De la légende au jeune coq

Peyton Manning... (Agence France-Press)

Agrandir

Peyton Manning

Agence France-Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après sa victoire contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre en finale de l'association Américaine, Peyton Manning a soufflé à l'oreille de Bill Belichick que la saison 2015 allait fort probablement être son dernier rodéo. Depuis, le légendaire numéro 18 a parlé de retraite avec ses proches. Bref, tout indique que le Super Bowl 50 sera son dernier match en carrière.

On peut le comprendre, à 39 ans et avec les blessures qui le rattrapent, de vouloir accrocher ses crampons. Surtout considérant qu'il a connu sa pire saison individuelle en carrière, et de loin. Malgré tout, en plus d'être le plus vieux quart-arrière à obtenir le départ d'un Super Bowl dimanche, il pourrait également devenir le premier quart à remporter le Super Bowl avec deux formations différentes. Un deuxième sacre en carrière qui viendrait également clouer le bec de plusieurs de ses plus fervents dénigreurs.

Sous les projecteurs de Santa Clara en Californie, c'est donc en quelque sorte à une passation des pouvoirs que nous allons assister pour ce duel entre Manning et Cam Newton, deux quarts qui n'ont pratiquement rien en commun. À vrai dire, la seule ressemblance se situe au niveau de leur repêchage, puisqu'ils ont tous les deux été premiers de classe. C'est d'ailleurs la toute première fois que deux quarts choisis au premier rang du repêchage s'affronteront au Super Bowl.

Hormis cette similarité, tout les sépare sur le terrain. D'un côté, un Manning vieillissant, le prototype du général sobre, cérébral et minutieux, et de l'autre, un Newton au sommet de sa forme, le quart athlétique, spectaculaire et exubérant à souhait.

Newton a habitué ses partisans à de longues courses spectaculaires, parfois ponctuées de solides coups d'épaule. À l'opposé, les amateurs sont restés bouche bée en finale d'association lorsque Manning a pris ses jambes à son cou pour surprendre la défensive des Patriots avec une poussée de 12 verges au sol. Même ses coéquipiers avaient peine à croire ce qui venait de se produire, c'est tout dire.

Quand je vous dis qu'un monde de différence les sépare.

Cam Newton... (PHOTO STEPHEN BRASHEAR, ASSOCIATED PRESS) - image 2.0

Agrandir

Cam Newton

PHOTO STEPHEN BRASHEAR, ASSOCIATED PRESS

Force contre force

Dimanche soir, il s'agira seulement de la deuxième fois dans l'histoire du Super Bowl que la meilleure offensive (Panthers) sera confrontée à la meilleure défensive (Broncos). Les observateurs martèlent souvent que la défensive permet de remporter des championnats. La première expérience du genre leur avait d'ailleurs clairement donné raison. Au Super Bowl 48, les Broncos, qui misaient alors sur la plus redoutable attaque du circuit Goodell, avaient été aplatis 43-8 par les Seahawks de Seattle et leur Legion of Boom.

Faudra voir si l'histoire se répétera lors du choc Broncos-Panthers, mais permettez-moi d'en douter...

Les 15 premières minutes devraient d'ailleurs donner un bon aperçu du type d'affrontement auquel les mordus de football auront droit.

Dans leur quête du trophée Vince Lombardi, les Panthers ont été sans pitié pour leurs rivaux en première mi-temps, dominant 31-0 et 24-7. Difficile d'échapper de telles avances.

Les Broncos devront donc s'assurer d'être prêts dès le botté initial. D'autant plus qu'ils ne peuvent se permettre de jouer du football de rattrapage avec leur flagrant manque de punch offensif. Pour demeurer dans le coup, leur plus grande tâche sera de contenir Newton. Contre les Patriots, ils étaient sans cesse agrippés aux semelles de Tom Brady. Contre le joueur le plus utile de la NFL, la recette devra être encore plus épicée, car Superman peut s'envoler à toute vitesse avec ses jambes bioniques. Le joueur (Danny Trevathan?) qui sera chargé de contenir Newton aura une lourde commande à remplir.

Évidemment, comme je l'ai déjà expliqué dans cette chronique plus tôt cette saison, il est bien difficile pour moi d'être objectif lorsqu'il est question de Peyton Manning. Oui, il a (beaucoup) ralenti et c'était pénible à regarder par moments cette année. Mais il demeure mon idole, et compte tenu de la défensive qui lui donne une chance de gagner à chaque match, je n'ai d'autre choix que de me ranger dans son camp... une toute dernière fois.

Prédiction: Broncos 23 Panthers 20

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer