Newton et les Panthers restent décontractés

Cam Newton a porté des pantalons zébrés or... (Associated Press)

Agrandir

Cam Newton a porté des pantalons zébrés or de Versace à 850 $ lors du vol vers San Francisco.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Reed
Associated Press
San Jose

Cam Newton a porté des pantalons zébrés or de Versace à 850 $ lors du vol vers San Francisco. Josh Norman a enfilé un masque de lutteur mexicain avec le logo des Panthers et demandait qu'on l'appelle «El Bandolero» lors de la soirée d'ouverture. Quelques joueurs ont essayé d'enseigner des pauses de célébrations à Miss Univers.

Ne t'inquiète pas Ron Rivera, ton équipe est fidèle à elle-même depuis le début de la semaine du Super Bowl, comme tu avais demandé qu'elle le fasse avant son arrivée en Californie.

«On semble avoir du plaisir parce que nous avons effectivement du plaisir», a déclaré le porteur de ballon Jonathan Stewart.

Vous ne gagnez pas 14 matchs d'affilée en début de saison pour atteindre le Super Bowl sans talent, sans chimie et sans cohésion. Les Panthers semblent avoir tous les éléments malgré des personnalités très variées.

L'ailier défensif Jared Allen l'a constaté quand il est débarqué en Caroline quatre semaines après le début de la saison, quand il a été échangé par les Bears de Chicago.

«Chaque gars a sa personnalité et ses excentricités, mais tout fonctionne, a raconté Allen. Personne ne force trop, personne essaie d'être le comique ou de voler la vedette. Les gars sont eux-mêmes.»

Le centre-arrière Mike Tolbert est le bruyant responsable de la musique dans le vestiaire. Ryan Kalil est le fanatique de «Star Wars». Roman Harper est le «grand-papa» aux cheveux gris de la tertiaire qui parle de la vie. Luke Kuechly est le gars humble toujours heureux qui rend les nouveaux membres de la famille à l'aise.

Allen croit toutefois que la personnalité agréable de l'équipe vient de Newton.

«Il donne une énergie à l'équipe, une énergie enfantine, a mentionné Allen. C'est comme l'équipe. Nous avons beaucoup de personnages et »coach« Rivera encourage les gars à être eux-mêmes.»

Les membres des Panthers aiment sincèrement passer du temps ensemble. Ils vont regarder des films, ils jouent à des jeux vidéos chez Newton et se promènent en groupe en ville pour trouver des camions-restaurateurs.

«Nous sommes toujours ensemble, a déclaré Tolbert. Nous sommes plus qu'une équipe de football, nous sommes une vraie famille.»

Mais il y en a plusieurs qui n'aiment pas cette famille.

Plusieurs amateurs de football trouvent les Panthers arrogants en raison de leurs célébrations et leur attitude sur les lignes de touche.

Si certains qualifient ça d'arrogance, Rivera préfère dire qu'il s'agit de personnalité.

«Nous avons un peu ruiné la fête, a dit Rivera en référence aux succès de l'équipe. Nous sommes nouveaux ici. Il n'y a pas beaucoup de personnes qui nous connaissent et les gens sautent rapidement aux conclusions, ce qui est décevant.»

Stewart regarde dans la direction de Newton et dit: «Ce gars-là se dit qu'il est ici parce qu'il a fait les choses de la bonne manière et nous aimons ça. Je pense que l'équipe gravite autour de lui parce que c'est la bonne chose à faire.»

«Quand vous regardez l'équipe, tout le monde s'entend bien et a du plaisir, a ajouté Kuechly. Je pense que la culture de l'équipe et la camaraderie dans le vestiaire nous aident. Ça fait que nous jouons les uns pour les autres et personne ne perd son sang-froid.»

Allen est convaincu que cette culture a d'abord été créée par Rivera.

«Puisqu'il est un ancien joueur, je pense qu'il comprend que les gars sont à leur meilleur quand ils ont du plaisir sur le terrain, a expliqué Allen. Il nous rappelle souvent de ne pas vouloir être plus que nous le sommes vraiment ou moins que nous le sommes. Il faut juste être soi-même.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer