang de l'Association des professionnels du freeski.

«Ce qui a été dur pour moi cette saison ce sont les vents ou la vitesse en générale. Plusieurs événements cette saison étaient dans des conditions qui n'étaient vraiment pas favorables, avec le vent et la neige. J'ai eu mes meilleurs résultats sous le soleil et alors qu'il n'y avait aucun ou peu de vent. C'est décevant qu'un facteur aussi souvent présent dans ce sport m'affecte autant. C'est la vie et je vais devoir faire avec», souligne le skieur, qui doute pouvoir résoudre ce problème.

«Honnêtement, je ne crois pas. C'est un peu comme une phobie sauf que dans ce cas-ci, c'est rationnel. Les vents affectent un saut énormément et cela rend la descente beaucoup plus dangereuse et moins calculée que je ne le voudrais», conclut celui qui sera de retour au Québec dans quelques jours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer