Formule 1: Räikkönen teste le «halo»

Une nouvelle pièce visant à protéger la tête... (Scuderia Ferrari)

Agrandir

Une nouvelle pièce visant à protéger la tête des pilotes de monoplaces a été testée par Kimi Räikkönen sur le circuit de Catalunya, jeudi.

Scuderia Ferrari

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Jeudi, lors des essais préparatoires sur le circuit de Catalunya, le pilote Ferrari Kimi Räikkönen a testé un nouveau prototype d'une nouvelle pièce de protection pour la tête des pilotes de Formule Un.

Le Finlandais a effectué un tour de piste avec ce nouveau «halo» installé sur sa Ferrari SF16-H. La pièce a ensuite été retirée et il a poursuivi sa séance avec sa voiture «régulière».

La F1 cherche des façon d'améliorer la sécurité dans le cockpit de ses voitures afin que les pilotes soient moins exposés aux risques de blessures à la tête à la suite des décès du Français Jules Bianchi et du Britannique Justin Wilson, en IndyCar, l'an dernier.

Ce «halo» forme une barrière semi-circulaire autour de la tête du pilote. Il est le concept le plus apprécié jusqu'ici puisqu'il offre une protection contre les débris en vol sans complètement fermer le cockpit et nuire à la visibilité des pilotes.

Räikkönen a enregistré le meilleur temps des essais en Formule 1 cette saison jeudi sur des gommes ultra-tendres. Il a complété un tour sur le circuit espagnols équipé des pneus les plus rapides en F1, et il a retranché près d'une demi-seconde au chrono du pilote Williams Felipe Massa. Le Brésilien a lui aussi testé les gommes ultra-tendres, mais très brièvement. Nico Hulkenberg et le Hollandais de 18 ans Max Verstappen ont réalisé les troisième et quatrième meilleurs temps, respectivement.

Lewis Hamilton et son coéquipier chez Mercedes, Nico Rosberg, ont effectué des simulations de course sur des gommes plus lentes plutôt que de travailler sur la vitesse de pointe, ce qui semble avoir déplu au Britannique.

«Je déteste courir pendant des heures, a admis Hamilton. C'est ennuyant de tourner en rond sans arrêt, et c'est la raison pour laquelle j'ai hâte que la saison commence.»

Les gommes intermédiaires sont fiables, mais moins rapides, ce qui signifie que Hamilton et Rosberg n'ont pas menacé les meilleurs chronos de la journée alors qu'ils complétaient au total 144 tours.

Rosberg a terminé cinquième et Hamilton 11e, mais le champion du monde en titre a confié avoir hâte d'essayer les gommes ultra-tendres vendredi afin d'en apprendre davantage sur la puissance des Flèches d'argent.

«Nous ne les avons pas vraiment poussées à la limite, a dit Hamilton. J'espère qu'on en aura un avant-goût demain (vendredi).»

Rosberg a effectué 81 tours en matinée - le plus haut total parmi tous les pilotes en piste - afin de perfectionner certains de ses réglages.

«J'ai gardé les mêmes paramètres pendant toute la matinée; le niveau d'essence, les pneus, donc j'ai pu adapter la voiture afin d'avoir de véritables sensations, a expliqué Rosberg. Chaque fois que je sortais des puits avec des réglages différents, j'essayais d'en apprendre davantage sur la voiture, et puisque les conditions sont idéales, cette expérience s'est révélée vraiment bénéfique.»

Ce fut une autre journée à oublier pour Haas - la première équipe américaine en F1 depuis 1986 -, vingt-quatre heures après que le pilote mexicain Esteban Gutierrez eut passé toute la journée dans les garages à cause d'un problème avec le turbocompresseur.

Tout se déroulait parfaitement pour le pilote français Romain Grosjean jusqu'à la fin de la séance matinale, lorsqu'il a effectué une sortie de piste.

Grosjean s'est retrouvé dans le bac à gravier tôt en après-midi, et la séance a de nouveau été interrompue. Il est retourné en piste vers la fin de la séance, complétant 78 tours avant de commettre une troisième sortie de piste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer