L'année des Aigles juniors

La grande famille des Aigles Plante Sports était... (Olivier Croteau)

Agrandir

La grande famille des Aigles Plante Sports était bien heureuse d'avoir reçu le titre d'exploit de l'année pour les 32 victoires consécutives en saison régulière. Elle a aussi remporté la palme pour l'équipe par excellence. Dans l'ordre, Jocelyn Marcoux, Frédéric Béliveau-Lajoie, Pierre Mailloux, du 106,9 Mauricie, Carole Béliveau, Rémi Doucet, Jean-Philippe Lemay de même que Catherine Gaudreault du 106,9 Mauricie.

Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le 34e Gala Sport-hommage Mauricie Desjardins a été l'affaire des Aigles Plante Sports de Trois-Rivières de la Ligue de baseball junior élite du Québec. La formation est repartie avec trois statuettes, en plus d'avoir été finaliste dans trois autres catégories.

Les grands frères des Aigles juniors, les Aigles... (Olivier Croteau) - image 1.0

Agrandir

Les grands frères des Aigles juniors, les Aigles Can-Am, ont également été honorés pour la conquête du premier championnat de leur histoire en septembre 2015. Sur la photo: le directeur général adjoint Richard Lahaie, le directeur général René Martin ainsi que le responsable des communications Simon Laliberté.

Olivier Croteau

C'est sans grande surprise que les Aigles ont été nommés équipe de l'année lors du gala. Avec leur championnat canadien, ils étaient favoris dans la catégorie, même s'ils se sont inclinés en finale de la Ligue de baseball junior élite du Québec lors du septième match d'une série face aux Diamants de Québec.

«Les autres équipes en nomination, c'était assez solide. Malgré ça, on remporte le trophée et ça augmente le sentiment de fierté. D'être reconnus à travers la Mauricie, c'est gratifiant», a indiqué l'entraîneur-chef de l'équipe, Rémi Doucet.

Ce dernier était d'ailleurs en nomination à titre d'entraîneur de l'année, mais a dû s'avouer vaincu face à François Noël, du club de judo Seikidokan, dont la protégée Alix Renaud-Roy a remporté le titre d'athlète de l'année de niveau international. Doucet a toutefois pu se reprendre puisque la séquence de 32 victoires consécutives de son équipe a été nommée exploit de l'année par le jury du gala. Bref, tout un exploit pour le pilote qui a tiré sa révérence après 10 années à la barre du club.

«Le fait que je quitte, ça fait une belle boucle autour de cette saison. Ce qu'on a vécu, c'est assez incroyable et je pense que ç'a marqué la Mauricie. C'était une saison exceptionnelle», a-t-il mentionné.

Hors du terrain, Frédéric Béliveau-Lajoie a été nommé bénévole de l'année, alors que sa mère, Carole Béliveau, a été finaliste au titre d'administrateur de l'année, prix remporté par Robert Adam du Club Biathlon Mauricie.

Deux gagnants pour le prix d'un

Fait rarissime, la catégorie Événement de l'année de niveau interprovincial, canadien ou supérieur a vu non pas une, mais bien deux organisations grimper sur scène, alors que la Classique hivernale de hockey des Cataractes ainsi que le Championnat canadien de tennis de table ont terminé ex aequo. Au niveau régional, interrégional ou québécois, c'est le championnat provincial de cross-country et ses 900 participants au Club de golf Grand-Mère qui l'a emporté.

Deux nouvelles bourses

L'organisation avait aussi une bonne nouvelle à annoncer lors de la soirée, puisque le Collège Laflèche a annoncé qu'il allait dorénavant remettre une bourse d'études de 1700 $ à un étudiant-athlète. Prenant la balle au rebond, le président des Cataractes, Roger Lavergne, a lui aussi dévoilé que le club allait s'impliquer financièrement. Deux petites victoires pour Sport-hommage, dont la santé financière pourrait être meilleure.

«On l'apprécie au plus haut point. Tout le monde voit les statuettes, mais personne ne voit les chèques qui sont distribués dans l'auditoire. On demande souvent à un athlète (aux États-Unis) s'il a un scholarship, et enfin, une institution veut nous en offrir une. J'espère que les autres suivront. Il y a enfin un réveil afin d'attirer des athlètes. C'est bon pour le sport et c'est bon pour l'institution. Je trouve ça génial!», s'est réjoui Beauchesne, dont l'organisation qu'il préside remet annuellement 10 000 $ en bourses aux athlètes.

Un hommage posthume a été rendu au journaliste... (Olivier Croteau) - image 4.0

Agrandir

Un hommage posthume a été rendu au journaliste sportif André Dupont, décédé à la suite d'une longue bataille contre le cancer. Sur la photo, on aperçoit le président de Sport-hommage Mauricie, André Beauchesne, avec le gagnant du prix André-Dupont remis au bénévole de l'année Frédéric Béliveau-Lajoie. Ils sont accompagnés par la conjointe d'André Dupont, Nicole Trottier.

Olivier Croteau

Des honneurs... et des émotions

La soirée du Gala Sport-hommage a permis de procéder à l'introduction de Marc Bureau, Pierre Vercheval et René Marchand au sein du Temple de la renommée sportive de la Mauricie. C'est toutefois l'entrée à titre posthume d'André Dupont, décédé à la suite d'une longue bataille contre le cancer, qui a suscité le plus d'émotion.

Certes, la qualité du travail du journaliste de TVA-Chem n'en a pas fait douter plusieurs, mais c'est aussi son implication dans presque tout ce qui avait l'allure de discipline sportive qui a retenu la mémoire de plusieurs. C'est son épouse, Nicole Trottier, qui a accepté l'honneur en compagnie de son fils, François Dupont.

«Il a toujours aimé tout ce qu'il faisait. Pour lui, ça allait de soi», a souligné celle qui a partagé sa vie.

«Je pense que son amour pour le sport, c'est ce qu'il a essayé de léguer, même s'il n'a jamais été un athlète de haut niveau. Il a toujours touché à tout grâce à sa grande connaissance générale. C'est le genre de personne qui était aimé de tout le monde et qui a toujours été généreux de son temps.

Même au sein du comité organisateur, l'honneur remis à Dupont a fait revenir des souvenirs à la surface, mentionne le président de Sport-hommage Mauricie, André Beauchesne.

«Ça m'a fait de quoi. André m'avait demandé de m'impliquer dans Sport-hommage. Ce n'était pas facile. Je suis sûr qu'il est bien content en haut, et il doit nous dire de prendre une bonne rafale à sa santé, parce que lui, c'est de cette façon qu'il appelait une bière!»

Le canotier Mathieu St-Pierre, qui s'adonne désormais au... (Olivier Croteau) - image 5.0

Agrandir

Le canotier Mathieu St-Pierre, qui s'adonne désormais au ski paranordique, a été sélectionné par les membres du jury pour le coup de coeur de l'année. Il a reçu son prix de Marie-Josée Laferté de Trois-Rivières Chevrolet.

Olivier Croteau

Une leçon de courage

Blessé gravement sur une terre à bois lors d'un accident de travail qui l'a laissé paralysé du bas du corps, le canotier Mathieu St-Pierre a été nommé le coup de coeur du jury. Malgré son grave accident, il est revenu à la compétition et tente maintenant de faire sa marque en ski de fond paralympique. Il est d'ailleurs sur le radar de l'équipe canadienne.

«J'essaye de vivre ma vie au jour le jour et de m'améliorer. Je ne veux pas que le monde m'honore parce que je fais pitié. J'ai mon bout de chemin à faire. Ça me donne encore plus d'énergie et mon objectif reste le même, je veux être le meilleur. J'ai toujours voulu gagner et je veux continuer de gagner quelque chose. Je vis de sports.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer