Incroyable remontée du Blizzard

Avec 28 arrêts, Marco Cousineau a permis au... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Avec 28 arrêts, Marco Cousineau a permis au Blizzard de remporter le premier match de la série face aux Prédateurs.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Si la rivalité entre le Blizzard et les Prédateurs de Laval était presque inexistante avant le début de la série quart de finale de la LNAH, elle s'est rapidement installée vendredi soir au Colisée. Dans un match physique, Jonathan Bellemare a joué les héros en donnant la victoire aux locaux 4-3 en prolongation.

Les Trifluviens avaient jusque-là l'avantage dans la période supplémentaire, Francis Lessard touchant même le poteau. C'est finalement Bellemare qui, avec un tir précis dans le haut de la cage, a permis aux Trifluviens de compléter une spectaculaire remontée et remporter le premier match de la série.

Avec moins de deux minutes à faire à la troisième période, les hommes d'Alain Côté semblaient se diriger vers une défaite, eux qui tiraient de l'arrière 3-2. Mais Carl Gélinas a soulevé le toit du vieux Colisée en battant Adam Russo alors qu'il y avait empilade dans le cercle du gardien, forçant ainsi la prolongation.

La soirée s'est amorcée à merveille pour les Trifluviens. Il n'y avait que 68 secondes d'écoulées à la première période lorsque Marc-André Huot a fait scintiller la lumière rouge grâce à un lancer du haut de l'enclave.

Défendant la cage des locaux, Marco Cousineau a connu une bonne sortie, réalisant quelques petits miracles. À vrai dire, il a fallu des situations parfaites pour que les Prédateurs soient en mesure de le battre. C'est ce qui s'est produit au milieu du premier vingt quand Éric Laplante est parvenu à s'échapper et à décocher un lancer entre les jambières du gardien trifluvien, qui a été battu.

Laplante, de Saint-Maurice, a d'ailleurs été l'un des plus actifs dans le camp visiteur, et a eu maille à partir avec Francis Lessard à plusieurs reprises au fil de la rencontre.

Louis-Philippe Lacroix a donné l'avance aux Prédateurs en milieu de deuxième période. Son tir précis dans le coin opposé lui a permis de battre Cousineau. Ce filet a semblé ralentir les ardeurs des Trifluviens, qui ont connu une mauvaise fin d'engagement alors que les Prédateurs sortaient les épaules. La frustration était palpable envers le silence des officiels et la stratégie de la bande d'Éric Haley fonctionnait à merveille, faisant taire les gros canons offensifs du Blizzard.

Après avoir été blanchi en avantage numérique lors de ses quatre premières opportunités, dont une séquence de 1 min 23 s à cinq contre trois, le Blizzard a enfin trouvé le fond du filet en début de troisième période. Le tir anodin et flottant de Pierre-Olivier Beaulieu a battu Russo, qui aurait bien aimé profiter d'une deuxième chance.

David Massé a redonné l'avance aux visiteurs à la dixième minute de la troisième période. Encore une fois, c'est un tir parfait, qui a même touché le poteau avant de secouer les cordages, qui a battu Cousineau.

Lourde perte pour les Prédateurs

La défaite pourrait s'avérer doublement coûteuse pour les Lavallois. Dès le début du match, ils ont perdu les services de l'ancien des Hurricanes de la Caroline Bruno St-Jacques. Le défenseur a heurté sa tête au niveau de la joue et a dû être conduit au Centre hospitalier par ambulance.

Jérémie Janneteau pourrait aussi être absent après avoir été blessé en prolongation. Il n'est pas revenu au jeu. Olivier Daunais a lui aussi passé un bon moment couché sur la glace, mais a pu revenir dans la partie.

Le deuxième match de la série est prévu pour 16 h, dimanche, au Colisée de Laval.

Jérémie Janneteau est resté étendu sur la surface... (Nicolas Ducharme) - image 3.0

Agrandir

Jérémie Janneteau est resté étendu sur la surface glacé pendant de longues minutes. Alors que la civière était sur la glace, il a été en mesure de se relever.

Nicolas Ducharme

Échos de vestiaires

Chez les Trifluviens, le coeur était bien sûr à la fête après cette première victoire, bien qu'on s'attendait à ce que le niveau de jeu augmente de nouveau lors du prochain match.

«C'est une grosse victoire. Nous avons fait preuve de caractère pour revenir de l'arrière. Sur le banc, les gars y croyaient lorsque nous avons appelé notre temps d'arrêt (avec deux minutes à faire)», soulignait Côté, qui avait laissé Jonathan Bellemare au banc pour envoyer dans la mêlée Carl Gélinas en fin de match. Une décision qui s'est avérée payante.

«Je le sentais pour Gélinas. Depuis la fin de saison, il est très dynamique, il fini ses mises en échec. L'an dernier, il avait été un de nos meilleurs joueurs en séries. C'est un gars de playoff, il va dans le trafic et il se salit le nez.»

L'auteur du but égalisateur a avoué que le Blizzard avait encore dans la tête le dernier match de la saison, face aux Prédateurs, où les Trifluviens avaient été rudoyés. Un avant-goût qui leur a montré qu'ils allaient devoir retrousser leurs manches lors de la phase éliminatoire.

«On l'a travaillé ce but, la rondelle aurait pu sortir de la zone cinq ou six fois, mais nous l'avons gardé en-dedans. Je suis allé au filet, Thomas Beauregard a tiré et elle a touché mon bâton. C'était un but important, parce qu'il fallait aller chercher cette victoire à la maison.»

Quant au héros du match, il a lui aussi souligné le caractère de l'équipe qui a mené à cette victoire en prolongation sur son lancer du cercle des mises au jeu qui a battu Russo en hauteur.

«Je ne suis pas le gars qui tire le plus, mais Yann Joseph m'a donné la rondelle et il a fait reculer la défensive. J'ai pu prendre un tir et le gardien avait la vue voilée, il ne l'a pas vu partir. En troisième, on tirait de l'arrière, mais on savait qu'on jouait une bonne partie. On n'a pas abandonné.»

Dans le camp adverse, la frustration était palpable. Même s'ils ont été plus physique que l'adversaire, les Prédateurs sortent de cette rencontre avec quelques blessés et surtout, sans la victoire.

«C'est ça, les séries. Ils ont travaillé fort sur leur troisième but, et nous n'avons démontré qu'une parcelle de ce que nous pouvons faire», a mentionné le pilote Éric Haley, qui semblait bouillir à l'intérieur et qui a eu besoin de très longues secondes afin de formuler ses réponses.

Dans le camp lavallois, on aurait aimé qu'une pénalité soit appelée à l'endroit de Pierre-Olivier Beaulieu, qui a envoyé le visage de Jérémie Janneteau dans la clôture lors d'une bataille en fond de territoire lors de la prolongation. L'attaquant des Prédateurs est resté étendu au sol de très longues et inquiétantes minutes. Haley, qu'on a vu critiquer le travail des arbitres à de multiples reprises pendant le match, pourrait envoyer la séquence vidéo à la ligue.

«C'était une mise en échec par derrière, dans l'angle mort, a-t-il analysé. Ce serait du rarement vu, une suspension alors qu'il n'y a pas de pénalité. Mais je n'en veux pas aux arbitres, ils sont au maximum de leur capacité, ils ne peuvent pas en donner plus. Ça fait 10 ans que je suis dans la ligue, je les connais. Je leur lève leur chapeau, ils donnent leur 100 % chaque match.»

Côté préférait ne pas s'en faire avec l'idée de perdre les services de son défenseur.

«Qu'il l'envoie, la vidéo. Je ne suis pas inquiet avec ça. Il n'y avait rien d'illégal dans le geste.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer