Le Wild congédie l'entraîneur-chef Mike Yeo

Mike Yeo... (Photo Tom Olmscheid, AP)

Agrandir

Mike Yeo

Photo Tom Olmscheid, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brian Hall
Associated Press
Edina

Le directeur général du Wild du Minnesota Chuck Fletcher en avait assez. Fletcher a congédié l'entraîneur-chef Mike Yeo samedi soir et l'a remplacé par John Torchetti de manière intérimaire, quelques heures après la huitième défaite de suite du Wild.

Le Wild avait connu des baisses de régime similaires vers la mi-saison lors des deux campagnes précédentes avant de finalement se qualifier pour les séries éliminatoires. Cependant, Fletcher a décidé de fouetter ses troupes en changeant d'entraîneur cette fois-ci, offrant du même coup une promotion à Torchetti, qui était l'entraîneur-chef du club-école du Wild dans la Ligue américaine de hockey.

Le Wild avait une fiche de 22-11-8 et détenait le premier des deux laissez-passer supplémentaires pour les éliminatoires dans l'Association Ouest quand il a pris la direction de Dallas et a battu les Stars le 9 janvier. Le Wild est ensuite rentré à St. Paul et a perdu face aux Devils du New Jersey le lendemain, amorçant une séquence au cours de laquelle il a gagné un seul de ses 14 derniers matchs.

En cours de route, le Wild a glissé à l'extérieur du portrait pour les éliminatoires et la défaite de 4-2 face aux Bruins de Boston samedi égalait la pire séquence à domicile de son histoire avec un huitième revers consécutif devant ses partisans (0-5-3).

«Depuis la défaite face aux Devils, rien ne va plus, a dit Fletcher, dimanche. Nous avons connu quatre semaines difficiles. Nous avons eu des réunions la semaine dernière à St. Louis et j'ai aimé comment l'équipe a joué lors des trois matchs suivants. Mais nous avons fait un pas vers l'arrière face aux Bruins. J'ai donc pris la décision après le match de remplacer Yeo.»

Yeo avait déjà connu des moments difficiles lors de ses cinq saisons à la tête du Wild.

L'an dernier, le Wild avait compilé une fiche de 26-8-2 après avoir acquis le gardien Devan Dubnyk pour redresser le navire.

Les problèmes de l'équipe cette saison sont toutefois plus difficiles à expliquer.

«L'an dernier, nous avions des problèmes devant le filet et nous nous en étions sortis en effectuant des changements, a noté le défenseur Ryan Suter. Cette année, je pense que nous jouons bien, mais nous n'obtenons pas les résultats souhaités. C'est difficile quand vous ne pouvez pas expliquer vos insuccès.»

Torchetti est familier avec plusieurs joueurs du Wild, lui qui a été l'entraîneur-chef du club-école du Wild de 2011 à 2013 et à nouveau cette saison. Il a passé neuf saisons comme entraîneur dans la LNH, incluant comme entraîneur-chef par intérim des Panthers de la Floride en 2004 et des Kings de Los Angeles en 2006. Il était adjoint chez les Blackhawks de Chicago quand l'équipe a gagné la coupe Stanley en 2010.

«Je vais m'assurer que les gars soient responsables et je vais m'assurer qu'ils travaillent fort, a dit Torchetti au sujet des vétérans de l'équipe. Ils sont les meneurs et ils doivent être ceux qui font avancer l'équipe. Vous devez avoir un bon rapport avec eux pour que le message reste dans le vestiaire même quand vous n'y êtes pas.»

Avant les matchs de dimanche, le Wild accusait cinq points de retard sur les Predators de Nashville et le dernier rang donnant accès aux éliminatoires dans l'Ouest. Avec 27 matchs à jouer cette saison, les joueurs, les entraîneurs et Fletcher se retrouvent tous sous pression.

Fletcher a embauché et congédié deux entraîneurs (Todd Richards et Yeo) depuis qu'il a été nommé directeur général en 2009.

«C'est ma responsabilité, a dit Fletcher. J'ai embauché des entraîneurs. J'ai acquis des joueurs. Quand vous êtes le directeur général, vous êtes le responsable de tous les éléments et j'ai une grande part du blâme à prendre.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer