Basketball collégial: terminé dès la première demie

Les Diablos n'ont pas été inquiétées face aux... (Olivier Croteau)

Agrandir

Les Diablos n'ont pas été inquiétées face aux Cheetahs de Vanier, vendredi soir au Pavillon des Sciences du Cégep de Trois-Rivières.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) «C'est la meilleure demie de basketball que j'ai vue dans ce gymnase de ma vie.» C'est avec ces mots que le pilote des Diablos Faisal Docter qualifiait la performance de sa troupe vendredi soir dans la victoire de 82-60 à domicile contre les Cheetahs de Vanier.

Et pour cause. Dès l'envolée du ballon, les Diablos ont dominé, et cinq minutes plus tard, elles détenaient une avance de 18-3, avant de terminer le premier quart avec une avance de 32-10.

La meilleure demie de basketball selon Docter, qui estimait que malgré leur fiche de 2-11 avant la rencontre, les Montréalaises étaient une équipe dont il fallait se méfier. Pire encore, les Trifluviennes n'avaient pas offert une grande semaine à l'entraînement.

«Avant le match, j'ai dit aux filles que je ne trouvais pas qu'elles avaient eu une bonne semaine de pratique, que les joueuses n'étaient pas assez intenses. Je leur ai dit que le succès venait d'eux et non pas de l'équipe d'entraîneurs. Je voulais qu'elles me montrent qu'elles étaient capables d'être dedans. Après le premier quart, elles me l'avaient mis dans les dents!»

En plus de réussir la plupart de leurs tirs en première demie, les Rouges ont été beaucoup plus agressives et ont forcé de nombreux revirements ainsi que plusieurs lancers qui ont raté la cible.

«Nous avions beaucoup d'énergie au rebond, où on a dominé. Nos tirs étaient très bons. On y met beaucoup d'effort chaque semaine, le matin à 7 h le gym est plein. Sinon, on trouve tous les trous possibles pour pratiquer. Ça parait lors des matchs», soulignait Juliette Harpin au terme de la rencontre.

Avec une telle avance, Docter a utilisé toutes ses joueuses en deuxième demie, si bien que les Cheetahs ont été en mesure de réduire l'écart, ce qui n'a pas semblé inquiéter le pilote trifluvien, outre au chapitre des rebonds offensifs où les Diablos, plus petites, n'ont pas eu l'avantage.

«J'étais content que nous étions capables faire dévier les ballons et leur faire faire des erreurs et en profiter. En deuxième demie, elles n'avaient plus de pression et elles rentraient leurs tirs, alors que nous, nous pensions déjà au match de dimanche.»

Carrie-Ann Auger a encore une fois connu une bonne soirée avec 25 points, alors qu'Amélie Hachey et Alexe Dufresne ont enfilé 14 et 12 points chacune. Quant à Harpin, elle a aussi bien fait sous les paniers, en plus d'amasser six points.

«Je trouve que j'ai contribué aux rebonds et ça nous en prend pour nous remettre dans la partie. Je suis vraiment satisfaite», a-t-elle dit.

«Juliette, c'est notre héros dans l'ombre. Elle travaille et travaille même si elle n'a pas eu toutes les opportunités voulues en première demie de saison. Elle n'a jamais lâché», ajoutait Docter.

Carnet de notes

On a craint le pire lors de la rencontre quand le ballon du match est resté emprisonné dans la structure métallique derrière le panneau pendant de longues minutes, les officiels étant incapable de le déloger à l'aide d'une perche. Dans la foule, on se demandait, à la blague, si le match allait pouvoir se poursuivre. Tout droit sorti des estrades, où il est caméraman lors des matchs, Nathaniel Gauthier, le fils de Faisal Docter, y est allé d'un saut pour s'agripper au panier et déloger le ballon, sous les applaudissements nourris de la foule.

Les Diablos poursuivront leur week-end «félin» ce dimanche en se mesurant aux Cougars de Champlain-Lennoxville, qui montrent une fiche de 2-11.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer