De la poutine aux courses à obstacles

Yves Junior Boissonneault souhaite redéfinir le volet événementiel... (François Gervais)

Agrandir

Yves Junior Boissonneault souhaite redéfinir le volet événementiel des courses à obstacles, des épreuves de plus en plus populaires.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Organiser des courses thématiques pour faire bouger la population, voilà le nouveau mandat d'Yves Junior Boissonneault. Après avoir conquis l'industrie de la restauration rapide avec Planète Poutine, l'homme d'affaires souhaite dégourdir les jambes des petits et des grands.

Dans moins d'un mois (le 5 mars), il accueillera des centaines de personnes pour la première compétition Fire Race, présentée au Centre équestre Céraville de Trois-Rivières.

Une course mettant en vedette le feu, ça vous allume? Non, vous ne risquez pas de vous brûler. Mais vous allez en suer un coup!

«Je cherchais quelque chose de différent de ce qu'on voit avec les courses à obstacles plus traditionnelles», explique Yves Junior Boissonneault, qui a vendu l'entreprise Planète Poutine en septembre dernier. Il cite entre autres les Spartan, Color Me Rad ou autres Prison Break.

«Cette fois, j'insère des effets pyrotechniques dans le parcours. Il y aura des lance-flammes, on veut jouer dans le subconscient des participants. Des épreuves en équipe sont aussi prévues pendant la course. Il y aura des charades et des énigmes.»

La Fire Race s'échelonnera sur 5 km pour 25 obstacles. Un trajet de 1,5 km figure aussi à la programmation pour les familles. D'autres activités sont prévues pour divertir les jeunes... pendant que les plus vieux souffriront sur les structures aménagées pour la course!

Parmi les défis à relever, on note la traversée d'un champ de mines, la montée d'un mur de cordes d'une douzaine de pieds, se faufiler dans des tuyaux ou escalader une pyramide... de foin!

Boissonneault se veut tout de même rassurant: il existe toujours une alternative moins hostile à chaque épreuve. «On veut que ce soit accessible à tous et les peurs sont différentes pour chaque personne. On ne veut pas que les gens angoissent non plus!»

Une centaine de bénévoles travailleront avec l'organisateur pour assurer le bon déroulement de la journée. Boissonneault fait également affaire avec l'entreprise de Shawinigan Feux d'artifice Orion, reconnue à l'échelle nationale.

«L'objectif est de faire découvrir à la population le site enchanteur du Centre équestre Céraville. Si on a attiré près de 12 000 personnes quand on a créé la plus grosse poutine au monde l'été dernier à Trois-Rivières, je pense qu'on peut avoir entre 3500 et 4500 personnes pour la Fire Race. En ce moment il y a plus de 1000 inscrits, mais on s'attend à ce que ça augmente dans les prochaines semaines.»

Quatre partenaires feront équipe dans ce projet de courses à obstacles. Boissonneault a déjà confirmé qu'une deuxième épreuve verrait le jour à Saint-Paulin, le 18 juin, sur le site du Baluchon. En ce qui a trait à la Fire Race, l'homme d'affaires confirme qu'il souhaite en faire un rendez-vous annuel. Plus de détails sont disponibles au firerace.ca.

Entre temps, la Classique hivernale Broadway sera présentée à Shawinigan dimanche. Il s'agira de la troisième édition de cette course présentée en plein centre-ville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer