Antoine Thibeault en quête d'un sacre national

Antoine Thibeault tentera de devenir le premier Mauricien... (Yan Doublet)

Agrandir

Antoine Thibeault tentera de devenir le premier Mauricien à remporter une épreuve aux Championnats canadiens universitaires d'athlétisme depuis Alexandre Marchand, en 2000.

Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Antoine Thibeault sera assurément l'homme à battre lors des épreuves de demi-fond cette semaine au Centre d'athlétisme de l'Université York, à Toronto, lors des Championnats canadiens universitaires.

Grâce à une excellente saison en salle, dont le point culminant est survenu à Boston lors du Terrier Classic, le coureur de Saint-Gérard-des-Laurentides sera le favori pour rafler les épreuves de 3000 et 1500 mètres. Rien de moins!

«Oui, je suis peut-être l'homme à battre. Mais je ne veux pas me mettre trop de pression. Sur la ligne de départ, tout le monde va recommencer à zéro, sur le même pied d'égalité. Les temps réussis pendant la saison ne veulent plus rien dire», mentionne le porte-couleurs du Rouge et Or de l'Université Laval.

Thibeault ne cache pas qu'une victoire représenterait un grand accomplissement pour la suite de sa carrière. Avant lui, Alex Genest, de Lac-aux-Sables, avait terminé deuxième aux 1500 et 3000 m en 2007.

Sinon, il faut remonter aux glorieuses années du Trifluvien Alexandre Marchand pour voir un coureur de la Mauricie grimper sur la plus haute marche du podium universitaire canadien. Auréolé à plusieurs reprises, ce dernier avait signé ses dernières victoires en 2000.

«C'est un rendez-vous prestigieux. On voit que le réseau universitaire canadien est un très bon circuit de développement. Si je peux gagner des médailles, ça va vouloir dire que je suis sur la bonne voie pour ma saison estivale et aussi pour mes objectifs à long terme», note Thibeault.

Son entraîneur au club Zénix de la Mauricie dissimule mal son enthousiasme à l'aube de cette importante course nationale.

«On ne se le cachera pas, on vise deux podiums. Et ça serait bien, si ça pouvait être une médaille de couleur autre que le bronze!», explique Pierre Thibodeau.

Pour l'étudiant de troisième année à l'Université Laval, la barre est haute en comparaison avec sa saison 2015 où il avait terminé septième lors de ces deux épreuves.

«Il y a quelques gros noms qui sont partis. Mais la compétition va être forte, notamment avec mes coéquipiers Jean-Samuel Lapointe (3000 mètres) et Nicolas Morin (1500 mètres). Ça devrait se jouer dans les 200 à 400 derniers mètres», prévient-il.

Thibeault entamera les Championnats canadiens universitaires avec son épreuve de prédilection, le 3000 m, vendredi. Cette saison, son meilleur chrono (8:03:17) le place plus de huit secondes devant son coéquipier Lapointe du Rouge et Or, deuxième au pays. Samedi, il s'attaquera ensuite au 1500 m.

En plus de Thibeault, le Trifluvien Alex Tourigny-Plante sera également en action à Toronto alors qu'il participera au relais 4 X 400 m avec le contingent de l'Université Laval.

William Gagnon et Marie-Frédérique Poulin ont rendez-vous avec... - image 2.0

Agrandir

William Gagnon et Marie-Frédérique Poulin ont rendez-vous avec l'élite américaine ce week-end à New York.

Deux coureurs dans la Grosse pomme

De leur côté, Marie-Frédérique Poulin et William Gagnon se rendront à New York ce week-end pour participer au Championnat scolaire des États-Unis, la compétition intérieure la plus relevée en Amérique du Nord pour les athlètes de moins de 18 ans.

Les deux porte-couleurs du Zénix de la Mauricie ont mérité leur billet de participation pour le 400 m grâce à leurs temps réussis lors du Valentine Invitational de Boston. À cette occasion, William Gagnon avait fracassé le record canadien jeunesse sur 400 mètres en parcourant la distance en 48,72 s. Pour sa part, Poulin avait réussi son meilleur 400 m en carrière avec un temps de 57,11 s.

«Les deux ont réalisé les meilleurs temps de leur catégorie au pays cette saison. À première vue, William à des chances d'accéder à la finale. Quant à Marie-Frédérique, si elle y parvient, ça sera tout un exploit!», mentionne leur entraîneur Pierre Thibodeau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer