Cadorette en mission

Le gardien Philippe Cadorette revient dans la LHJMQ... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le gardien Philippe Cadorette revient dans la LHJMQ avec une idée en tête: couronner son tableau de chasse fort étoffé d'une bague de championnat, la seule chose qui lui manque. Selon le portier, la cuvée actuelle des Cataractes peut se comparer aux éditions des dernières années du Drakkar de Baie-Comeau.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Le directeur-gérant des Cataractes a bouclé jusqu'à maintenant une dizaine de trocs, se payant pas moins de quatre joueurs d'impact. Aux Cavan Fitzgerald, Gabriel Gagné et Dmytro Timashov, il a ajouté le gardien Philippe Cadorette aux effectifs du pilote Martin Bernard.

Cadorette, sixième gardien le plus victorieux de l'histoire de la LHJMQ, a été obtenu du Drakkar en retour d'Antoine Samuel et d'un choix de deuxième tour. Il avait amorcé la saison sous les ordres d'Éric Veilleux à Norfolk dans la East Coast League, mais une blessure à une main l'a obligé à s'abonner à l'infirmerie durant tout l'automne.

Résultat, il n'avait que quatre départs au compteur à Noël lorsqu'il a pris la décision de revenir écouler, à 20 ans, une dernière campagne dans le junior.

Cadorette revient dans le circuit Courteau avec une idée en tête: couronner son tableau de chasse fort étoffé d'une bague de championnat, la seule chose qui lui manque.

«J'ai discuté avec Éric Veilleux et nous étions tous les deux d'accord que c'était préférable de revenir. J'aurais pu rester en haut et voir peu d'action, mais il me reste quelque chose à accomplir ici, alors je reviens avec le sourire aux lèvres», sourit-il.

Cadorette se dit très heureux de débarquer à Shawinigan, mais il n'avait pas de préférence sur sa destination. «Je savais que je serais échangé. Je ne savais pas où. Je regardais un peu les statistiques, je voyais que les Cataractes marquaient beaucoup de buts, et que les Olympiques en accordaient peu. Tout ce que je voulais, c'était me joindre à une bonne équipe. C'est le cas ici.»

«Je regarde notre alignement, c'est certainement une équipe qui peut se comparer à mes grosses années chez le Drakkar. Et tout le monde a l'air de bien s'entendre dans le vestiaire. C'est important, si on veut aller jusqu'au bout. Je me suis senti à l'aise dès le départ aujourd'hui. Le Centre Gervais Auto, c'est un très bel aréna. Et ça faisait un peu spécial d'être du même bord que les partisans», rigolait-il, lui qui a eu droit à un bel accueil du public lorsqu'il a été présenté à la foule en début de match.

«Il veut gagner autant que nous»

Martin Mondou dit avoir acheté de l'expérience en misant sur Cadorette. «C'est le seul gardien qui nous intéressait sur le marché. Il a participé à deux finales, son vécu est immense. Et il veut gagner autant que nous! C'est un bon mariage.»

L'arrivée du portier a forcé le directeur-gérant à poser d'autres gestes. Afin de lui accorder un casier de 20 ans, Mondou a refilé Gabriel Slight aux Voltigeurs. Frederic Foulem, qui faisait partie du ménage à trois gardiens avec Samuel et Mikhail Denisov, a accompagné Slight à Drummondville, alors que les Cataractes ont engrangé deux choix de troisième ronde.

Mondou a de plus refilé une sélection de sixième tour aux Wildcats pour rapatrier Matthew Klebanskyj, un arrière à caractère défensif. «Il joue très bien à l'intérieur de ses capacités. Il grossit notre défensive. Et on sait que son attitude est excellente. Alors nous sommes très heureux de le revoir parmi nous.»

Klebanskyj sait exactement pourquoi il se retrouve à nouveau en Mauricie. «J'ai été un peu surpris, c'est rare qu'un joueur retourne à son ancien club. Mais d'un autre côté, je connais la relation entre Martin (Mondou) et Roger (Shannon), alors ce n'est pas si surprenant. Chose certaine, je suis content d'être ici. Je connais mon rôle, je dois être responsable, contribuer en désavantage numérique et aider l'offensive quand je peux», énumère le vétéran défenseur de 19 ans, qui dit être mieux outillé qu'à son premier passage dans la ville de l'électricité pour contribuer au succès de l'équipe.

Klebanskyj a disputé une douzaine de rencontres avec Shawinigan lors des saisons 2012-13 et 2013-14. «J'ai développé le côté physique de mon jeu avec les Wildcats. J'ai gagné de la maturité physique et mentale je suis plus calme avec la rondelle. Ça fait de moi un meilleur joueur.»

Klebanskyj quitte une équipe qui se bat pour la première place au classement général afin de joindre un club qui n'a pas encore pris son rythme de croisière. Il croit néanmoins être en meilleure posture pour lever le gros trophée le printemps prochain.

«Avec toutes les nouvelles acquisitions, je crois que nous sommes maintenant plus forts que les Wildcats. Ils ont une bonne équipe, eux aussi. Mais la nôtre est plus puissante!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer