Une victoire au royaume de la poutine pour les Patriotes

Sébastien Auger a fait face à 48 tirs... (Émilie O'Connor)

Agrandir

Sébastien Auger a fait face à 48 tirs mercredi.

Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Drummondville) Dans un match à domicile qui n'en était pas un, les Patriotes de l'UQTR sont venus à bout des Stingers de Concordia 5-2 devant près de 1000 personnes au Centre Marcel-Dionne de Drummondville.

Une soirée presque parfaite, n'eut été des jambes lourdes des Trifluviens.

De retour d'un voyage en Ontario qui a laissé plusieurs joueurs amochés, les Trifluviens ont connu des difficultés dans cette rencontre disputée au domicile des Voltigeurs afin de souligner l'ouverture du nouveau campus universitaire de l'UQTR au Centre-du-Québec.

«Nous n'étions pas notre équipe ce soir. Tant mieux si le monde a aimé le spectacle, mais nous (les entraîneurs) ne sommes pas du tout satisfait. Les prises de décision ont été très ordinaires, et ce, pour tous les joueurs.»

Les Patriotes ont en effet laissé les Stingers décocher 48 lancers en direction de Sébastien Auger. Si plusieurs originaient d'une bonne distance, le portier a quand même dû s'illustrer à plusieurs reprises.

Guillaume Asselin a ouvert la marque au premier engagement en servant une habile tasse de café au défenseur des Stingers, avant de déjouer le gardien Robin Billingham. D'ailleurs, les Patriotes ont touché le poteau à trois reprises lors des vingt premières minutes.

Les Stingers se sont toutefois ressaisis en deuxième et Dominic Beauchemin a retourné les deux équipes à la case départ dès la 36e seconde, quand la rondelle s'est faufilée à travers la culotte d'Auger, avant de retomber derrière la ligne rouge.

Les Patriotes sont revenus à la charge avec trois buts consécutifs, ceux de Jérémy Beaudry, Marc-Olivier Mimar et Carl-Antoine Delisle.

En fin de match, Olivier Hinse a réduit l'écart à deux buts, mais Guillaume Asselin a complété le tout dans un filet désert.

Privé de deux de ses meilleurs défenseurs en Gabriel Bourret et Alex MacDonald, la troupe de Marc-André Élément a payé cher les ouvertures qu'elle a laissées aux Patriotes.

«Trois-Rivières a été plus opportuniste, surtout quand on regarde les lancers. Mais ce que j'aime, c'est que nous n'avons jamais lâché. Quand on joue contre Trois-Rivières, on ne peut pas donner de surnombre et c'est ce qui a été payant pour eux et qui ne l'a pas été pour nous.»

Retour à la maison pour Beaudoin

Ce match disputé à Drummondville aura permis au défenseur Charles-David Beaudoin de revenir à domicile. Originaire de l'endroit, il a disputé cinq saisons avec les Voltigeurs et est devenu un favori de la foule. Celui-ci insistait pour être de la partie, même s'il s'est blessé lors du match de samedi dernier.

«J'essayais d'éviter les mises en échec, je n'avais pas le choix. Mais la blessure m'a affecté. Je voulais être du match, mais je ne voulais pas que ça nuise à l'équipe. C'était le fun comme expérience. Depuis quelques jours, je recevais beaucoup de textos. Les partisans ont pu voir la qualité du calibre et nous avions hâte de jouer», a mentionné le défenseur des Patriotes.

Marc-Étienne Hubert était d'ailleurs satisfait du déroulement de la soirée. Avec 994 amateurs, il s'agissait de la deuxième plus importante foule de la saison pour les Patriotes.

«Nous sommes contents de l'accueil que nous avons eu et d'avoir participé à tout ça. Nous sommes heureux de la réponse du public. Ce sera un pensez-y bien pour l'an prochain.»

Organisé en compagnie des Voltigeurs, la rencontre avait des airs d'un match de la LHJMQ. Des Patriotes évoluant à domicile, dans un aréna sans colonnes métalliques voilant la vue, avec un tableau à écran géant et des installations modernes, voilà qui en fera rêver quelques-uns lors des prochains matchs au vétuste Colisée trifluvien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer