Les Patriotes font la loi à Oshawa

Avec 14 minutes à faire au match et... (Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Avec 14 minutes à faire au match et un pointage à sens unique, Hubert a retiré son gardien Sébastien Auger du match au profit de Charles-Étienne Martin, question d'éviter toute blessure... accidentelle ou non.

Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Face à des rivaux qui flottaient sur un nuage depuis trois jours, les Patriotes de l'UQTR ont été sans pitié mercredi soir à Oshawa, en servant une leçon de hockey de 6-1 aux Ridgebacks de l'Institut universitaire de technologie de l'Ontario pour s'emparer du premier match de cette série.

Si le pilote Marc-Étienne Hubert jugeait que son équipe n'avait pas joué à plein régime au premier tour, contre les Voyageurs de l'Université Laurentienne, ses équipiers ont amorcé cette deuxième ronde avec le couteau entre les dents. Dominant leurs adversaires 12-3 au chapitre des tirs au but au cours des 20 premières minutes, les Patriotes se sont rapidement forgés une priorité de trois filets, grâce à Mathieu Lemay, Pierre-Maxime Poudrier et Martin Lefebvre.

Mikaël Langlois et Pierre-Olivier Morin ont mis le match hors de portée des Ridgebacks en deuxième période tandis qu'Anthony Verret a mis le point d'exclamation à cette soirée de domination qui a permis aux Patriotes de signer une 12e victoire de suite.

Encore une fois face à l'UOIT, ce n'est pas la qualité du jeu qui a retenu l'attention, mais plutôt les écarts de conduite. «Nous sommes contents de revenir à la maison avec les devants dans la série. On a fait ce qu'il fallait. Mais plusieurs joueurs ont été victimes de gestes dangereux. Après avoir marqué nos buts, il a fallu se protéger», a pesté l'entraîneur des Patriotes.

Avec 14 minutes à faire au match et un pointage à sens unique, Hubert a d'ailleurs retiré son gardien Sébastien Auger du match au profit de Charles-Étienne Martin, question d'éviter toute blessure... accidentelle ou non. Il faut dire que les Ridgebacks ne traînent pas une réputation d'enfants de choeur, particulièrement face aux Patriotes. «À 5-0, c'était très préventif comme décision», a laissé tomber l'entraîneur.

Si Auger a pu être épargné, l'infirmerie débordait tout de même après la rencontre de mercredi. Philippe Lefebvre a notamment subi une fracture du nez après avoir reçu un coup de coude.

L'insistance des locaux en troisième période en territoire trifluvien - ils ont dominé les tirs au but 9-1 - a porté fruits dans une cause déjà entendue. Alors qu'il ne restait que cinq petites secondes de jeu, Mike Robinson a bousillé le jeu blanc des Patriotes.

La série se transportera maintenant au Colisée de Trois-Rivières, samedi, où le deuxième match sera disputé à 16 h. Si nécessaire, la troisième et ultime rencontre aura lieu dimanche, toujours dans la cité de Laviolette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer