Une offre qui arrive trop tard pour Zewski

Mikaël Zewski... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Mikaël Zewski

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Le coup de fil que Mikaël Zewski attendait en décembre ne sera finalement venu qu'en janvier, un peu trop tard pour le pugiliste de Trois-Rivières.

À la recherche d'un plan B pour son poulain Dmitry Mikhaylenko (20-0, 9 K.-O.), le promoteur Main Events a contacté l'agent du Trifluvien Cameron Dunkin pour s'informer de sa disponibilité en vue du gala du 30 janvier, au Centre Bell. Zewski aurait eu la chance de se mesurer au Russe Mikhaylenko en demi-finale de la revanche mettant aux prises Jean Pascal et Sergey Kovalev.

À deux semaines d'avis, Zewski (27-1, 21 K.-O.) n'a eu d'autre choix que de refuser l'offre. «C'est en décembre que nous aurions voulu recevoir cet appel», soupirait l'athlète de 26 ans, qui n'a repris l'entraînement que la semaine dernière à Philadelphie.

«Un combat de dix rounds à 147 livres, je ne peux pas prendre ça à la légère. Je ne serais ni assez en forme, ni capable de faire le poids. Mikhaylenko est un bon boxeur, ce serait un manque de respect pour les fans que de me présenter au Centre Bell sans la préparation appropriée. Je trouve juste ça plate qu'ils aient choisi de prendre quelqu'un d'autre au départ. Moi, j'étais prêt il y a six semaines. Ça aurait été payant pour le classement et pour ma carrière. C'est fâchant.»

Le type qui devait en découdre avec Mikhaylenko, Ray Robinson (20-2, 9 K.-O.), s'est blessé légèrement au dos dans un accident de voiture il y a quelques jours. Fait plutôt ironique, Robinson a rencontré Zewski à Philadelphie la semaine dernière.

Dans un bref courriel envoyé à La Presse mardi, Main Events a fait savoir qu'il s'affairait à trouver un adversaire de remplacement pour Mikhaylenko. Le promoteur, qui travaille de concert avec InterBox pour l'organisation de l'événement du 30 janvier, devra toutefois faire vite, sans quoi il se pourrait que le nom du pugiliste russe soit rayé de la carte.

Pour revenir à Zewski, il espère maintenant pouvoir monter dans l'arène le 27 février à New York. Il ne dirait pas non à un affrontement contre Mikhaylenko. «Mais je serais surpris qu'il accepte un combat à New York. Remarque, où j'en suis, j'ai juste hâte de retourner dans le ring...»

Avec la collaboration de La Presse

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer