Une chance de briller dans la Mecque du football

Pendant que les deux équipes finalistes du 50e... (Football Canada)

Agrandir

Pendant que les deux équipes finalistes du 50e Super Bowl vont recharger leurs batteries, un jeune porteur de ballon trifluvien va prendre d'assaut l'un des stades les plus majestueux de la NFL, dimanche au Texas, dans le cadre de l'International Bowl entre le Canada et les États-Unis.

Football Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Pendant que les deux équipes finalistes du 50e Super Bowl vont recharger leurs batteries, un jeune porteur de ballon trifluvien va prendre d'assaut l'un des stades les plus majestueux de la NFL, dimanche au Texas, dans le cadre de l'International Bowl entre le Canada et les États-Unis qui sera présenté au AT&T Stadium, domicile des Cowboys de Dallas.

Alexis Daigneault... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Alexis Daigneault

Courtoisie

Mathieu Lapierre... (Courtoisie) - image 1.1

Agrandir

Mathieu Lapierre

Courtoisie

Pour l'occasion, Alexis Daigneault ne sera pas le seul représentant de la région puisque Mathieu Lapierre, entraîneur-adjoint avec le Vert et Or du Séminaire Saint-Joseph, sera à l'oeuvre sur les lignes de côté à titre d'entraîneur invité avec la formation nationale U-18, dans le cadre d'un programme de mentorat de Football Canada.

Daigneault, ancien demi offensif de l'Académie les Estacades, salive à l'idée de fouler le mythique terrain des Cowboys. «Plus la journée du match approche, plus je suis nerveux. C'est une belle occasion de montrer qu'il se fait du bon football au Canada et que Trois-Rivières est capable de produire de bons joueurs», mentionne celui qui a endossé l'uniforme du Notre-Dame du Campus Notre-Dame-de-Foy l'an dernier, en division 1 du réseau collégial québécois.

Avant de sauter dans l'avion, en route vers le pays de l'Oncle Sam, il n'en savait pas trop sur le temps de jeu dont il allait bénéficier face aux Américains, sous les ordres de Brad Collinson. C'est qu'au poste de demi offensif, le Canada compte dans ses rangs Jevante Stanley, qui en sera à sa deuxième année avec la formation canadienne U-18. Peu importe le nombre de fois qu'il touchera au ballon, il compte tout mettre en oeuvre pour se faire remarquer.

Question de se familiariser avec l'événement, Daigneault a d'ailleurs discuté avec son ancien coéquipier Tchad Ayotte, qui a défendu les couleurs du Canada l'an dernier, dans une victoire de 25-9.

«Il m'a dit que tout est plus gros là-bas. Le stade, les joueurs, tout. C'est important de ne pas me laisser intimider et surtout, de profiter de chaque moment.»

Daigneault a mérité une invitation à cette prestigieuse classique grâce à ses performances au sein d'Équipe Québec (Bleu), avec qui il a remporté la Coupe Canada cet été. À Arlignton, avec plusieurs observateurs dans les gradins, il est conscient de l'opportunité qui se présente à lui. «Il va y avoir beaucoup de recruteurs. C'est certain que, comme des bien des gars, je rêve de jouer au football aux États-Unis depuis que je suis tout jeune. Je compte bien leur démontrer toute ma vitesse», admet le footballeur de 17 ans.

En voyant un deuxième ancien protégé être sélectionné parmi l'élite nationale, l'entraîneur des Estacades François Dussault se réjouit de ces reconnaissances. «C'est une belle fierté pour notre programme. Alexis le mérite pleinement. C'est un athlète assez supérieur avec des qualités athlétiques incroyables. Ce n'est pas un hasard s'il se retrouve avec Équipe Canada.»

De son côté, Mathieu Lapierre a obtenu son billet pour Arlington grâce au programme d'apprenti-entraîneur mis sur pied par Football Canada afin de développer la relève. Il est un des deux entraîneurs de niveau scolaire ou civil à avoir été retenus pour l'ensemble du pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer