Un défi bonifié pour les Demois'Ailes

Pour leur quatrième édition, les Demois'Ailes compléteront leur... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Pour leur quatrième édition, les Demois'Ailes compléteront leur parcours à Shawinigan, en présence du maire Michel Angers et leur Demois'Aile d'honneur, Martine Duchesne.

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) À leur défi déjà colossal, qui consiste à relier Toronto à Trois-Rivières à la course à pied, les Demois'Ailes ont décidé de repousser davantage leurs limites en ajoutant quelques dizaines de kilomètres au parcours de leur quatrième édition.

Ainsi, c'est du côté de Shawinigan que les 43 courageuses participantes compléteront leur épreuve d'endurance afin d'amasser des fonds pour lutter contre la violence conjugale.

Voilà déjà quelque temps que l'idée de croiser le fil d'arrivée dans la cité de l'énergie trottait dans la tête des responsables de l'activité. Comme un des organismes bénéficiaires est basé à Shawinigan (La Séjournelle), il devenait logique d'intégrer cette ville au parcours qui totalisera 750 kilomètres cette année. 

«Quelques trucs nous faisaient hésiter, dont les kilomètres additionnels. Il y avait aussi l'aspect de tradition, puisque toutes nos arrivées se sont déroulées à Trois-Rivières. On a revu notre organisation, ça va prendre six heures de plus, mais on a finalement décidé de plonger cette année!», mentionne Jolyane Damphousse, membre du conseil d'administration des Demois'Ailes, qui n'écarte pas la possibilité d'un système d'alternance entre les deux villes.

Depuis la mise sur pied du défi, en 2013, 130 000 $ ont été remis à La Séjournelle (Shawinigan) et la Maison Le Far (Trois-Rivières). Le maire Michel Angers était évidemment bien heureux de voir les Demois'Ailes prendre racine à Shawinigan. 

«Ça m'a fait extrêmement plaisir d'apprendre que cette course folle se terminera à Shawinigan. Il s'agit d'un très bel exploit qui demande beaucoup de courage, mais ce qui me plaît encore plus, c'est la cause que ces femmes supportent. La violence conjugale est un fléau qui ne devrait plus exister.»

Choisie Demois'Ailes d'honneur de cette quatrième édition, Nathalie Dufresne, femme de Michel Angers, a parlé avec admiration du groupe de 43 coureuses, dont 35 qui en seront à une première participation. 

«Ce sont des femmes de coeur qui vont réaliser tout un dépassement de soi, en faisant la promotion de valeurs auxquelles je crois profondément», indique cette adepte de vélo qui a notamment participé à des événements cyclistes comme le Grand Fondo Louis Garneau et le Grand Défi Pierre Lavoie.

De 16 braves coureuses en 2013, les Demois'Ailes ont donc gonflé leurs rangs à 43 pour leur quatrième randonnée depuis Toronto. Pour les responsables, il s'agit de la taille de groupe idéale pour la tenue de l'activité. 

«Si on devient un trop gros groupe, il faudrait revoir l'itinéraire et ça prendrait une escorte policière. Ça engendrerait des coûts supplémentaires et comme nous voulons pouvoir donner le plus d'argent possible aux organismes qu'on parraine, on préfère rester à une quarantaine de participantes pour l'instant», explique la porte-parole.

Ainsi, du 6 au 10 juillet, les 43 participantes parcourront une centaine de kilomètres chacune, par tranche de 10 km. Du nombre, certaines d'entre elles ont déjà bénéficié des services de La Séjournelle ou la Maison Le Far.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer