Patriotes: une fiche immaculée à préserver

Les Patriotes de l'entraîneur Marc-Étienne Hubert auront l'occasion... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Les Patriotes de l'entraîneur Marc-Étienne Hubert auront l'occasion de se qualifier pour le Championnat canadien universitaire, dès samedi soir, à Ottawa.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Les Patriotes de l'UQTR n'ont pas encore subi la défaite en séries éliminatoires (5-0) et leur prochaine victoire les propulsera au championnat canadien. Encore faut-il qu'ils soient en mesure de se débarrasser des Ravens de Carleton, samedi soir à Ottawa.

Les Patriotes ont remporté mercredi le premier match de la série 4-1, mais soyons francs, les Ottaviens n'ont pas offert une performance à la hauteur des attentes. Un départ lent et une incapacité à créer de l'offensive ont ouvert la porte aux locaux. Même le puissant premier trio des Ravens, composé de Brett Welychka, Michael McNamee et Ryan Van Stralen, a été blanchi. Le pilote Marty Johnston n'a pas caché que sa troupe n'avait pas offert un effort suffisant. Il estime toutefois que son équipe sera prête pour ce deuxième rendez-vous.

«Ça va être une bataille, l'UQTR a une bonne équipe, mais je sens que nous sommes prêts», a-t-il déclaré sur les ondes de TSN 1200AM.

«On essaye de jouer avec de la vitesse. Quand tu joues contre une équipe qui a du talent, de la vitesse et qui sait exploiter les espaces libres, ça vient te brûler. On devra être agressifs sur la rondelle. Je pense aussi qu'on sera en mesure de batailler avec en zone offensive. Ils ont des défenseurs de talent, mais ils en ont qui sont plus petits.»

Les Ravens tenteront de revenir dans cette série et forcer un ultime match. Depuis leur retour au hockey universitaire en 2007, les deux équipes ont croisé le fer cinq fois, toutes à l'avantage des Patriotes, dont trois victoires en prolongation lors du dernier duel de la série. Mais la tâche n'a jamais été facile pour les Trifluviens au Ice House, un des rares arénas où ils montrent une fiche sous ,500 depuis 2009.

«Nous sommes deux bons programmes qui se suivent au pouce carré, analysait Hubert. Ce sera une guerre de tranchées et ce sera à nous de contrôler ce que l'on peut contrôler en restant concentrés sur le court terme. Ce n'est jamais facile là-bas et il faudra jouer un match presque parfait», avait déclaré le chef d'orchestre trifluvien Marc-Étienne Hubert au terme de la rencontre de mercredi.

Chez les Patriotes, la profondeur s'est avérée payante depuis le début du calendrier préparatoire. Évoluant sur le troisième trio, Carl-Antoine Delisle se pointe au premier rang des buteurs de l'équipe en séries avec quatre buts, en plus de deux passes en cinq parties.

La formation de hockey de Carleton est de plus en plus populaire auprès de la population. Même si le Ice House ne peut accueillir qu'une poignée de spectateurs - la moitié de l'aréna Claude-Mongrain environ - ils étaient des centaines massés le long des clôtures l'an dernier lors du deuxième match de la série entre les deux équipes, et ceux perchés au-dessus du banc des Patriotes étaient des plus animés. Ils pourraient toutefois être moins nombreux cette année, puisque pas moins de cinq équipes de sport universitaire d'Ottawa accueilleront des matchs éliminatoires samedi, dont les équipes masculines de basketball des Ravens et des Gee Gees de l'Université d'Ottawa, qui attirent des centaines de spectateurs, voire des milliers, chaque match.

Si les Patriotes subissent la défaite samedi, le troisième affrontement aura lieu à 19 h dimanche au Colisée. L'équipe qui perdra la série ne sera pas éliminée pour autant, puisqu'elle disputera un match de la troisième place face au perdant de la division Ouest pour tenter d'accéder au championnat canadien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer