Justice est enfin rendue pour Yves Bourque

Yves Bourque... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Yves Bourque

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Ça faisait cinq ans qu'il tentait de faire valoir son point auprès du Comité international paralympique.

Sa patience aura été mise à rude épreuve, mais Yves Bourque peut enfin passer à une autre étape. Le comité a décidé de changer la classification de l'athlète de Bécancour, qui pourra désormais skier dans des conditions plus justes, considérant son handicap.

Privé de ses membres inférieurs depuis sa naissance, Bourque ne se battait pas à armes égales sur le circuit de la Coupe du monde. La majorité des skieurs paranordiques de sa catégorie peuvent utiliser la portion existante de leurs jambes pour se donner un meilleur appui, créant du coup plus de vitesse. Pour Bourque, ça demeurait impossible.

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, il se retrouvait dans la même catégorie que les skieurs assis mais dotés de leurs jambes. On calculait donc 100 % de son temps. Mais les choses changeront finalement pour le mieux. Après des années d'attente, d'espoir et de déception.

«Aujourd'hui, si je fais un 10 km en 35 minutes, on garderait 94 % de mon temps au lieu de 100 %. Ça fait une méchante différence! Ils appellent ça un temps de compensation et pour moi, ça aura un impact énorme sur la suite de ma carrière et mes ambitions.»

Et comment! Bourque, un habitué des top 20 en Coupe du monde, pourrait dorénavant lorgner le top 15, de son propre aveu. «Je vais aller chercher de précieuses secondes, surtout sur les longues distances, ma spécialité. Quand j'ai appris la nouvelle, j'étais super heureux! Ça ajoute une bonne dose de motivation à l'approche d'une grosse compétition.»

Une première en Europe

Cette fameuse grosse compétition dont parle Bourque, c'est la Coupe du monde de Finsterau en Allemagne. Pour la première fois de sa carrière, l'athlète de 50 ans aura la chance de participer à une Coupe du monde ailleurs qu'en Amérique du Nord.

Là-bas, il prendra part au relais le 23 février, au 15 km le 24 puis au sprint de 800 m le 27. Il quittera le pays jeudi avec l'ambition d'améliorer ses meilleurs temps, en portant une attention particulière au 15 km.

En tout cas, ses résultats des dernières semaines sont encourageants. Aux Championnats américains paranordiques au Vermont, début janvier, il a terminé ses courses dans de bonnes dispositions en dépit d'une blessure à l'épaule droite. Puis, à la Coupe de l'est du Canada les 6 et 7 février à Gatineau, Bourque a décroché l'or au 10 km et l'argent au 2,5 km.

«Je suis content car je n'ai rien perdu depuis les Jeux de Sotchi, même que j'ai amélioré mon niveau technique dans les virages. À 50 ans, ça aussi, c'est une bonne nouvelle!»

St-Pierre: une belle progression

Tout en convenant que son poulain demeure en processus d'adaptation, Yves Bourque se dit impressionné par la progression de Mathieu St-Pierre, son nouveau partenaire d'entraînement.

Le jeune homme apprivoise de mieux en mieux la discipline du ski paranordique, selon le Bécancourois. «Il est deux fois plus fort que moi, ça paraît dans les montées du parc national! Il lui reste juste de la technique à aller chercher.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer