Hockey scolaire: le CMI retourne dans la LHPS

Les Panthères du CMI effectueront un retour dans... (Courtoisie, Patricia Lamy)

Agrandir

Les Panthères du CMI effectueront un retour dans la Ligue de hockey préparatoire scolaire après y avoir évolué lors de la saison 2014-2015.

Courtoisie, Patricia Lamy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Un an après avoir appris qu'ils ne feraient plus partie de la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS), les Panthères du Collège Marie-de-l'Incarnation sont de retour au sein du circuit. Et cette fois, c'est pour de bon. L'institution fait partie d'un groupe de trois écoles qui ont été acceptées dans le cadre d'une expansion.

Les Panthères feront leur entrée lors de la saison 2016-2017, ce qui réduira de beaucoup le nombre de matchs joués à l'extérieur de la province pour ce programme qui existe hors des cadres de Hockey Québec.

«Ce n'est pas seulement pour le voyagement, mais nous allons enfin avoir une ligue avec un calendrier. C'est une belle ligue la LHPS et qui est vouée à un bel avenir. Ça nous fait plaisir d'y contribuer», souligne le grand manitou du programme, Denis Francoeur.

Les équipes M13, M15 et M17 de l'institution joindront la LHPS, rejoignant ainsi l'autre formation de Trois-Rivières, le Vert et Or du Séminaire Saint-Joseph.

«Je crois beaucoup au potentiel de la Ligue. Nous serons un bon actif pour la LHPS et vice-versa. C'est gagnant pour le programme et notre philosophie de développer le joueur sur une longue période.»

En 2014-2015, le CMI avait été accepté en remplacement d'une autre formation au sein des catégories M13 et M15.

L'expérience n'avait duré qu'un an, mais les M13 avaient été sacrés champions de leur catégorie en ne subissant que deux défaites en 34 matchs. Visiblement, Francoeur n'avait pas été trop échaudé par le refus de la LHPS de reprendre l'équipe pour la présente saison.

«C'est sûr qu'on avait été déçu, mais c'était compréhensible. On va suivre les règles. Il n'y avait pas d'expansion, mais nous avons appliqué cette année et c'est la bonne.»

En plus de la trentaine de matchs de saison régulière dans la LHPS, les équipes du CMI en joueront une vingtaine d'autres aux États-Unis.

Et la mise en échec?

Les joueurs des Panthères, lorsqu'ils sont en tournoi aux États-Unis, doivent faire face à la mise en échec dès le niveau atome.

Avec le conflit entre la LHPS et Hockey Québec au sujet des coups d'épaule, il n'est pas certain que les protégés de Francoeur pourront jouer du hockey contact lors de la prochaine saison. 

Le pilote estime que la mise en échec devrait être permise dans la LHPS afin de ne pas retarder le développement des joueurs, quitte à ce que ce soit une version édulcorée de celle-ci.

«La mise en échec restrictive, où on ne peut frapper de face et derrière la ligne des buts, ce n'est pas mauvais en soi. Quand les jeunes arrivent bantam, c'est souvent un derby de démolition jusqu'à ce que les jeunes comprennent qu'ils n'ont pas à faire ça. Ils veulent se prouver», dit l'entraîneur, qui est en période de recrutement afin de combler les postes vides au sein de ses quatre équipes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer