Hockey senior: un joueur attaqué à coup de bâton

Roby Petiquay, à gauche, a été suspendu cinq... (Facebook)

Agrandir

Roby Petiquay, à gauche, a été suspendu cinq matchs pour le coup de bâton au visage qu'il a asséné à Simon Rizk.

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La Ligue de hockey senior A de la Mauricie est de nouveau au centre d'une controverse à la suite d'un geste violent d'un de ses joueurs. Dimanche dernier, Simon Rizk, du Mécarnac de Donnacona, a été victime d'un coup de bâton directement au visage de la part Roby Petiquay, du Lafrenière Tracteurs de Sainte-Anne-de-la-Pérade, qui l'a laissé avec une fracture de la mâchoire qui devrait mettre un terme à sa carrière.

Source: YouTube

L'action s'est déroulée dans l'avant-dernière minute du match, alors que le pointage était de 8-4 en faveur des locaux, le Lafrenière Tracteurs. Rizk, qui a une réputation de dur à cuire, a été envoyé dans la mêlée puisque Petiquay, un homme fort lui aussi, avait sauté sur la surface glacée.

«On ne l'avait pas envoyé pour qu'il se batte, il ne restait qu'une minute, mais pour empêcher l'autre de faire une niaiserie. C'est finalement lui qui en a été victime. Simon c'est un tough respecté, qui n'a jamais brisé les lois non écrites», explique l'entraîneur-chef du Mécarnac, Luc Thibault.

Sur la bande vidéo, on voit Petiquay poursuivre Rizk pendant quelques secondes, l'invitant au combat. Devant le refus de celui-ci, Petiquay y est allé d'un coup au visage de Rizk à l'aide du manche de son bâton alors qu'il venait de passer à ses côtés. L'assaillant s'est ensuite jeté sur son vis-à-vis, qu'il a roué de quelques coups alors qu'il était étendu sur la surface glacée. Les officiels sont intervenus immédiatement.

En plus d'une fracture de la mâchoire, Rizk a aussi été victime d'une commotion cérébrale. Mercredi, le joueur originaire de Québec ne pouvait toujours pas expliquer ce qui avait poussé Petiquay à commettre un tel geste.

«De me faire faire ça, je trouve ça chien. Est-ce que je méritais ça? Non, aucun joueur ne mérite ça. Est-ce qu'il devrait être banni de la ligue? Pourquoi pas. C'est un coup de bâton au visage, et il arrivait par en arrière, en surprise. C'était sournois.»

Après quelques jours de réflexion, Rizk a décidé de prendre sa retraite. À 34 ans, l'idée lui trottait déjà dans la tête, mais cette fracture de la mâchoire rend son travail de pugiliste très difficile.

«Ma mâchoire est maintenant fragile. Ça aurait pu être pire, j'aurais pu perdre un oeil. J'étais à l'hôpital hier (mardi) et je suis passé à quelques millimètres de passer sous le bistouri. J'ai toujours eu du fun à jouer, mais avec ma blessure, c'est difficile de jouer mon rôle Et dans mon cas, le rêve de la Ligue nationale, ça fait longtemps qu'il est parti!», souligne celui qui est directeur des ventes chez Déménagement La Capitale.

Suspension de cinq matchs

Roby Petiquay a été suspendu cinq matchs par la LHSAM, une peine considérée comme importante lorsqu'on sait que les équipes disputent 22 rencontres en saison régulière. Dans le camp du Mécarnac, on estime toutefois que cette punition n'est pas suffisante et un appel semble plus que probable.

«On voit ça rarement une suspension de cinq matchs, convient Thibault. C'est le genre de geste qu'on ne veut plus voir au hockey, que ce soit dans la LNAH ou notre ligue. Petiquay a un historique de gestes de la sorte. Des discussions sur ce style de joueur, nous en avons eues plusieurs à la ligue, à savoir si on en veut toujours.»

Même dans le camp adverse, l'entraîneur-chef Dave Marchand ne cachait pas que son joueur était allé trop loin.

«Il a eu une crampe au cerveau. Je lui ai parlé et il a dit qu'il avait été insulté par Rizk, mais ça reste des paroles. Ce sont des gestes qu'on ne veut plus voir dans la ligue, peu importe la ligue. Mais c'est un cas isolé. La ligue l'a suspendu, et dans le cas de l'organisation, nous allons prendre les mesures nécessaires. On ne sait pas s'il va jouer encore avec nous dans l'avenir.»

Une forte rivalité existe entre les deux formations, mais les deux entraîneurs estiment que le match se déroulait, jusque-là, de manière propre.

Rizk pourrait maintenant entreprendre des procédures judiciares contre Petiquay, et consultera un avocat.

Des comparaisons avec Louis-Étienne Leblanc?

La LHSAM n'en est pas à ses premières frasques en terme de violence inutile sur la patinoire. L'année dernière, le défenseur du BigFoot de Saint-Léonard-d'Aston Louis-Étienne Leblanc avait été assailli par Philippe Mailhot du Blizzard de Saint-Gabriel-de-Brandon, le laissant avec de multiples fractures au visage. Mailhot a par la suite été banni du circuit, tout comme le Blizzard.

Le président du circuit, Alain Beauchamp, ne croit toutefois pas qu'on puisse comparer les événements. Celui-ci rappelle que Leblanc avait été poursuivi sur la glace par plusieurs joueurs et avait dû se défendre avec son bâton avant d'être frappé de côté par Mailhot.

«Non, je ne considère pas que ça se ressemble. C'est un joueur contre un autre. Mais lorsqu'on considère l'ensemble, ça ne se ressemble pas», mentionne Beauchamp, qui estime que le geste de Petiquay était intentionnel.

À la suite des événements de la dernière saison, la LHSAM avait mis de l'avant des mesures afin de réduire les débordements lors de ses matchs. Le président estime que le tout a porté ses fruits.

«On a tout tenté ce que l'on pouvait faire pour réduire ces gestes. Par exemple, cette année, des bagarres générales pendant la séance d'échauffement, il n'y en a pas eu grâce à ce que nous avons mis en place. Toutes les organisations ont été averties», précise-t-il, tout en ajoutant qu'il est impossible d'enrayer toute forme de débordement.

«On ne peut pas être plus blanc que blanc. Des gestes excessifs de la sorte, ça arrive dans toutes les ligues, du hockey mineur à la Ligue nationale, et ce n'est pas parce que nous sommes une ligue avec plus de combats que ça n'arrive qu'ici.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer