Blizzard: Trop peu, trop tard

Marco Cousineau a perdu son duel face à... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Marco Cousineau a perdu son duel face à Karel Saint-Laurent.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le Blizzard s'est réveillé trop tard, vendredi soir face aux Éperviers de Sorel-Tracy. Malgré une opportunité en or en fin de match, leur remontée est tombée à plat et ils se sont inclinés par la marque de 3-2.

Les Trifluviens, qui n'ont pas fait preuve d'une grande ténacité, n'ont réussi à trouver le fond du filet qu'en troisième période, alors qu'ils tiraient de l'arrière 3-0 face aux Sorelois. Les Éperviers faisaient jusque-là un excellent boulot pour fermer l'enclave et laisser le gardien Karel St-Laurent effectuer le reste du travail. Carl Gélinas a toutefois battu le portier des visiteurs à la septième minute du dernier engagement, puis Marc-André Huot a fait de même à la 17e minute pour donner espoir aux 717 personnes réunies au Colisée.

Puis, avec moins de deux minutes à faire, Mathieu Dumas a écopé d'une pénalité qui a permis au Blizzard d'évoluer à six contre quatre, Marco Cousineau étant rentré au banc. Encore une fois, la troupe d'Alain Côté n'a jamais été en mesure de s'approcher du filet des Éperviers, et leur meilleure chance de marquer, un tir de Vincent Richer, a trouvé la jambière d'Alexandre Gagné qui a complété la sortie de zone.

«C'était difficile ce soir, la mauvaise qualité de la glace n'a pas donné du bon jeu. Nous avons obtenu six ou sept chances de marquer qui n'ont même pas touché le filet. Je ne suis pas enchanté par l'émotion que nous avons montrée ce soir, surtout que contre Sorel il y en a toujours. Mais ce soir, c'était sans énergie», analysait le pilote du Blizzard Alain Côté au terme de la partie.

Les Trifluviens auraient pu espérer un meilleur sort s'ils n'avaient pas raté autant de tirs, certains n'étant même pas à proximité de la cible. On sentait aussi l'absence de Francis Lessard et Mathieu Guertin, qui auraient pu créer un peu d'espace dans l'enclave.

«Ce n'était pas un match de séries ce soir. C'était loin de ça et je suis certain que si tu demandes à Serge (Forcier) de l'autre côté, il dira pareil», a mentionné Côté.

Pourtant, le pilote des Éperviers tenait un tout autre discours au terme de la rencontre. Les Sorelois n'avaient gagné qu'un seul des cinq matchs contre le Blizzard cette année.

«C'était serré ce soir, c'était un match de séries, disait-il. On a eu chaud à la fin parce qu'on n'est pas confiant et on a peur de perdre. La victoire de ce soir est bonne parce qu'elle nous dit que nous sommes capables de bien jouer défensivement et de garder une avance. Si on avait perdu, elle aurait fait mal.»

Honoré avant le match pour avoir atteint le plateau des 600 points dans la Ligue nord-américaine de hockey, Yann Joseph estimait que l'équipe devait prendre le blâme, mais qu'elle devrait être en mesure de rebondir samedi soir contre les River Kings de Cornwall, qui ont remporté sept de leurs dix dernières parties.

«C'est bizarre, parce que j'avais un bon feeling avant le match, mais nous sommes sortis sans énergie. Nous avons embarqué dans leur jeu, qui était de jouer un match plate et de fermer le jeu. Ils ne donnaient pas beaucoup de chances de marquer. Ça aurait été incroyable d'effectuer la remontée, mais nous ne l'aurions pas mérité.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer