Un combattant aguerri pour Kean

Simon Kean livrera son quatrième combat professionnel samedi... (Eye of the Tiger Management)

Agrandir

Simon Kean livrera son quatrième combat professionnel samedi à l'Olympia de Montréal, face à l'Américain Travis Fulton.

Eye of the Tiger Management

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) C'est un rival extrêmement aguerri qui attendra Simon Kean (3-0, 3 K.-O.) dans l'arène, samedi soir à l'Olympia de Montréal, à l'occasion de son quatrième combat professionnel en carrière. En sous-carte de Steven Butler - le plan initial était de présenter David Lemieux en finale mais ce dernier n'a pas fait le poids lors de la pesée - le poids lourd trifluvien aura rendez-vous avec Travis Fulton, un gaillard qui vit pratiquement entreles câbles.

Si ce nom sonne une cloche aux amateurs de boxe de la région, c'est normal. L'Américain de 38 ans s'est déjà mesuré à Patrice L'Heureux en septembre 2006, un combat que le Shawiniganais avait remporté par arrêt de l'arbitre au troisième assaut.

Il est peut-être aussi possible que ce nom soit connu des mordus de combats d'arts martiaux mixtes.

En plus de ses 65 combats de boxe, Fulton traîne avec lui un bagage astronomique de 313 combats (252-51-10), un record dans cette discipline. Il a même déjà été à l'affiche lors des prestigieux événements UFC 20 et UFC 21, en 1999.

On pourrait aussi ajouter que le natif de Waterloo, en Iowa, compte plus d'une dizaine de combats professionnels en kickboxing, mais vous avec sûrement déjà saisi que le type aime se battre...

Pour Simon Kean, tout ce parcours ne change toutefois pas grand-chose dans sa préparation.

À vrai dire, il n'a pas voulu en apprendre davantage sur son adversaire lorsqu'on lui a transmis son identité au début de la semaine, en remplacement de l'Allemand d'origine turque, Oezcan Cetinkaya.

Le poids lourd de 27 ans admet se concentrer uniquement sur lui-même, une formule qui s'est avérée payante lors de ses trois premiers combats professionnels. De plus, au rythme où ses adversaires changent à l'approche de ses combats, il préfère ne pas dépenser d'énergie inutilement à étudier un rival qui pourrait très bien se désister. Pour l'instant, du moins.

«J'ai toujours été un gars qui se stressait beaucoup de nature. Je rentrais souvent avec les épaules crispées dans le ring. En arrivant chez les pros, je me suis dit que j'allais prendre ça plus relax (l'analyse de mes adversaires), tout en prenant mes combats très au sérieux. Éventuellement, c'est certain que je vais devoir étudier mes adversaires. Mais pour l'instant, ça change tellement souvent...», explique-t-il.

Kean devra néanmoins se méfier de son adversaire expérimenté qui est reconnu pour ne pas toujours se battre dans les règles de l'art. D'ailleurs, au cours des quatre dernières années, Fulton compte quatre défaites par disqualification. S'il a tendance à retenir à outrance ses rivaux, jusqu'à ce que l'arbitre perde patience, il arrive même que l'Américain confonde boxe et arts martiaux mixtes, l'instant d'une manoeuvre!

Du prestige

Kean devait d'ailleurs profiter de sa meilleure tribune depuis le début de sa carrière professionnelle pour démontrer son savoir-faire alors qu'il devait se battre en sous-carte de David Lemieux, ancien champion du monde et grande vedette de l'écurie Eye of the Tiger Management.

«Ça va me donner une belle visibilité», a-t-il commenté, avant la pesée de vendredi qui a finalement mené à l'annulation du combat de Lemieux.

D'ailleurs, il y a de fortes chances que les prouesses de Lemieux permettent au Trifluvien de grimper dans l'arène du Centre Bell, dans un avenir rapproché. Dans le même ordre d'idée, il faut dire que le promoteur Camille Estephan caresse toujours de grands projets pour Kean et le voit même un jour remplir le Centre Bell, en grande finale d'un gala. Le promoteur l'a d'ailleurs répété cette semaine en conférence de presse. «C'est toujours plaisant d'entendre des choses comme ça!», avoue Kean.

D'ici là, l'olympien de Londres 2012 devra continuer de gravir les échelons, un combat à la fois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer