Des jeunes écartés d'une classique hivernale

Le Prix du Gros présentera une classique hivernale... (François Gervais)

Agrandir

Le Prix du Gros présentera une classique hivernale à sa patinoire érigée sur la rue Réal-Proulx, du 22 au 31 janvier, à Trois-Rivières.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Lorsque Benoit Dusablon et son équipe Le Prix du Gros ont eu l'idée de créer une classique hivernale en érigeant une patinoire sur la rue Réal-Proulx à Trois-Rivières, du 22 au 31 janvier, ils souhaitaient simplement permettre à de jeunes hockeyeurs de vivre une frénésie semblable à celle vécue par leurs idoles du Canadien de Montréal, le 1er janvier contre les Bruins de Boston.

André Ricard... (Sylvain Mayer) - image 1.0

Agrandir

André Ricard

Sylvain Mayer

Benoit Dusablon... (Daniel Jalbert) - image 1.1

Agrandir

Benoit Dusablon

Daniel Jalbert

Cependant, voilà que Hockey Québec vient contrecarrer les espoirs de plusieurs d'entre eux puisqu'un règlement stipule que ses membres ne peuvent participer à un tel événement, non sanctionné par la fédération et impliquant des équipes non-membres.

En début de semaine, les présidents des différentes associations de hockey mineur de la région ont d'ailleurs reçu un message de Hockey Mauricie à l'intérieur duquel on apprenait qu'il était interdit que leurs hockeyeurs participent à cet événement en plein air.

«Tel que le stipule le point 1.3 du livre des règlements administratifs de Hockey Québec, aucun membre de Hockey Québec ne peut participer à des activités impliquant des non-membres de Hockey Québec», peut-on lire dans la missive.

Étonné de la situation, Benoit Dusablon souhaite discuter avec les dirigeants de Hockey Québec afin de trouver un terrain d'entente qui permettrait aux jeunes de la région de jouer à la Classique hivernale Le Prix du Gros.

«Je ne veux pas partir en guerre avec personne. Je veux simplement parler avec quelqu'un chez Hockey Québec et je suis certain qu'on va trouver une solution. Tout ce qu'on veut, c'est faire vivre une belle expérience, gratuite, aux jeunes», note-t-il.

Parmi les idées envisagées par le directeur général du Prix du Gros et ex-attaquant des Rangers de New York, il soulève la possibilité de verser une cotisation à Hockey Québec. «Aussi, je peux simplement inviter les jeunes à venir pratiquer. Ou encore, je vais acheter des chandails pour faire jouer les Rouges contre les Blancs plutôt que d'utiliser les uniformes de leurs équipes habituelles. Dans le fond, c'est comme si j'invitais des gens à la patinoire du coin pour jouer, sauf qu'ils seront répartis par groupe d'âge», propose-t-il.

À Hockey Mauricie, André Ricard s'en remet à la réglementation de la fédération provinciale. Il souligne également que les assurances découlant de l'affiliation à Hockey Québec ne seraient pas valables en cas de participation à la classique hivernale. À ce sujet, Dusablon rétorque que son organisation a pris les dispositions nécessaires pour assurer les participants.

«Il y aurait peut-être eu lieu d'en parler avec Hockey Québec avant de mettre sur pied l'événement. On ne veut pas prendre les jeunes en otage. Mais il y a des règlements et il faut les respecter», dit Ricard.

Il faut savoir que Hockey Québec chapeaute un événement en plein-air du côté de Laval, la Coupe Best Buy. L'événement aura lieu du 30 janvier au 7 février et six formations de la région y participeront.

Des sanctions?

Si jamais des équipes affiliées à Hockey Mauricie décidaient tout de même de participer à la Classique hivernale Le Prix du Gros, des sanctions sont prévues, selon la réglementation de Hockey Québec.

«Je trouve juste ça ridicule que des jeunes de 5 à 10 ans soient privés de participer à des matchs hors-concours. Nous, on organise ça simplement pour redonner à la communauté et parce qu'on aime le hockey», souligne Dusablon à propos de cet événement qui nécessitera un investissement avoisinant les 30 000 $.

Entraîneur chez le Vert et Or du Séminaire de Trois-Rivières, Danny Dupont a également peine à croire que Hockey Québec interdise aux jeunes de participer.

«Le seul mot qui me vient en tête, c'est ridicule. Ridicule que des jeunes seront privés de vivre la même expérience que leurs idoles ont vécu à Boston le 1er janvier. Ce n'est pas comme si les gens de Hockey Québec étaient venus inspecter les lieux et que quelque chose ne faisait pas leur affaire. Là, c'est simplement ridicule comme décision et c'est très dommage pour les jeunes qui ne pourront pas jouer.»

Heureusement pour lui et ses joueurs du M12 au STR, qui ne répondent pas de Hockey Québec, ils pourront goûter à la classique hivernale. Quant aux formations plus âgées du Vert et Or, elles auront l'occasion de prendre part à une séance d'entraînement sur cette patinoire extérieure.

Par ailleurs, n'allez pas croire que les organisateurs de la classique hivernale manqueront de participants si jamais les équipes affiliées à Hockey Québec doivent renoncer à leur participation.

Une centaine d'équipes ont manifesté de l'intérêt lors de la période d'inscriptions et si les équipes de Hockey Mauricie doivent bel et bien passer leur tour, les équipes scolaires monopoliseront les heures de glace prévues pour le hockey mineur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer